Il en aura fallu du temps pour te retrouver

 ::  :: Downton Los Angeles :: Travers Close Protection Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 31 Mai - 0:46
Après un mois à Los Angeles, Darkar Snolt's, devenu pompier volontaire depuis quelques jours était toujours à la recherche de Lisbeth Salender, une ancienne patiente de New York avec qui il avait créé des liens particulier. Même si ça faisait plus de dix ans qu'il avait quitté l'institue de leur rencontre, étrangement, ils avaient garder contacte. Lisbeth ne s'attachait pas facilement, mais entre Alex et lui, c'est les seuls repère qu'elle avait trouver de stable à l'institue, et Darkar n'était pas du genre à rejeter les gens, bien au contraire, mais il lui laissait son espace depuis toujours. Pourtant depuis la mort d'Alex il avait moins de nouvelle d'elle, une constance moins soutenu, ce qui ne ressemblait pas à la jeune femme, et son dernier E.Mail le fit débarquer à grand pas à Los Angeles. Elle y parlait d'Alexandra, chose qu'elle n'avait pas fait depuis des mois, et les nouvelles n'était pas positive pour la jeune brune, et Darkar savait, même si jamais elle ne le lui demanderait, que Lisy avait besoin de lui, c'est donc sans réel hésitation qu'il plia baguage du Tibet pour débarquer dans la grande ville de Los Angeles. 

A son arrivé il trouva en premier lieu une petite maisonnette de deux pièce sur la plage où il déposa le peut d'affaire qu'il avait, c'est à dire un sac avec quelques habits et un tapis pour dormir. Le minimum que l'on avait au Tibet. A son arrivé il meubla la bicoque tout simplement avec des meuble minimaliste et un autel en mémoire de la divinité Ganesh et de sa famille. 

Puis après son installation, son admission en temps que pompier volontaire et l'ouverture non officiel d'un dojo ouvert à tous sur les arts martiaux tibétain, donc enfin stable et posé, il partie plus activement à la recherche de Lisy. Il passa plusieurs fois chez elle en trois jours sans réponse de sa part, ce qui commença a réellement l'inquiété, aucun message sur sa messagerie vocal, informatique, ni de réponse chez elle, au bout d'un moment et malgré son self contrôle Darkar prit la décision de défoncé la porte de l'appartement de la jeune femme. Il trouva un lieu s'entant le renfermer mais cadré comme à son habitude, quelques livre ici et llà, là aussi comme d'habitude, rien d'étonnant à ces yeux, rien de déranger non plus. Il se pris alors par la mains pour aller fouiller une peut dans le PC de la jeune femme, il tenta plusieurs mots de passe pour entrer dans ce dernier, la date de naissance de la jeune femme, oui pas très original mais on ne savait jamais, mais sans effet, il tenta le nom complet d'Alexandra, sans réussite non plus, la date de la mort d'Alex, mais il finit par bloquer l'ordinateur... Déçu de son inaptitude dans ce genre de chose il fouilla un peut le logement et tomba alors sur plusieurs carnet griffonné, ça c'était nouveau, mais avec l'initiative et leur sécurité, pas une mauvaise idée en soit, il lut plusieurs carnet, surtout les date avant tout, puis il prit le plus récent. et tomba sur l'histoire basique d'une tueuse de vampire, ce qui fit sourire Darkar, elle ne changerait jamais... Il tournât les page à la recherche d'une adresse ou autre et tombât sur l'adresse d'une agence de protection et d'investigation gérer justement par cette tueuse. Il prit alors la décision d'y allez sans perdre de temps et sans regarder l'heure avancé qu'il était, déjà plus de 22heures. 

Arrivé devant le bâtiment il n'hésita pas une seule seconde et frappa de toute sa force brute contre la porte heureusement en bois massif. Une jeune femme vint lui ouvrir les yeux embrumer par la fatigue mais il ne la vit presque pas, il la saluât mécaniquement mais resta un moment figé, soulager en voyant Lisbeth planté là au beau milieu du hall d'entrer. Elle s'emblait amaigrit et bien pâle, mais il ferait un bilan médical après leur retrouvaille. Du moins il essaiera. Il entra sans même faire attention à Astrid qui tentait de lui bloquer le passage, un peu comme si un enfant de deux ans tentait d'empêcher Hulk de passer un porte. La jeune femme commença presque à paniquer, surtout quant elle le vit s'approcher plus rapidement de Lisbeth, mais à la réaction de l'homme des caverne elle souffla elle aussi de soulagement. Darkar la prit dans ses bras et la fit tournoyer dans l'air à quelques centimètre du sol, comme s'il soulevait un bouquet de fleur, il savait que se n'était pas dans les habitude de la jeune femme, mais ça faisait si longtemps. Puis d'instinct il la déposa tout de suite après sur un des fauteuils du hall d'entrer, un large sourire au lèvres.

