Following Angel Investigations

Los Angeles
 
Bienvenue sur Discord!
La force est de retour et elle vous met au défi, les relèverez-vous?

Partagez | 
 

 Show must go on (PV Julian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Show must go on (PV Julian)   Ven 30 Déc - 17:52

Elle n’avait pas allumé les lumières, l’intérieur était seulement teinté des phares des voitures qui passaient, de l’éclairage public, des affiches publicitaires clignotantes. Ils montaient jusqu’en haut du building, berçant la pièce de lueurs et d’ombres étranges.

Elle avança la main pour porter le verre à ses lèvres, puis le reposa. Le tintement du verre résonna. Pourtant elle avait l’habitude de se retrouver seule, ce n’était pas un problème. Mais ce soir, l’absence de Julian n’avait rien de normal.

Un peu plus tôt dans la soirée, elle avait déambulé à la recherche du jeune homme dans la salle de spectacle, au milieu des cadavres laissés par les zombies. Elle ne l’avait pas retrouvé, il ne répondait pas à ses appels télépathiques. Brown avait rejoint sa maîtresse, il essaya de l’emmener dans un lieu plus sur, mais voyant à son visage fermé qu’elle refuserait, il avait continué la recherche avec elle… sans plus de succès…

Les hommes de l’Initiative avaient rapidement repris le contrôle du bâtiment et le fouillèrent de fond en comble. Ils revinrent bredouilles. Le gouverneur avait officiellement disparu, et Gabrielle du se résoudre à suivre enfin Brook ; il la ramena à son immeuble. Alors qu’il s’apprêtait à sortir de l’ascenseur pour rester avec elle, elle lui fit comprendre d’un geste impératif de la main qu’elle ne le voulait pas.

Elle resta immobile encore plusieurs minutes, il fallait d’abord qu’elle réfléchisse et qu’elle reprenne son calme. Enfin elle avait retrouvé une certaine maîtrise d’elle-même, alors elle rejoignit la chambre, ferma les rideaux, et sorti son matériel de magie. Elle installa les bougies et un pendule, puis répéta plusieurs fois un sort de localisation… Mais rien ne bougeait… pas un souffle ne voulait faire vaciller le pendule. Elle tenta d’autres sorts, sa voix se faisait de plus en plus dure et son regard noir…
Après plusieurs heures, elle finit par abandonner, vidée de toute énergie… La magie ne lui apporterait visiblement aucune réponse. Julian semblait avoir disparu de la surface de la terre. Même mort, elle aurait du percevoir un signe, retrouver son corps… Elle ne comprenait pas.

Elle alluma la télévision. Brown avait fait du bon travail en faisant passer ses instructions auprès des responsables de la communication du gouverneur. Il aurait été impossible de cacher ce qui venait de se produire, alors autant diffuser un message clair : les mesures de sécurité de la Californie et de Los Angeles devaient être renforcé compte tenu des dangers présents, comme le révélait cette attaque soudaine de zombies combattus avec courage par les hommes de l’Initiative. La période du couvre-feu était immédiatement allongée, et un système de contrôle de la circulation en journée mis en place. Pour cela les effectifs de l’Initiative seront augmentés.

Concernant la disparition de Julian, les choses restaient plus flous… Son adjoint apparu à l’écran et commença son discours. Sans grande surprise, il annonça qu’il assurerait l’intérim en l’absence du Gouverneur. L’homme d’une soixantaine d’années transpirait à grandes gouttes, visiblement mal à l’aise. D’ailleurs, il refusa poliment mais avec empressement de répondre aux questions des journalistes pour mieux disparaître.

« John, c’est Gabrielle. Merci pour vos paroles encourageantes concernant Julian » Si la brune ne pouvait rien faire pour le moment pour retrouver Julian, pour autant, elle ne laisserait pas son oeuvre disparaître avec lui, ils avaient trop fait d'effort pour parvenir à ce résultat. Alors elle ne perdit pas un instant pour prendre contact avec John Hirving. Elle le laissa plusieurs minutes répéter que Julian allait revenir, qu’il ne fallait pas désespérer… Il semblait davantage chercher à se réassurer lui-même… Il avait toujours été faible, c’était bien pour cela que Julian et Gabrielle l’avaient choisi comme adjoint. Il était loyal, bon technicien… et absolument sans ambition.

« Vous étiez très bien pendant votre discours, vous avez sans doute trouvé les mots pour rassurer la population » mentit la brune puis s’arrêta en attendant la suite.
« Merci… mais… Gabrielle… est-ce que… je suis désolé de vous demander cela en de telles circonstances, mais pourrions-nous nous voir demain ? Vous pourriez m’aider, me conseiller sur ce que Julian ferait. »

Un léger sourire, le premier depuis la soirée, apparu sur les lèvres de Gabrielle.

« Si cela peut vous être utile, bien sûr… je crois que cela permettra de me changer les idées, de ne pas trop penser à son absence. Je peux venir à votre bureau à 10h » Tout en veillant à ne pas trop laisser percevoir sa satisfaction, la brune termina la conversation, puis raccrocha.

Elle se décida enfin à rejoindre leur chambre et à se coucher. Mais elle ne parvint pas à s’endormir avant un long moment.


Dernière édition par Gabrielle McKinley le Mar 21 Fév - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mer 4 Jan - 19:50

« Monsieur le Vice-Gouverneur, à ce rythme il ne sera bientôt plus possible de payer les hommes de l’Initiative et les tueuses… Le budget n’est pas extensible à l’infini »

Comme à chaque fois que la discussion devenait plus compliquée et les échanges houleux, John Hirving baissa les yeux, sa respiration se faisait plus forte. Gabrielle pouvait imaginer avec un certain dégoût la moiteur de ses mains sous le stress… Il n’avait définitivement pas la carrure pour ce poste.

Le remplaçant improbable de Julian leva les yeux vers elle, attendant qu’elle le soutienne, qu’elle défende ce choix d’augmenter les effectifs de l’Initiative, puisque la décision au final venait d’elle. Mais la brune se contenta d’aborder un visage serein et resta silencieuse, alors que le Directeur des finances attendait que Hirving se positionne.

« Je… Nous verrons ça plus tard, je vous remercie, je vous tiendrais au courant » Le vice-gouverneur avait au moins le mérite d’avoir de fortes capacités d’esquive. D’ailleurs, déjà il se leva pour raccompagner l’homme vers la porte, signifiant ainsi que sa présence n’était plus désirée. Visiblement mécontent, le Directeur des finances quitta la pièce, laissant Hirving et Gabrielle seuls.

« Ne vous inquiétez pas John, M. Covey attend simplement une solution à ce problème financier et nous allons la lui apporter ».

Les traits du visage du vice-président se détendirent immédiatement. La brune resta silencieuse, terminant sa tasse de thé pour prendre le temps de réfléchir. Stephan Covey avait raison, le budget n’était pas illimité, financer les salaires des militaires et des tueuses avaient un coût qui nécessiterait une contrepartie.

« La sécurité de la population nécessite des sacrifices et de faire des choix. Malheureusement certaines activités ne pourront plus relever des finances de l’Etat. Les budgets de la culture et de l’éducation devront contribuer à cet effort.» décida la brune en utilisant exactement les éléments de langage que pourrait reprendre au mot près John Hirving lorsqu'il l'annoncerait. Sentant qu’il restait inquiet, elle continua en lui proposant d’examiner avec lui plus précisément les budgets dont elle parlait avec lui le lendemain. Elle avait déjà des idées, fermer des musées, certaines écoles ou demander une contribution aux parents…

« John, j’aimerais en profiter pour évoquer avec vous un autre sujet plus… délicat » Cela faisait bientôt 15 jours que Julian avait disparu et malgré les tentatives quotidiennes de la brune pour le retrouver, avec la magie, ou via l’Initiative, son mari restait introuvable. Elle n’avait plus le choix, elle devait faire bouger les choses avant que Hirving ne s’installe… ou pire qu’une opposition se forme.

« Je ne sais pas trop comment vous en parler sans vous blesser, mais j’ai entendu des rumeurs… vous savez les bruits de couloir circulent vite ici » commença doucement la brune à poser les bases de la conversation. Comme prévu, Hirving se raidit, attendant la suite avec anxiété.

« Pour certaines personnes, vous n’êtes pas fait pour ce poste, vous n’avez pas la carrure pour remplacer Julian »

L’homme resta silencieux, et baissa la tête à nouveau, comme un enfant blessé.

« Je sais que vous faîtes de votre mieux John dans ces circonstances… Mais il faudrait taire ces rumeurs avant qu’elles ne se diffusent. Vous devriez annoncer l’organisation de nouvelles élections pour le poste de gouverneur. Etre élu par la population vous donnera la légitimité nécessaire face aux mauvaises langues »

Le vice-gouverneur leva un regard surpris vers elle, et peu assuré. Mais elle savait qu’elle n’aurait pas de mal à le convaincre.

« Je ne veux pas perdre espoir dans le retour de Julian, mais… je crois que nous devons être pragmatiques. Organiser des élections rapidement, dans trois semaines au plus tard, serait la meilleur façon d’assurer sa suite, ne pas rendre vain son travail »

De manière consciente, elle laissa percevoir son émotion à l’évocation de Julian, juste ce qu’il fallait pour exploiter la fibre sentimentale du vieil homme.

« D’accord, je l’annoncerais à la conférence de presse de tout à l’heure »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mar 21 Fév - 19:25

« Je vous annonce officiellement que je retire ma candidature comme gouverneur de Californie, et j’apporte tout mon soutien à Gabrielle McKinley. Je voterais personnellement pour elle, et j’invite la population à faire de même. En cette période troublée, elle est la mieux placé pour comprendre ce que peut vivre chaque famille qui a perdu un de ses proches à cause de ses monstres »

Gabrielle adopta l’expression du visage attendu : à la fois la tristesse en lien avec la disparition de Julian, mais aussi une certaine fermeté. Les électeurs avaient surtout besoin d’être rassuré. Mais elle observa surtout le visage de stupeur de la journaliste en charge de l’interview. Elle ne s’attendait certainement pas à ce coup de théâtre : la veille de l’élection du gouverneur, John Irving, seul candidat, se retirait de la course...

S’ensuivit un petit moment de flottement pendant lequel la journaliste tâcha d’improviser et de se rattraper à ses quelques vagues connaissances juridiques pour interroger la légalité de ce procédé. Ce fut au tour de Gabrielle de prendre la parole, et il ne fallu pas plus de quelques minutes pour dépasser ce « point de détail » ; déjà elle expliquait ses motivations, et la journaliste semblait conquise.

« Merci pour tout John, vous allez pouvoir profiter de vos petits enfants maintenant » Ils quittèrent ensemble le studio d’enregistrement, l’homme se contenta de hocher la tête. Il ne montra pas plus de résistance que deux heures plus tôt lorsqu’elle lui avait mis le marché entre ses mains : soit il se retirait et la soutenait, soit les journaux diffuseraient le soir même des informations compromettantes à son sujet. Elle n’avait pas encore eu besoin d’utiliser la magie, ce qui lui convenait très bien.

Il partit, elle appela aussitôt Brown. Il lui donna les premiers résultats des sondages, il ne faisait aucun doute qu’elle serait élue, sa popularité était réelle, et la disparition de Julian n’avait fait que la renforcer.

***

Comme toutes les nuits depuis que son mari s’était volatilisé, elle ne pouvait pas dormir. Elle tenta une fois encore un sort de localisation, et pendant une fraction de seconde, le pendule brilla. C’était à l’autre bout de la ville, un quartier peu fréquentable… comme beaucoup aujourd’hui à LA. Elle essaya aussitôt la télépathie… sans succès. Peut-être qu’il était simplement trop loin d’elle… ou inconscient.
Elle s’habilla rapidement, une tenue pratique, le genre qu’elle portait pour courir. Elle réalisa soudain qu’elle ne pouvait pas passer par l’entrée principale ; depuis son élection et sa prise de fonction comme gouverneur de Californie, Brown avait ajouté plusieurs hommes et tueuses de l’Initiative pour assurer sa sécurité, et elle ne voulait pas qu’ils la suivent, et encore moins qu’ils sachent qu’elle sortait.
Elle se réinstalla en tailleur et se concentra, puis répéta plusieurs fois une même formule. Quelques secondes plus tard, elle apparaissait dans la rue que le pendule avait indiquée sur la carte de la ville. Ses yeux d’ordinaire bleus étaient maintenant noirs, effrayants. Elle mit quelques secondes à retrouver son état normal. A force de pratiquer la magie de façon encore plus intensive depuis la disparition de Julian, elle avait augmenté ses pouvoirs de façon impressionnante… et elle sentait que la magie commençait à l’imprégner totalement.