- Excuse-moi, je sais que tu ne supporte pas ça, mais ne me fait plus jamais une telle frayeur ok. J'étais totalement paniquer, plus de nouvelle de toi depuis trop longtemps, on avait instauré un rituel de une fois par mois chacun, alors j'étais vraiment inquiet, et ton dernier message, tu dois tout me dire, mais d'abord, tu semble devoir te reposer. Enfin, je parle, je parle, mais toi, tu vas bien ma princesse?

Le démon se posa, plus tranquillement au côté de la jeune femme et sortie de sa poche un collier de perle tibétain qu'il lui donna.

- Tiens, un cadeau du Tibet au passage.
Empire des Damnés ~ Démon
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation: http://bigfork.forums-rpg.com/t332-darkar-snolt-s
Journal: http://bigfork.forums-rpg.com/t336-journal-d-un-demon-pacifiste#3100
Liens: http://bigfork.forums-rpg.com/t337-avoir-des-amis-c-est-bien-des-enemies-beaucoup-moins#3102
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Mai - 22:52
Deux jours ? trois ? ou quatre ? Lisbeth aurait été incapable de le dire… Elle ne se posait pas la question d’ailleurs. Après le départ de Morrigann, elle avait commencé à lire les carnets des observateurs, puis elle s’était endormie. A son réveil elle avait repris la lecture à nouveau. Plus elle avançait dans la lecture de ces notes, plus elle s’y accrochait. D’abord un carnet, puis un second, un troisième… Même l’absence de Morrigann, le fait qu’elle se trouvait chez une quasi inconnue semblait secondaire.
Régulièrement, on frappait discrètement à la porte et un homme d’une cinquantaine d’année, Mac, le collègue de la tueuse, entrait et lui apportait de quoi manger ou boire. Les premières fois la brune ne leva pas la tête des pages, trop absorbée pour réellement prendre conscience de la visite. Mais l’odeur de la nourriture, et surtout du café réussit à la faire émerger de temps en temps. Elle vida régulièrement la thermos qui semblait se remplir comme par magie, mais se contenta de quelques cuillères.
Plus les heures passaient, plus son esprit se laissait totalement sombrait dans cette obsession du détail à chaque mois qu’elle lisait et qu’elle retenait grâce à sa mémoire photographique. Elle en oubliait de dormir, et s’assoupit seulement quelques fois, de courtes périodes, où elle finissait par être réveillée par des cauchemars qui concernaient Alex. Tout commençait à se brouiller. Alors elle enchainait encore plus le café…et bientôt se retrouva dans un état de légère excitation, conséquence du manque de sommeil et de la surstimulation due à la présence de tous ces ouvrages.
Mais elle fut tirée de sa lecture par la sonnerie d’alerte de son portable. Elle avait installé un système de sécurité sophistiqué chez elle qui l’alertait lors d’une intrusion et dont la caméra pouvait retransmettre les images directement sur son portable.
Sur son visage fermé pointa soudain un sourire franc. Darkar !! Il était donc revenu à LA ! Elle vit sur l’écran qu’il cherchait quelques choses sur son ordinateur. Une nouvelle alerte sonore ne tarda pas à lui indiquer que son ami avait réussi à bloquer le portable… Décidément, sa retraite au Tibet n’avait pas améliorer ses compétences en informatique… Elle comprit aussi qu’il avait retrouvé l’adresse de l’agence alors qu’il reposait l’un de ses derniers carnets où elle avait pris l’habitude de consigner certaines informations. Il ne lui faudrait pas plus d’une vingtaine de minutes pour arriver jusqu’à elle.
Elle reposa directement le livre de l’observateur qu’elle était en train de lire et sauta sur ses deux pieds pour quitter la pièce. Elle erra un peu dans les couloirs à la recherche de l’entrée de l’agence jusqu’à ce qu’elle tombe sur Mac qui la guida jusqu’à l’entrée, sans poser de question ni chercher à faire la conversation, ce qu’elle apprécia. Une fois arrivée, il la laissa auprès d’Astrid, qui elle, se montra beaucoup plus curieuse, mais après les quelques réponses monosyllabiques de la grande brune, elle abandonna.
Lisbeth resta debout, stoïque et silencieuse en ne quittant pas des yeux la porte. Comme elle l’avait prévu, la silhouette massive de son ami entra brusquement dans l’agence. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il la prenne dans ses bras et son large sourire sincère, plutôt rare, se figea légèrement. Mais il la connaissait parfaitement et déjà, il la reposait.
« Merci » Elle mit aussitôt le bijou autour du cou. « tu sais les portables, ça existe » souligna-t-elle avant que son regard ne croise Astrid qui semblait particulièrement intéressée par Darkar. Elle n’aimait pas ça.
« Viens » proposa-t-elle immédiatement. Elle voulait profiter de son ami, et elle le conduisit jusqu’à la petite chambre où elle s’était réveillée le premier jour.
« Je vais bien » répondit-elle tardivement à sa question, puis elle enchaîna avec une certaine fébrilité « et toi ? Depuis quand tu es à Los Angeles ? Pourquoi tu es parti ? Est-ce qu’il y avait un problème ? Ca ne te manque pas ? »
Innocents~Humaine
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation:
Journal:
Liens:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin - 22:44
Darkar fit vite le tour du lieu d'un simple regard, trop chic à son goût, et trop grand, il ne tardât pas à remarquer aussi la jeune femme assise derrière son bureau qui le fixait comme s'il était sa prochaine proie, il lui dit un simple sourire de courtoisie sans en rajouter, il savait très bien que ce physique attirait tout particulièrement les femmes, mais lui n'était pas du tout intéresser. Et encore moins par ce genre de personne que l'on sais atteinte d'une certaine dépendance au premier regard, surtout après des années passer comme infirmier, il reconnaissait très facilement les toxicomanes ou les alcooliques. Puis très vite son attention se retourna sur Lisy qui s’amusait déjà à la taquiné sans forcément s'en rendre compte en lui parlant de cette technologie.