Les lieux semblaient déserts ; pas surprenant vu l’heure et le renforcement du couvre-feu. Se fiant à son intuition elle avança dans la rue vide. Soudain, d’une petite ruelle adjacente apparu brusquement un démon de deux mètres de haut. Elle ne se laissa pas impressionner, et s’apprêtait à continuer d’avancer à la recherche de Julian. Mais cela ne semblait pas être du goût du démon, qui à défaut d’expliquer ce qu’il cherchait, poussa un grognement sur elle avant de l’attaquer. Elle n’eut pas le temps de bien viser, la boule de feu qu’elle lança sur lui passa à côté. Cela n’impression pas le monstre qui l’attrapa par la gorge avant de commencer à serrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Dim 19 Nov - 2:16

Des jours, des mois ou des années... Depuis combien de temps je suis dans le noir, dans le froid, l'humidité et la terreur, je l'ignore. Ici, le temps passe différemment, ça je j'ai remarquer, mais où étais-je? Enfin où suis-je? Cette univers, ce plan d’existence, ce n'est pas le miens.
Et moi, qui suis-je, que suis-je. Certes ma vitalité est à son paroxysme, mais pourquoi, est-ce dù à ce lieu étrange, inconnu? Je ne suis pas ignare, et je sait quant les choses sont différente de la réalité que je connais. Et là c'est le cas. J'avance dans cette obscurité, j'entend des cris, des gémissements, mais ne vois rien... Si je réfléchie... J'ai des flashs... Le bal, Faith prisonnière, le discourt de l'observateur... Et ces créatures! Il est là le puzzle manquent... Mais la suite... Pourquoi je ne me rappel rien, si, ces yeux rouge qui me fixe, se sourire sadique, et tout ce sang. Gabrielle qui m'appelle, me cherche, mais elle ne me retrouvera jamais, plus jamais... Je suis ici, prisonnier de tourment infernal. Pourtant je me sent étrangement bien, physiquement, jamais je ne me suis sentit aussi fort... Je sent pourtant le feu sur mon visage, la faim qui me tiraille le ventre...

Il faut que je reprenne mes esprits, je suis Julian McKinley, de la ligné des McKinley, grand sorcier de cette ère, je ne resterais pas ici, on compte sur moi, Gaby compte sur moi et j'ai besoin d'elle. Cette façon de penser n'est pas dans mes habitude... Mais ça me fait avancer, me donne envie de retrouver ma vie. Je n'ai rien d'autre à faire que de marcher, découvrir où je suis, et trouver une sortie, il y a toujours une sortie.

*** Plusieurs heures passent***

Des voix, des cris, plus fort, ils me visent, mentionnent mon nom, m'appels... Mais où sont-ils, ils me frôlent mais je ne les vois pas...

- Julian... Viens... Approche... Rejoins-nous...

C'est plus fort que moi, telle des sirènes ils m'attirent, pourtant je sais qu'il ne le faut pas, résister... Soudain une main, une personne ou une chose me tire en arrière violemment.

- Que fais-tu ici Julian? Ce n'est pas ton heure, pas ta place mon fils. Tu dois te battre, détruire cette malédiction, nous libéré et te libéré. Nous sommes tous là. Viens.

- Qui es-tu? Qui êtes-vous?

Nombreux, ils sont nombreux, trop, des centaines. Mais qui sont-ils? La puissance qui émane d'eux... Elle ne m'est pas inconnu. Ils brillent d'une lumière ténébreuse, une noirceur pourtant bien éclatante.

- Mère! Mais vous êtes...
- Morte, oui. Mais pas toi, tu es en transition et il est grand temps que tu rentres. Nous allons t'y aider. Pardonne moi.
-Pardonner, mais pardonner quoi....

Pas le temps de finir ma phrase, je suis ailleurs déjà. Qu'est-ce que c'était que ça? Un rêve? En tout cas je semble être en plein cauchemars... Autour de moi... Des démons... Je suis dans une sorte de boule d'énergie... Ils marmonnent mais je ne comprend pas leurs propos. Une autres langue? Non ils parlent juste trop bas. Mais... Je les entends maintenant, concentrer et je les comprends. Gabrielle me cherche? Sacret femme. Depuis plusieurs mois? Déjà ?!! Mon dieux... Arg je ne comprends pas tout, mais le mot mort viens à mes oreilles. Veulent-ils la tuer? Tuer celle que j'aime!!! Hors de question!! La rage s'empare de mois, de mon corps, de mon esprit, une colère jamais connu à ce jour. Elle fait naître en moi une force inconnu. Je tends les bras et ma puissance détruit le bouclier? La prison d'énergie? Peut importe. Ils doivent mourir! En me levant la table où j'étais allongé vol en éclat, je ne contrôle pas mes forces... Mais ils doivent mourir! La rage, inhumaine, m'envahie encore plus et pour la première fois, la magie ne m'est d'aucune utilité... Le combat promet d'être rude, mais étrangement je n'ai pas peur... Les autres par contre, on peut lire la terreur sur leurs visages, je ne suis qu'un humain doter de certain pouvoir pourtant c'est tout. Le combat prend fin, tous morts... Ils sont tous mort, mon sang coule... enfin je crois, noir... Ce n'est pas possible. En sortant je vois mon reflet dans un miroir briser, quel est ce visage inhumain... La peur me prend mais je me calme, respire, me regarde à nouveau... Celui-là me ressemble mieux, mais il est défigurer, adieu la beauté qui me caractérisait, mais je n'ai rien perdu de mon charisme...

*** Plusieurs jours après ***

Je comprend enfin ce que je suis, enfin à peut près... je ne peut me montrer comme ça, pas temps que je n'arrivais pas à me contrôler mieux que ça. Maintenant, c'est le cas, je peut sortir, enfin. Quitter cet immeuble protéger par mes sorts. On pourra me localiser mais c'est le but rechercher. Mais pas Gabrielle... Jamais elle ne tolérera cette homme... Mon visage... Cette difformité... Je marche à travers les ruelles de la ville, sans réelle but, juste marcher, sentir l'air frais sur ma peau, ça me change et ça fait du bien. Mais voilà que le destin me rattrape au détour d'une ruelle, une boule de feu passe très près de moi, un grognement, de la crainte, pas de la grande peur, mais celle qui émane des personne qui connaissent ces créatures démoniaque... J'hume l'air... Cette odeur... Elle ne m'est pas inconnue... Cette énergie non plus...

- Gabrielle!

Mon instinct prend le dessus, c'est plus fort que moi, à croire que l'amour est bien plus fort que tout. Elle est là, belle... douce... Mais ce démon!!! Je ne demande pas mon reste et fait vite lâcher prise à ce monstre, mon visage, contre mon gré, se change, mon corps augmente en masse, mes yeux tourne au rouge, et des griffes pointe le bout de leurs nez à l'extrémité de mes doigts... Un rugissement animal sort de ma gorge alors que je suis entre ce démon et ma femme. Je saute sur lui toute griffe dehors, le mort au cou, ma mâchoire puissante ne lâche pas prise. Je ne serais dire ce qu'on fait mes ancêtre, mais ils ont fait de moi un Loup-Garou, j'ai garder mes pouvoir de sorcier, mais je suis ce que je suis. Et ce démon va comprendre le malheurs de toucher une McKinley!! Je le laboure de mes griffes acéré, il me rend mes coups, je dois en prendre autant qu'il en reçoit. Mais peut importe, la violence fait que je me sent vivant. La rage aussi, et la magie... Je plante mes griffes dans son torse et fait cracher de mes mains des flammes qui viennent lui lécher les intestins, s'il en possèdent... Le démon fait trois pas en arrière et, l'air étonné, prend feu et explose éparpillant des morceaux de chaire un peu partout autour de lui.

Je reprend mon calme, apaise mon esprit animal, et une foi ma forme humaine reprise, je me retourne vers Gabrielle... Faisant comme si rien n'était.

- Bonjour madame le gouverneur.

Mon regard la dévisage, apaiser de la voir enfin, mais terrifier par son regard qui glisse également sur moi.

- Bonjour Gaby

Dis-je avec un ton plus familier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Sam 9 Déc - 20:18

Elle étouffait sous la poigne trop serré du monstre, mais elle ne paniqua pas. Elle s’était déjà retrouvée en situation de danger, et son esprit rationnel cherchait avant tout à se dégager pour prononcer une formule qui la sauverait. Mais elle n’en eu pas besoin, une autre créature intervint soudain, un loup-garou. Il frappa lourdement le monstre, et elle glissa au sol. Elle resta immobile plusieurs longues secondes… Ce n’était pas la peur, ni le choc. Julian était là, très proche, elle sentait sa présence. Jamais elle ne l’avait ressenti aussi fortement, il y avait quelque chose de différent.

Les deux monstres se combattaient, le loup-garou prit rapidement le dessus. La brune surveillait le combat d’un œil tout en relevant. Mais surtout elle cherchait autour d’elle dans la pénombre, à la rechercher d’une silhouette si familière. Il était là !

Le démon perdit du terrain et le loup-garou l’acheva. Le plus discrètement possible Gabrielle commença à reculer, elle ne savait pas si la bête ne chercherait pas à s’en prendre à elle ensuite. Il s’éloigna légèrement puis s’arrêta. Gabrielle aussi, ne voulant pas davantage attirer son attention, tout en le regardant avec vigilance, puis il se retourna.

Sa voix était toujours aussi chaude, il avait la même intonation pour dire son prénom qui la faisait tressaillir. Mais les yeux bleus de Gabrielle se figèrent en se posant sur son mari. Son visage ! Elle se reprit immédiatement mais pendant quelques secondes son regard trahit le dégout qu’il lui avait inspiré. Il n’était plus le même, son visage était marqué, ou plutôt défiguré par des morceaux de chairs absents.

Mais ce n’était pas tout… Alors qu’elle avait tant espéré et cherché son retour, elle resta bloquée encore plusieurs secondes. Les yeux bleus de Julian étaient foncés, et il se dégageait de lui une puissance nouvelle, inconcevable quelques semaines plus tôt. Un frisson de peur la saisit. Elle n’avait pourtant jamais été effrayé par le sorcier auparavant… il avait certes toujours eu plus de pouvoir qu’elle, parce qu’il était plus expérimenté, mais elle avait toujours pensé qu’elle pourrait l’égaler. Il semblait maintenant hors de portée, quelque chose de surnaturel l’habitait.

Enfin elle parvint à se ressaisir, et le rejoignit. Elle se rapprocha de lui pour être assez proche pour tendre ses doigts doucement sur son visage meurtri. Elle lui caressa la joue avec émotion, effleurant les cicatrices. Puis sans plus d’hésitation, elle approcha son visage du sien pour l’embrasser à pleine bouche.

« Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? Je t’ai cherché partout… » Murmura-t-elle plus qu’elle ne parla vraiment, tout en restant collée encore quelques secondes contre le torse de Julian.

Des bruits réguliers arrivèrent jusqu’à eux, et se rapprochèrent. Les soldats de l’Initiative sans aucun doute…

« On ne peut pas rester ici... » Analysa-t-elle rapidement. Elle avait besoin de connaître les intentions de Julian, elle ne savait pas ce qu’il voulait, ce qu’il attendait….et elle détestait ça. Ils avaient toujours partagé leurs projets, leur ambition. Est-ce que ce serait toujours le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Jeu 14 Déc - 22:58

Gabrielle m'embrassa... Pleine d'émotion, je pouvais entendre son cœur s'accéléré... Elle m'avait rechercher, je le savait, longtemps j'avais bloquer son pouvoir, bloqué ce lien... La sentir à nouveau contre moi. Je savais qu'elle me manquais, mon instinct animal était rattacher à elle, plus que tout le reste. Durent les années passer auprès de l'initiative je savais que certaine race était fortement lier à leurs émotion, j'en fais les frais aujourd'hui. Pourtant on m'avais aussi appris qu'un loup garou ne se transformait que les soirs de plaine lune... Ce qui était faut, ou alors les choses avaient évolué... Je le signalerait bien à ces hommes... Mais maintenant, ça sera compliquer. D'ailleurs je les entends approchez, des pas sourd, réguliers... Gaby me propose de fuir, mais j'ai des obligations, une meute...