Un port-quoi ? Connaît pas. A tu doit sûrement parler de ce genre de chose. (Il sortie de sa poche un téléphone mobile datant des années 90, non tactile et très abîmé) Je n'y trouve de l'utilité que par l'obligation du travail. Sinon il resterais bien dans une poubelle.

Un grand sourire d'amusement se fit remarquer sur le visage de l'homme au cheveux noir. Cet opposé entre eux deux l'avais toujours amusé. Puis il suivie le regard devenue un peu plus noir de Lis qui se tournait vers la bimbo avant de lui demander de la suivre, ce qui le fit encore plus sourire, avec lui elle avait toujours eue se côté assez possessive à sa manière, sans aucun excès jamais, sans aucune violence, mais par son comportement, si on la connaissait comme Darkar la connaissait alors on le ressentait. Elle le conduisit dans une petite chambre, moins grande que le hall, où Lisy devait sûrement se sentir plus à son aise, tout était très organiser, peut-être un peu trop décoré pour la jeune femme et trop huppé toujours pour le jeune homme qui d'ailleurs ne crut qu'à moitié a ses mots visant à le rassurer sur son état. Mais il ne releva pas tout de suite, il savait qu'il ne fallait pas trop la brusquer, et au contraire, c'est elle qui commença à l'assaillir de questions. Ce qui lui déchira un rire franc et puissant, tout comme l'homme d'ailleurs. Cette facilité qu'elle avait a lui parler le touchait profondément, c'était un état assez rare chez les autistes asperger sauf quant leurs amours, leurs confiances étaient vrais et puissant, ça venait alors à dépasser et lutter naturellement contre cet états pouvant être handicapant.  

Un ami n'a pas le droit de vouloir rendre visite à sa protéger ?

Demanda Darkar sur un ton qui se voulait ironique, même si il savait que Lisy ne comprendrait peut-être pas le subtilité de sa phrase, il reprit plus sérieusement.

Je ne suis pas là depuis très longtemps, un mois environs, j'ai trouver un travail en temps que pompier volontaire, mais on parlera de moi après si tu veux. Je suis partie à ta recherche immédiatement. Ton dernier message m'a interpeller, et ton manque de nouvelles inquiété profondément. Je me devait de venir vérifier si tu allais bien ou non, et je t'avoue que je suis curieux de découvrir ce que tu as appris au sujet d'Alex. Contrairement à ton habitude tu as été très vague dans ton dernier Mail. Alors dis moi, franchement, qu'est ce qu'il se passe ?