- Je ne peux pas, suis moi...

Je la prend par la main et la tire dans les ruelles, à travers se labyrinthe de rue étroite.

- Le démon qui t'a attaquer... C'est une race cannibale, lui et ces compagnons tente de nous tuer depuis quelques semaines. A croire qu'il déteste les loups. On a déjà eue trois mort, un couple et leurs enfants, un petit garçon de 5 ans. Je ne peut pas laisser les autres mon amour.

J'ouvre une porte en métal, suffisamment solide pour qu'un humain lambda seul ne puisse l'ouvrir. Ces hommes et femmes m'on accueillie après mon retour, et au fil du temps je suis devenue leur alfa, à croire que même en loup je gardait mon charisme. Au sol des couvertures, des affaires, de la nourriture, et autour 8 personnes et deux enfants. Les gens de passage pourrais pensé à un repère de SDF, mais il n'y a que des créatures, des loup en majorité et une coyote avec sa fille.

- On doit les aider. Emmenons-les chez nous. Les mètres à l'abris. Se sont de très bon combattants, ils pourrons trouver facilement une place à nos côté, et les autres seront inscrit à l’association que tu tiens. Je sais que ce n'est pas notre priorité, ta priorité, mais c'est ma famille, et pour certain, je parle au sens propre...

Parmi eux se trouvait Gérard et Julie, deux anciens McKinley, âgés de centaines d'année, la famille les avaient crus mort depuis longtemps... Il était enfermer dans la même dimension démoniaque de Julian en réalité, et grâce à lui, ils ont put s’échapper à leurs tour. Julie est quelques peut atteinte psychologiquement, mais avec la présence de Gérard, son mari, elle arrive parfaitement à géré son dysfonctionnement mentale.

- Tu dois prendre une décision Gaby, ils approchent, je peut les entendre. Sinon nous devrons nous battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mer 27 Déc - 10:05

Gabrielle pensait que Julian chercherait avant tout à se mettre en sécurité, mais ce n’était plus le même homme. Et elle en eu la confirmation alors qu’il la saisit par la main et l’entraina par les ruelles avec une force qu’elle ne lui connaissait pas. Elle eut du mal à le suivre malgré sa tenue simple et adaptée. Cela ne l’empêcha pas de l’écouter avec attention. Elle tiqua sur le « nous ». Pourquoi se sentir aussi concerné ?

Ils s’arrêtèrent enfin devant une porte lourde que son mari n’eut pourtant aucun mal à pousser. La scène qui se dévoila alors était digne d’une cour des miracles. Des hommes, une famille s’entassaient là au milieu de couvertures et d’affaires sales. Peu touchée par la situation, Gabrielle resta sur la réserve et entra tout juste d’un pied dans l’abri.

Julian l’interpella à nouveau en lui expliquant ses projets. Il voulait les ramener chez eux, les mettre à l’abri. La visage de la brune se montra d’abord surprise, puis se ferma légèrement. Rationnelle comme toujours, elle envisagea les différentes possibilités… Julian la mettait au pied du mur en lui demandant de protéger ces inconnus… alors même qu’ils n’avaient pas parlé de sa transformation, de ce qu’il lui était arrivé.

« C’est trop dangereux, ils ne peuvent pas venir comme ça chez moi… nous » Le ton de la jeune femme était sans concession. « Je suis constamment sous la protection des hommes de Brown, sans compter les médias. Je ne peux pas prendre ce risque. Nous ne savons même comment nous pourrions annoncer ton retour »

Elle continua d’ignorer les personnes à côté, malgré l’attention qu’ils lui adressaient. Ils avaient compris sans aucun doute qu’elle pourrait leur simplifier la vie.

« C’est ton combat ici, pas le mien… » Insista-t-elle à nouveau en plongeant ses yeux dans le regard bleu de Julian, tâchant de faire abstraction de ces marques déformants son visage. Un peu plus loin, des rumeurs commençaient à revenir jusqu’à eux. Julian avait raison, l’Initiative approchait, les mettant tous en danger.

« Amène les dans l’abri 3 de l’Initiative, ce sera toujours mieux que ce… » Elle faillit rajouter « trou à rats » avant de s’arrêter… « cet endroit… et ce sera plus sûr. Je m’assurerais auprès de Brook que personne de l’Initiative y aille et vienne vous déranger »
Julian n’aurait aucun mal à retrouver cet abri, il les connaissait tous. Quand à Brook, il avait cessé depuis longtemps de lui poser trop de questions et faisait simplement ce qu’elle lui demandait. Il avait été particulièrement présent depuis la disparition de son mari, au point que leur liaison était de moins en moins secrète parmi les responsables de l’Initiative ou du gouvernement.

« Si vous partez maintenant, c’est encore possible de ne pas croiser l’Initiative. Tu sais où me retrouver… si tu en as envie… »

Les retrouvailles avec Julian n’étaient pas celles qu’elle avait imaginées ou espérées. Il n’avait pas cherché à la retrouver, à moins d’y être enfin obligé par ce monstre qui l’avait attaqué… et seuls ces individus paraissaient l’intéressé…

Sans plus attendre, elle les quitta d’un pas rapide et s’engouffra dans plusieurs ruelles avant de trouver un endroit tranquille. Comme un peu plus tôt dans la soirée, elle s’installa en tailleur, tâcha de faire abstraction des bruits ambiants et fit le vide autour d’elle pour se concentrer. Quelques minutes plus tard, elle se retrouvait dans son superbe appartement au dernier étage d’une tour qui dominait les lumières de Los Angeles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Ven 29 Déc - 23:31

Julian laissât partir Gabrielle sans un mot, pas très étonné de son comportement et de sa réaction, mais il fallait que les autres l’entendent, venant de sa bouche, ils ne le croyaient pas, mais venait d’elle, il y avait plus de chance… Après quelques minutes de silence un homme grand, une quarantaine d’années à la peau basanée et les temps grisonnante sortit de l’ombre. Caché à la vue de tous , il avait regardé la scène.