Darkar s'assit sur le lit faisant signe à Lisbeth de venir se poser à ces côté, une proximités qu'elle n'avait pas avec tout le monde non plus d'ailleurs.
Empire des Damnés ~ Démon
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation: http://bigfork.forums-rpg.com/t332-darkar-snolt-s
Journal: http://bigfork.forums-rpg.com/t336-journal-d-un-demon-pacifiste#3100
Liens: http://bigfork.forums-rpg.com/t337-avoir-des-amis-c-est-bien-des-enemies-beaucoup-moins#3102
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 12:32
Lisbeth ne releva pas le ton ironique de Darkar qu’elle n’avait pas vraiment saisi. Elle resta là dans la pièce, son regard très mouvant, avec une certaine vigilance qu’elle n’avait pas habituellement en présence de son ami. Elle se sentait pourtant bien, mais elle n’arrivait pas à fixer son attention, elle avait trop de choses, trop d’informations en tête.

Darkar lui expliqua en quelques mots son retour à LA. Qu’il se soit inscrit comme pompier volontaire ne la surprenait pas, cela correspondait à la personnalité et aux compétences de l’infirmier. Ses quelques mots eurent le mérite d’interrompre ce flot de pensées ininterrompues pendant quelques secondes. Et en l’observant, quelque chose lui sauta subitement aux yeux… Elle allait avec impatience lui faire part de ses conclusions, mais la bouche déjà entrouverte, elle s’arrêta nette lorsque son ami aborda sans détours Alex. Son regard se figea cette fois-ci, et se détourna vers le sol, comme à chaque fois qu’elle était mal à l’aise.

« Je ne voulais pas t’inquiéter »

Elle était sincère, elle n’avait pas pensé une seconde que Darkar pourrait quitter sa retraite comme ça, à cause de son dernier message. Son handicap lui faisait parfois oublier ce que pouvaient ressentir ses quelques proches.
Il l’invita à le rejoindre à côté de lui, elle ne discuta pas et s’assit, les yeux fixant toujours le sol.

« J’ai appris que Alex… que ce qui s’est passé à la clinique, le détournement des médicaments, ce n’était pas la première fois. Elle a fait la même chose dans d’autres endroits, beaucoup d’autres endroits… et à chaque fois elle se faisait aider » résuma Lisbeth alors que lui revenait en mémoire avec trop de précisions le contenu du dossier de la trop jolie brune que lui avait fait découvrir Connor.

« Tu le savais ? » demanda-t-elle sans finalement vraiment attendre une réponse. Elle regrettait déjà d’avoir posé la question. Et si Darkar était au courant et qu’il ne lui avait rien dit ? Qu’il l’avait finalement autant trahie qu’Alex ? Pourtant, une partie d’elle avait besoin maintenant de connaître la vérité, elle en savait déjà trop pour parvenir à tout ignorer.

La nervosité gagna la jeune femme encore un peu plus. Elle sera l’un de ses poings plusieurs fois, dans un rythme rapide sensé l’apaiser. Elle continua le mouvement, incapable de s’arrêter pour le moment.

« Tu crois qu’ils avaient raison ? Que j’aurais dû rester dans un établissement spécialisé ? Qu’à cause de mon handicap je suis trop influençable et manipulable ? Peut-être que la tutelle n’aurait pas dû être retirée… ces dernières années se sont bien passées, j’ai géré, enfin je crois, mais c’est parce que je n’ai fait presque aucun connaissance… Et si je rencontrais de nouvelles personnes, qu’elles m’utilisaient ? Je sais que je peux être trop naïve… Regarde là, j’ai rencontré Morrigann, il y a seulement quelques jours, et depuis je suis restée chez elle. Elle est… incroyable ! Mais en fait je ne la connais pas… Pourtant je n’ai pas envie de partir, elle aussi s’intéresse aux vampires, tu verrais, elle a même une pièce avec l’épée qui a tué Angelus »

La grande brune ne semblait pas pouvoir s’interrompre, et déversa d’un coup toutes ses inquiétudes, mais aussi l’excitation de sa rencontre avec la jolie tueuse.

Elle quitta le lit subitement, elle ne pouvait plus rester assise. Elle tourna un peu dans la pièce, ne se rendant pas compte qu’elle continuait de serrer mécaniquement l’une de ses mains. Malgré la répétition du geste qui aurait dû commencer à la faire souffrir, elle ne s’en rendit pas compte, insensible ou presque à la douleur.