« Arrange-moi ça au plus vite gouverneur.  Sinon tu sais ce qu’il adviendra de la gamine et sa famille. Sa famille.»

L’homme désigna la porte par où la jeune femme venait de partir avec un geste de la tête.

« Il serait dommage d’abimer un si beau visage, si doux, si angélique… »

Le loup-garou tenait une enfant de pas plus de 5 ans entre ses mains. La petite sentait la peur à des kilomètres.  Julian détournât les yeux, ce n’était pas encore le moment pour lui. Et sans aide il ne parviendrait pas à les sauver…  Cet homme savait tout de lui, ses points forts, ces faiblesses, mais il était également bien plus puissant que lui. Il attendit que les troupes de l’initiative est terminées leur ronde pour partir avec tout le monde. Ils s’installèrent là où Gabrielle leur avait dit. Le lieu n’était pas un château, mais ici au moins les hommes de Julian ne les y chercheraient pas. Après quelques heures Julian parties pour tenter d’arranger les choses avec sa femme, et surtout avec l’Alpha qui les tenait sous sa coupe.

« Si tu n’es pas de retour dans quatre heures, je tus la mère… »

Lança l’homme sur un ton des plus normal, comme s’il venait de lui annoncer que les clefs de la voiture se trouvaient dans un tiroir.  Julian s’arrêtât dans l’entrer quelques secondes puis finit par sortir. Il se posât entre deux murs, à l’abri des regards et se téléporta chez lui.

L’appartement n’avait pas changé, il marchât un peut dans le salon, regardant les photos de leur mariage, puis il se dirigeât vers la cheminé, se servit un double scotch et s’assit sur son fauteuil habituel, à scruter la ville par la fenêtre.  La nuit était tombée et les lumières éclairaient cette dernière, tout était calme, quant des bruits de pas, puis le claquement d’une porte se fit entendre.

« Je vois que tu n’as rien changé… »

Il fit pivoté le fauteuil et se retrouvât en face de Gabrielle, ça faisait presque 24 heures qu’ils ne s’étaient pas revus. Il se leva et déposa une photo d’eux accompagnée d’un couple sur la table, juste en face de la jeune femme.

« Tu les reconnais ? Ils ont eu une petite fille, elle vient d’avoir quatre ans, c’est un amour. Pleine de vie, sauf qu’elle ne peut pas vraiment le montrer… »

Julian but le reste de son verre d’une traite avant de s’en resservir un autre dans la volée.

« Je sais depuis combien de temps tu me recherches Gaby… Je te dois des explications, mais je n’ai pas beaucoup de temps. »

Il déposât son verre sur la table et se rapprochât de sa femme, les mains posées sur ses épaules il la regardait dans le fond des yeux.

«  Il faut que tu me fasses confiance, je ne pouvais pas te voir avant,  je t’aurais tuée… et ça m’aurait tué par la même occasion. C’est pour ça que j’ai bloqué notre lien… Pardonne-moi… Je t’aime et ne cesserait jamais de t’aimer. Mais il faut que tu saches que les choses on changer, je suis heureux que tu es pris ma place au gouvernement, j’en attendais pas moins de toi, tu es forte, je savais que tu y arriverais. J’ai tenté de t’envoyer des messages… Mais l’initiative fait très bien son travail. »

Julian s’écarta de sa femme, l’air plus grave, tout en reprenant la photo qu’il venait de poser sur la table.

« Si je ne fais pas ce qu’il veut… Il les tuera… Puis toi…  Brown… et il finira avec moi. Je n’ai pas le choix, il ne s’agirait que d’eux, je les aurais tués de mes propres mains. Mais il te menace toi Gabrielle, ainsi que Brown… Je dois gagner du temps, et pour ça tu dois m’aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mer 3 Jan - 13:02

Gabrielle passa un mauvais moment. La rencontre avec Julian n’avait du tout été celle qu’elle espérait, qu’elle avait pu imaginer. Une fois rentrée chez elle, elle prit un verre de bourbon, celui de Julian avant de se coucher sans parvenir à s’endormir. Le lendemain, elle se repassait encore et encore ses retrouvailles avec son mari, avec toujours une même question en tête : pourquoi n’était-il pas venu plus tôt ? Et pourquoi privilégier ces inconnus à elle ? Mais c’était surtout l’inquiétude qui dominait. Julian avait été blessé au visage de façon importante, qu’avait-il pu subir pour en arriver là ? Sans compter qu’il était maintenant un loup-garou…

Fatiguée, et peu disposée à écouter les plaintes et les demandes des uns et des autres, elle commença par annuler ses rendez-vous de la journée, et préféra s’isoler dans son bureau, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Dans l’après-midi, Brown passa, mais elle ne le retint pas longtemps, et il comprit qu’elle n’était pas d’humeur à passer du temps avec lui. Elle préféra ne pas lui parler du retour de Julian. Qu’aurait-elle pu lui dire alors qu’elle-même n’y comprenait pas grand-chose ?

Enfin la journée s’acheva et elle reprit la direction de leur grand appartement au dernier étage d’un immeuble appartement au couple. Elle perçu sa présence dès qu’elle ouvrit la porte, et se sentit soulagée. Elle avait cru pendant ces quelques heures qu’il ne chercherait peut-être pas à la revoir.

« Je savais que tu reviendrais » répondit-elle simplement lorsqu’il commença par remarquer qu’elle n’avait rien changé. Même si avec le temps, sa certitude s’émoussait peu à peu, elle avait toujours pensé qu’il ne pouvait pas disparaître de cette manière indéfiniment. Alors elle avait tout conservé, et rien changé à ses habitudes. D’ailleurs, elle n’avait jamais accepté que Brown passe trop de temps dans l’appartement du couple, elle le rejoignait comme avant dans un autre appartement quelques étages en dessous.

Il lui tendit une photo, elle acquiesça d’un geste de la tête lorsqu’il lui demanda si elle les reconnaissait. Il s’agissait de sa cousine Anna et de son mari. Cela faisait plusieurs années qu’ils s’étaient perdus de vue, mais elle y restait particulièrement attachée. Anna et Peter avaient été très présents, d’abord pour la soutenir alors qu’elle s’était opposée à ses parents pour épouser Julian, mais aussi par la suite que ce soit dans la magie ou pour aider son mari à gagner les élections. Mais ils avaient déménagés et elle avait perdu contact, elle ignorait même l’existence de la petite fille

« Comment s’appelle-t-elle ? »

Elle avait laissé Julian parler, s’excuser… Concrètement, les choses n’étaient pas beaucoup plus claires, mais au moins sa colère contre lui s’estompa. Il semblait véritablement inquiet, peut-être même dépassé, et elle comprit qu’il ait voulu la protéger même si elle n’aimait pas ça. Mais elle devait bien reconnaître qu’elle aurait fait la même chose dans sa situation. Elle n’aurait pas pris le risque de le mettre en danger.

Mais elle commença par essayer d’en savoir plus avant de lui confirmer qu’elle lui donnerait sans aide. Il ne faisait aucun doute qu’elle le ferait, mais elle voulait qu’il lui parle, qu’il lui explique clairement ce qui se passait.

« De qui parles-tu ? Qu’est-ce qui se passe vraiment Julian ? » Insista-t-elle à nouveau. Elle se rapprocha de lui alors qu’il s’était éloigné et posa une main sur son épaule puis doucement remonta vers sa nuque qu’elle caressa tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mer 10 Jan - 16:10

- Lisa. Lisa Gabrielle McLogan…

Julian regarda les yeux de sa femme, puis allât s’asseoir sur son fauteuil pour lui expliquer les choses plus en détail, du moins dans le peut de temps qu’il lui restait.

- Je ne sais pas trop qui est cet homme, il se fait appeler Charles, mais tout le monde sait que ce n’est pas son véritable nom. C’est un Alpha et un sorcier, comme moi, mais plus vieux, plus puissant. De plus il connait notre secret, il a la faculté d’entrer dans l’esprit des gens endormit. J’ai eue beau bloquer mes rêves et mes souvenirs de toutes mes forces, je te bloquais en même temps … J’ai échoué, et il a sut. Il avait déjà les McLogan, mais il ne savait rien sur toi, ou Brook, maintenant il sait que Brown n’est pas au courant, il menace et tout lui dire… De vous tuez… De détruire notre réputation… De tout détruire. Et je sais qu’il le fera de toute façon, ce n’est qu’une question de temps, mais pour le moment ce n’est pas la priorité. Il veut assoir son pouvoir sur L.A. Intégré le gouvernement, l’initiative, tout pollué, et il a besoin de moi pour ça…

Julian se resservit un verre de bourbon et le but d’une traite avant que ce dernier n’explose entre ces mains, se coupant au passage. Un grognement sortie de sa bouche, puis il se leva et allât passer sa main sous l’eau dans la cuisine.

- Cette situation aurait été plus simple si j’étais resté mort…

Lança-t-il sans se rendre compte que Gabrielle l’écoutait…

[HRP: Désoler pour la longueur Crying or Very sad]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Lun 15 Jan - 18:09

Julian s’éloignait déjà d’elle pour rejoindre son fauteuil alors qu’elle aurait simplement voulu qu’il reste auprès d’elle, qu’elle retrouve encore son odeur qui lui avait tellement manqué ces derniers mois. Elle n’aurait pas su mettre des mots dessus, mais elle sentait une certaine distance chez son mari depuis son retour. Cela l’effrayait.

Il commença enfin à s’expliquer, elle resta à quelques mètres, légèrement posé sur le rebord de la table. Elle ne le quitta pas des yeux alors qu’il lui parlait de ce Charles, de ce qu’il menaçait de faire. Elle savait très bien à quoi correspondait un Alpha, et cela n’était pas sans lien avec l’état dans lequel était Julian lorsqu’ils s’étaient retrouvés. C’était quelque chose qu’ils n’avaient pas vraiment évoqué jusque-là, qu’elle avait préféré repousser dans un coin de son esprit. Julian loup garou… Ce n’était pas qu’un changement physique quelques jours par mois, elle le savait, son caractère risquait de changer... peut-être que c’était déjà le cas, déjà ce qui expliquait ce décalage qu’elle ne cessait de ressentir depuis son retour.

« Il ne peut pas parvenir à tout se faire écrouler comme ça, nous sommes plus forts que ça… Nous l’avons toujours été » répondu sur un ton convaincu la brune. Bien sûr le pouvoir pouvait être éphémère, mais ils avaient construit un système solide qui ne se retournerait pas aussi facilement contre eux. « Brook restera fidèle, même si il apprend pour nos pouvoirs, j’en suis certaine, et je saurais l’en convaincre si il y avait besoin ». Elle connaissait suffisamment son amant pour garantir sa loyauté. Il les connaissait depuis trop longtemps pour s’opposer à eux. Elle était même convaincue de la sincérité de son amour pour elle… mais aussi pour Julian. Brook avait toujours été en admiration vis-à-vis de son mentor, il ne le trahirait pas plus.

« et nous savons comment faire avec les médias, ce ne serait pas la seule rumeur contre nous… Par l’Initiative nous pouvons renforcer nos pouvoirs si tu penses que c’est nécessaire »

Un à un, elle reprenait les éléments d’inquiétude de Julian pour tâcher de la rassurer. Ce n’était pas le premier ennemi dont ils avaient à se débarrasser… et ce ne serait pas le dernier. L’angoisse du jeune homme semblait démesurée.

Dans un bruit quasi effrayant au milieu du silence de l’appartement, le verre éclaira dans la main de Julian. Devant le regard incrédule de la brune, le sang commença à couler sur la main de son mari. Il quitta son siège pour rejoindre le lavabo et passer la main sous l’eau. Cela fit réagir Gabrielle toujours sidérée par la scène à laquelle elle venait d’assister. Jamais elle n’avait vu Julian perdre son calme de cette manière…

Elle le rejoignit et prit un torchon propre pour bander sommairement la plaie.