« Elle m’aimait quand même ? »

Finalement la seule question qui importait et lui importait sortit enfin. Sa voix s’était faite très enfantine, comme les traits de son visage, dans l’espoir d’une réponse positive de Darkar. Il était le seul parmi son entourage limité à avoir connu Alex, il avait pu la fréquenté pendant ces années à la clinique, il avait vu leur histoire débuter, la jolie psychiatre n’aurait pas pu tout lui cacher. Elle revint s’installer à côté de Darkar, sans parvenir à croiser son regard, mais dans un besoin de proximité rassurante que lui offrait toujours l’infirmier.
Innocents~Humaine
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation:
Journal:
Liens:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 22:01
Le jeune homme, assis sur le lit écoutât en silence son amie et l'observa également, c'est toujours ce qu'il avait fait pour elle, et c'était souvent ce dont elle avait besoin, les grand discours... Elle se perdait vite dans ses pensées et finissait par ne retenir que ce qu'elle voulait. Du coup il la soutenait par sa présence et par son regard doux et rassurant. Il fronçât les sourcils quant Lisy commença à parler des détournements de médicaments de son ancienne collègue, il s'était posé des questions à l'époque mais n'avais pas chercher plus loin, trop dans son cocon avec sa famille.

Je n'en savait rien Lisy.

Pas besoin de plus de mots, Darkar le savait. Il continuât de l'observer et remarqua les mouvements de sa mains, un signe bien trop connu de stress intense de la par de la jeune femme. Puis d'un coup il relevât la tête plus vivement qu'à son habitude.

Certainement pas. (Son ton était sec et franc) Tu es tout à fait aptes à t'autogérée, regarde toi comme tu as évolué, tu as même réussi à rester en contacte avec moi alors que tu aurais parfaitement pu laisser tomber. Ne te remet jamais en question, et encore moins devant moi, j'ai valider ta sortie avec d'autre médecin, c'est qu'il y avait des raisons. L'hôpital t'aurais détruite Lis, et tu le sais très bien.

Il releva aussi le nom de Morrigann et le ton légèrement changeant de sa voix à l'évocation de la jeune femme, ce qui rassura quelques peut l'homme. Mais il reviendrait sur le sujet plu-tard. Pour le moment calmer Lisy étais la priorité, et quant elle vint se rasseoir à ces côté il commença par prendre la mains crisper de la jeune femme et par la desserrer en douceur pour l 'ouvrir totalement et la prendre dans la sienne. De sa mains libre il tournât la visage de la jeune femme vers le sien pour la regarder dans les yeux même s'il savait qu'elle n'aimait pas trop ça, c'était toujours ce qu'il faisait afin de lui montrer son regard rassurant et appuyer ses propres parole.

Elle t'aimait princesse, ça j'en suis sur. Qu'elle est utilisé certaine personne soit, mais elle t'aimait, qui ne pourrait pas t'aimer de toute façon, moi aussi je t'aime, à ma façon.

Il déposa un doux baiser tendre sur le front de la brune et la pris en douceur dans ses bras et lui susurra quelques mots à l'oreille.

Et si tu m'en disait plus sur l'incroyable Morrigann.

En se reculant son regard brillait de curiosité et de malice, si cette femme avait toucher la belle brune c'est quelle avait quelques chose de spéciale, et ça intéressait réellement Darkar.
Empire des Damnés ~ Démon
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation: http://bigfork.forums-rpg.com/t332-darkar-snolt-s
Journal: http://bigfork.forums-rpg.com/t336-journal-d-un-demon-pacifiste#3100
Liens: http://bigfork.forums-rpg.com/t337-avoir-des-amis-c-est-bien-des-enemies-beaucoup-moins#3102
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juin - 22:52
« Elle me manque »

Avant que Darkar ne se recule légèrement, dans un souffle la brune avoua ses sentiments toujours si présents pour Alex. La présence de son ami, ses réponses claires et sans hésitation lui avaient permis de retrouver pendant quelques secondes un peu d’apaisement. Elle réalisa aussi à quel point la présence de Darkar avait pu lui manquer aussi. A l’exception de son prof de boxe qu’elle voyait deux fois par semaine, avec sa régularité habituelle, elle était toujours seule. Ses seuls contacts étaient ces autres hackers avec qui elle échangeait souvent. Sans doute égoïstement, elle se sentait soulagée de savoir Darkar à ses côtés.

« Tu vas rester ici ? »

Elle savait pourquoi Darkar était parti à l’autre bout du monde, qu’il avait eu besoin de se retrouver après la disparition de sa femme et de son fils. Mais elle ignorait maintenant quels étaient ses projets. Il lui avait parlé des pompiers, c’était peut-être le signe qu’il s’installait, mais son esprit agité avait besoin qu’il le lui confirme.

« Morrigann ? Elle est née en 1989, en Angleterre, c’est la petite nièce de Quentin Travers qui est le responsable du Conseil des observateurs. Ses parents étaient aussi des observateurs et elle aurait du le devenir. Mais elle a reçu les pouvoirs de tueuse, et elle n’a plus voulu suivre les observateurs » Comme souvent la brune n’avait pas saisi le vrai sens de la question de Darkar. Elle commença à reprendre et synthétiser les informations que sa mémoire photographique avait gardées de ses lectures pendant ses recherches. Elle continua encore un moment, à nouveau sans sembler pouvoir s’arrêter.

« Maintenant elle gère cette agence de protection avec deux collègues, tu as croisé Astrid. Elle va régulièrement dans un bar à quelques rues d’ici. C’est là que je l’ai trouvé, je l’ai recherché. Elle chante… elle joue de la guitare… et du piano aussi. Sa musique est si…vivante. Elle est…différente quand elle joue… et aussi quand elle parle de ces vampires qu’elle recherche »

Malgré les hésitations de Lisbeth qui semblait à chaque fois se replonger avec plaisir dans les sensations laissées par la jeune femme, l’excitation revenait avec force. D’ailleurs, tandis qu’elle parlait, elle avait quitté le lit pour faire des aller-retour avec une certaine fébrilité dans la petite pièce.

Son regard retomba finalement sur Darkar. Cela lui sauta aux yeux à nouveau.

« Tu n’es pas humain. Ton visage n’a pas changé, tu es le même malgré les années. Tu ne peux pas être un vampire, tu n’aurais pas pu venir à l’agence alors que le soleil n’était pas tombé et entrer sans être invité. Tu n’es pas un un démon sulvote, un ghora, ou un démon grimslaw »

La brune s’était arrêtée de bouger pour se planter devant Darkar. Elle ne montrait pas d’inquiétude, et finalement peu de surprise devant cette révélation. Elle ne se sentait pas en danger. Son seul intérêt était de retrouver l’identité du démon au milieu de toutes ses connaissances sur le monde occulte.

Elle reprit et continua d’énumérer une série de monstres et autres démons qu’elle connaissait, en éliminant au fur et à mesure les pistes.
Innocents~Humaine
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation:
Journal:
Liens:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juin - 23:37
Jusqu'à ce que tu en es marre de m'avoir dans les pattes, oui princesse.

Un sourire au lèvre il taquina doucement Lisy, encore un humour qu'elle aurait sûrement du mal à cerner, mais il avait toujours été comme ça, un brin d'humour tout en donnant une réponse précise. Une façon de tenter de lui faire comprendre en douceur l'humour de ce monde. Puis elle commença presque à s'agiter alors qu'elle énumérait tel un ordinateur pour commencé tout ce qu'elle savait de la tueuse, il la regardait les yeux malicieux tourner et virer dans la pièce en continuant son discourt... Un comportement qu'il lui avait déjà connu une foi ou deux par la passer, à l'époque où elle lui racontait ses journée passé avec Alex. Puis tout d'un coup elle s'arrêta net, comme figé dans le temps et ce mit à le questionné sur lui. Chose qu'elle faisait assez rarement sauf quant elle découvrait une anomalie dirons-nous, ce qui était le cas, mais voyant le calme de la jeune femme, le démon la laissa un peut mouliner dans le vide avec toute ses propositions et objections. Après un moment, et la fin de son monologue Darkar s'expliqua calmement, comme s'il racontait tout simplement un morceau de son histoire.

Je suis un Drougnard, je ne suis pas de cette dimension. Je viens d'un plan démoniaque nommé Xorcam, un lieu pas très accueillant où pour survivre il ne faut pas hésiter à tuer. Mon véritable nom est Rachengus, je suis arrivé ici dans les années 1750 en suède avec mon frère.  (à l'évocation de Stewart, Darkar se crispa légèrement mais tenta de ne rien montré à son amie) Pour survivre ici on a dut porté divers enveloppe, changer d'apparence, de mon côté je n'ai pas toujours été calme et patient au contraire. Mais ça c'est le passer, aujourd'hui est une autre page d'une trop longue histoire.

Le démon se leva un moment, l'esprit empli de souvenir démoniaque d'un passer hélas encore trop présent dans sa tête, il regarda un moment par la fenêtre, prit le temps de calmer son esprit en reprenant une respiration plus calme, plus profonde et de nouveau apaisé il se retourna de nouveau vers Lisbeth, il n'avait pas l'habitude de parler de son passer et de lui, il préférait donc se concentrer un peut plus sur son amie.

Tu m'as parler de Morrigann mais en utilisant les informations que tu as dut sûrement trouver ici et la te connaissant. Mais dis moi (Il s’approchât de la brune et posa tout en douceur sa main sur le cœur de cette dernière) lui il te dis quoi ? Je le sent s'accélérer quant tu parle d'elle, t'en rends-tu compte ?

Il la regarde quelques temps dans les yeux tentant en douceur de lui faire comprendre ce que elle même ne semblait pas encore avoir assimilé. Comprendre des écrits, des informations logique avait toujours été un jeu d'enfants pour Lisy, mais analyser ses propres sentiments lui a toujours été compliquer.

T'es-tu posés la question si elle aimait les femmes ? Comment est-elle physiquement ? Décris la moi s'il te plaie.

Le démon se reposa en tailleur au milieu du lit après avoir pris le temps d'enlever ses sandales, pour un fois qu'il n'était pas déjà pieds nues.
Empire des Damnés ~ Démon
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation: http://bigfork.forums-rpg.com/t332-darkar-snolt-s
Journal: http://bigfork.forums-rpg.com/t336-journal-d-un-demon-pacifiste#3100
Liens: http://bigfork.forums-rpg.com/t337-avoir-des-amis-c-est-bien-des-enemies-beaucoup-moins#3102
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Juin - 12:59
Comme souvent, Lisbeth prit les paroles de Darkar au premier sens du terme, et elle allait répondre qu’elle n’aurait jamais marre de lui, lorsqu’elle comprit au sourire malicieux de son ami qu’il plaisantait. Mais déjà elle continuait d’énumérer les démons qu’elle avait en tête jusqu’à ce qu’enfin il l’interrompe et lui explique la réalité. La révélation de Darkar eu pour effet de multiplier les questions pour la grande brune et d’attiser sa curiosité. Elle n’avait jamais rien lu au sujet de ces démons, jamais elle n’en avait entendu parler, ce qui était plutôt rare.

Son ami quitta à son tour le lit, partit regarder par la fenêtre. Rarement capable de percevoir les émotions des autres, même ses proches, Lisbeth ne réalisa pas le malaise du démon. Seuls les faits, les éléments factuels concernant Darkar lui venaient à l’esprit.

« Pourquoi les drougnards sont-ils si peu connus ? Et où est ton frère ? Pourquoi tu n’as pas changé d’apparence pour correspondre aux années passées et… »

L’infirmier vient interrompre et canaliser ses questions en revenant sur un tout autre sujet : Morrigann. Lorsqu’il l’interrogea en posant une main sur son cœur, la brune se figea plusieurs très longues secondes. Que cherchait-il à lui faire comprendre ? D’après lui, son cœur s’accélérait lorsqu’elle parlait de la tueuse… Peut-être qu’il avait raison, Morrigann avait quelque chose de tellement spécial, elle avait envie de mieux la connaître, de tout savoir d’elle.

Le sous-entendu de Darkar se précisa lorsqu’il lui demanda sans détour si elle savait si la brune aimait les femmes. Les yeux clairs de Lis s’écarquillèrent encore un peu plus. Elle ne s’était pas posé la question… mais aussitôt elle repassa en mémoire tout ce qu’elle avait pu lire, voir, ou chaque mot prononcé par la tueuse… et devait reconnaître qu’elle était incapable de répondre à cette question. Elle détestait ça, cette incertitude… Certains parlaient de cette capacité des homosexuels à se reconnaître, elle trouvait que c’était un vaste mensonge en ce qui la concernait, toujours sans aucun doute en raison de sa difficulté à décrypter les sentiments des autres.

« Je ne sais pas
»

La phrase courte était à l’opposé de toutes les pensées qui traversaient Lisbeth, clairement déstabilisée par la demande de Darkar. Elle laissait rarement une question sans réponse, alors elle préféra passer à la seconde interrogation de son ami, une description, c’était quelque chose de clair, précis, objectif.

« Elle a une taille normale, autour de 1m65 sans doute, et comme c’est une tueuse, elle est plutôt sportive et musclé. Elle a des cheveux longs, châtain, bouclés… Ses yeux sont noisettes »

Elle s’arrêta, prenant conscience que comme l’avait fait remarqué Darkar un peu plus tôt, à nouveau elle énumérait des données, sans faire part de ce qu’elle ressentait.

« Elle… son sourire… elle ne sourit pas souvent, je crois que c’est difficile pour elle d’être une tueuse, mais quand elle sourit, elle semble tellement…vivante. Et son regard… ses yeux brillent quand elle parle des vampires, elle est tellement passionnée ! »

Au fur et à mesure de sa description, Lisbeth réalisa que la tueuse l’attirait clairement. Elle aimait ses lèvres pâles, ses cheveux avaient une odeur enivrante.

« d’accord elle me plait… » reconnu franchement la grande brune, sans vraiment de réserve vis-à-vis de Darkar. Elle ne lui avait jamais rien vraiment caché, pas même les quelques rares rencontres qu’elle avait pu faire depuis la disparition d’Alex. Parfois même, elle lui avait demandé conseil. Il la connaissait par cœur, souvent mieux qu’elle-même

« Mais ce n’est pas Alex » Pour elle, cela clôturait tout débat… Bien sûr elle ferait d’autres rencontres, mais elle ne pourrait jamais aimer quelqu’un autant que son premier amour.
Innocents~Humaine
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation:
Journal:
Liens:
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Juin - 21:10
Darkar écouta son amie sans répondre tout de suite à ces questions, il la connaissait, elle enchaînerait tout de suite sur ces autres interrogations, alors il la regardait réfléchir, analyser, comme à son habitude et même tenter de couper court à toute discussion au sujet de Morrigann par une phrase qui semblait tout régler pour elle, mais pas pour le beau brun.

Tu as raison, elle n'est pas Alex... Mais Alex est morte princesse, alors que Morrigann est en vie.

Il s'allongea tranquillement sur le lit, faisant comme chez lui, les bras croisé sous sa tête tout en regardant le plafonds magnifiquement décoré tout en poutre apparente.

Tu sais après la mort de Yangchen j'ai refusé d'aimer qui que se soit, j'ai détester ce monde, cette vie et mon frère, mais mon temps passer au Tibet m'a appris bien de chose et surtout une en particulier. La haine peut toujours être présente dans notre cœur, la tristesse, le doute également, mais rien de tout cela ne changera le passer, seul l'acceptation permet d'avancer. Et même si je ne connais pas Morrigann, je te connais toi, et je sais que si elle te plaît c'est qu'il y a une raison, le cœur ne ment jamais lui. Écoute le plus que ta raison pour une fois Lisy, que risques-tu ? Je suis et reste là.

Il tournât alors légèrement la tête vers son amie et lui offrit un sourire rassurant. Puis son esprit repartie un peut dans son passé, dans tout ce que Lis se posait comme question, elle avait le droit à des réponses, même si c'était sûrement compliquer pour lui, mais au moins il pouvait rester sur la logique avec elle, sans rentrer dans le sentimentale.

J'ai garder cette enveloppe car au Tibet tout le monde connaissaient ma race, donc aucun intérêt de changer d’apparence, et ici personne ne me connaît à par toi, à qui je n'ai rien à cacher.

Après ces quelques mots il se redressât assis sur le lit, repensant à sa vie dans ce plan démoniaque.

Je crois que Stewart et moi sommes les seules à avoir réussi à quitter Xorcam... Je n'en ai jamais croiser d'autre depuis 1750... Et c'est sûrement mieux ainsi. Quant on est arrivé ici, on était déboussolé totalement, tellement habituer à tuer pour survivre que l'on agissait de la même manière ici. On a fait beaucoup de mal autour de nous à l'époque, et alors que moi je rencontrais Yang, mon frère n'a pas changer de façon d'agir. J'ai découvert d'autre pays, d'autre philosophie de vie, d'autre façon de vivre, alors que lui rêve encore de régner parmi les humains et de destruction. J'ai coupé les pont avec lui depuis la disparition de ma famille, alors où il est, je n'en sais rien, et ça m'importe peut, c'est un fardeau en moins sur mes épaules.

Les yeux fermer quelques seconde il revoyait le visage souriant de sa femme et de son fils, une larme roula alors sur sa joue mais il n'en tenut pas rigueur et l'efface d'un geste de la mains. Puis face à Lisy il reprit son ton désinvolte et malicieux.

Alors dit, tu vas faire quoi pour Morrigann ? Tu vas chercher à mieux la connaître où je vais devoir faire tout le travail pour toi ?

Il se mit à rire comme un enfant, ou plutôt comme un ami rigolant avec sa meilleure amie.
Empire des Damnés ~ Démon
avatar

Carte d'identité
Fiche de présentation: http://bigfork.forums-rpg.com/t332-darkar-snolt-s
Journal: http://bigfork.forums-rpg.com/t336-journal-d-un-demon-pacifiste#3100
Liens: http://bigfork.forums-rpg.com/t337-avoir-des-amis-c-est-bien-des-enemies-beaucoup-moins#3102
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations ::  :: Downton Los Angeles :: Travers Close Protection-