« Julian ! Tu n’as pas le droit de dire ça ! Tu ne peux pas savoir à quel point j’ai attendu ton retour ! J’ai ….besoin de toi » Les derniers mots se firent plus hésitants… En fait, elle s’en était très bien sorti ces derniers mois… elle n’avait pas besoin de lui, elle en avait simplement envie. Sans Julian, sa vie n’avait plus le même sens…

Elle passa sa main libre sur la joue du jeune homme, l’obligeant à relever la tête et à la regarder droit dans les yeux « ne redis jamais ça »

Elle retira le morceau de tissu, vérifia qu’il ne restait plus de verre puis doucement allongea la paume de la main et passa lentement la sienne au-dessus, à quelques centimètres. Une lumière dorée enveloppa le membre et doucement les morceaux de chair se rejoignirent pour cicatriser en quelques secondes.

« Nous allons nous en débarrasser » affirma-t-elle à nouveau, confiante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Mer 24 Jan - 23:52

« Tu n’as pas besoin de moi… Tu le sais aussi bien que moi. Regarde toi, tu n’as jamais été autant à ta place qu’en mon absence. »

Une foi sa main soignée par sa femme, il la retira presque trop vite. Puis il regarda sa main avant de retournée dans le salon, prit un morceau de verre et l’entailla de nouveau. Puis il la tendit devant les yeux de Gabrielle, à une distance suffisante pour ne pas qu’elle intervienne.

« Tu vois, même ça, ça ne sert plus à rien. »

Dit-il au même moment que la plaie se refermait d’elle-même.

« Tu agis comme si rien n’avais changé Gaby, mais regarde-moi. Je ne suis plus le même, et toi non plus. Ne jouons pas à ce jeu s’il te plaie. On est trop intelligents pour ça. Je suis un Loup-garou maintenant, et toi, tu reste une sorcière, une puissante sorcière. Mais nous avons changé »

Lourdement il se laissât tomber sur le fauteuil qui lui avait toujours été destiné. Son regard était presque vide, perdu dans ses pensées, il ferma les yeux et les rouvrit tout en respirant doucement, comme pour se redonner une constance.

« Nous devons annoncer mon retour, annoncé ma démission, faire une conférence de presse pour te donner la place de gouverneur officiellement. Même si tu as fait un sondage, mon retour peut remettre en question ta place, nous devons arranger ça. »

Il ne la regardait pas, fixant l’extérieur et les lumières de la ville, puis son regard se perdit sur la montre qui ornait son poignet, un cadeau de Gabrielle pour un de ses anniversaire, il se levât alors précipitamment, paniquer.

« Je dois y allez, je suis déjà en retard. On a prit place avec le reste du groupe là où tu nous as dit, mais ne viens pas… C’est trop dangereux. »

Il embrassa sa femme tendrement, toujours tremblant puis partie en s’éclipsant. Ne cherchant pas à lui en dire d’avantage, même s’il aurait préféré rester ici, dormir dans son lit plutôt qu’à même le sol, mais surtout se blottir encore une fois dans ses bras, sentir son parfum.

Arrivé au lieu où tous avaient été regroupés Julian ne dût pas attendre longtemps pour se retrouver en face de Charles, un Charles dont le regard était passé au noir. Sans lui dire mots il le giflât tellement fort que l’homme volât contre la paroi en béton de l’abri, son visage se mit à saigné et il se retrouvât très vite à quelques centimètre du sol. L’Alpha, à quelques mettre de lui, le maintenant dans cette position grâce à une force invisible qui lui serrait la gorge.

« Tu es en retard »

Se contentât-il de lui dire, sans chercher plus d’explication que ça.

« La prochaine fois je tue la gosse »

Puis il lâchât prise, Julian s’écrasât au sol avant de tenter de reprendre un minimum de constance.

« On parlera demain, dors »

Puis d’un claquement de doigts, le gouverneur d’endormi sans l’avoir décidé de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   Jeu 25 Jan - 16:34

Gabrielle écouta en silence ce que Julian lui répondait, et son visage s’assombrit au fur et à mesure de ses paroles. Peut-être qu’il ne s’en apercevait pas, mais ses propos étaient durs… et semblaient l’exclure définitivement de sa vie, comme si leur histoire, leur couple n’était déjà plus que du passé. Il affirmait qu’ils n’avaient plus besoin l’un de l’autre, et s’efforça de lui prouver en se couper à nouveau la main.

Il se réinstalla dans son fauteuil, remettant à nouveau une distance physique entre eux. La brune ne chercha pas cette fois-ci à le rejoindre, tout en lui semblait la repousser sans qu’elle en comprenne la raison. L’incompréhension était tellement forte qu’elle ne trouvait plus les mots pour le convaincre du contraire.

Et comme si ce qu’il venait de dire suffisait à en faire une vérité, il passa déjà à autre chose, avec pragmatisme. Il parlait d’organiser une conférence de presse pour annoncer son retour et surtout confirmer la place de Gabrielle comme le nouveau gouverneur de Californie. Elle hocha la tête. Elle ne pouvait être qu’en accord avec son analyse. Elle aurait d’autant plus de légitimité s’il la désignait clairement pour lui succéder.

Il semblait perdu dans ses pensées et la jeune femme s’apprêtait à le questionner, à le relancer sur ses craintes lorsque brusquement, comme si sa vie en dépendant, il décida de partir. Il paraissait affolé, jamais elle ne l’avait vu dans cet état. Elle aurait aimé le retenir alors qu’il venait l’embrasser et qu’elle pouvait sentir son angoisse. Mais elle se contenta de répondre à son baiser, espérant que cela suffise à lui rappeler qu’elle restait là pour lui.

Il s’éclipsa. Et elle se retrouva seule dans cet appartement trop silencieux.

« Brook, c’est moi. Tu es à l’appartement ? Je peux venir te rejoindre ? »

La voix moins assurée que d’habitude trahissait le malaise de la brune. Mais son amant ne le releva pas, sentant qu’il n’obtiendrait aucune explication par téléphone ou avant que Gaby ne le décide. Quelques minutes plus tard, la brune descendait quelques étages en dessous pour rejoindre le directeur de l’Initiative qui avait déjà préparé deux verres de vin à leur intention. Il n’en apprit pas davantage, la jeune femme reste silencieuse et le regard pensif toute la soirée. Mais il savait que sa présence suffisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Show must go on (PV Julian)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Show must go on (PV Julian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations :: Los Angeles :: Aux alentours de Downtown L.A :: Hollywood :: La résidence McKinley-
Sauter vers: