Following Angel Investigations

Los Angeles
 

Partagez | 
 

 [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Creature War
Admin

avatar
MessageSujet: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   Dim 21 Aoû - 21:32


A la pêche aux informations

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Après un coup de téléphone de Kora, Blanche est envoyé à l’extérieur de la ville afin de récupéré un colis vivant, elle en informe alors sont véritable employeur, Asag, qui lui, cherche à savoir de qui ou de quoi il s'agit. Tout ce que sait la jeune femme pour le moment c'est que cette personne ou créature semble très importante pour Kora, aux point de ne pas l'envoyer seule.

 



Marche à suivre
A toi de découvrir l'identité de la personne/créature que tu dois allez récupérer, savoir pourquoi Kora le ou la veux, ce qu'il ou elle a de particulier et ce, sans te faire repérer, ou le moins possible. Tente de ne laisser aucune trace et surtout adaptes-toi aux divers demande formulé par tes collègues, amis ou ennemie au fur et à mesure de ta mission.
Bonne chance


Que l'histoire commence

Tu es tranquillement posé dans un bar à siroté un verre quant ton téléphone sonne. Kora te donne ces ordres et t'envoie hors de la ville avec d'autres hommes à elle afin de récupérer un colis qui se trouve dans un conteneur sur les quais. Tu prévient donc Asag et suis ces instructions.

Bonne chance



code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche Dubois
Mafia Démoniaque ~ Démone

avatar
MessageSujet: Re: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   Dim 11 Sep - 21:19

Blanche était assise devant un verre de vodka sur glace, sa tête balançant au rythme de la musique country qui émanait des haut-parleurs. C’était un rituel qu’elle avait depuis de nombreuses années déjà : après son entraînement au club de tir, elle allait passer quelques heures dans un bar country afin de se détendre, de danser, parfois, ou simplement pour profiter de l’ambiance. La jeune femme but une gorgée de vodka, se souvenant avec délice du temps où elle chantait régulièrement au Josie’s Bar, accompagnée de sa guitare, à Nashville. Elle avait continué de se produire à New York, mais Asag le lui avait rapidement interdit sous prétexte que s’exposer ainsi la rendait vulnérable. Si Blanche avait cessé de performer, elle fréquentait toujours les bars country et les honky tonks, y entraînant parfois son amie Anael avant que celle-ci ne décède. La jeune femme se cala dans son siège et ferma les yeux, berçant sa nostalgie encore un instant. La voix de Loretta Lynn lui parvint des haut-parleurs, et Blanche se prit à sourire, ses lèvres dansant au rythme des paroles de la chanson.

La démone avait repris la guitare depuis quelques jours grâce à son amant. Si sa blessure ne lui permettait que de jouer des mélodies simples, renouer avec la musique lui donnait l’impression d’avoir renoué avec une part d’elle-même, celle qui cherchait à vivre avant toute chose. Blanche laissa ses doigts taper le rythme de la chanson. L’idée de se produire à nouveau dans les bars la séduisait. Elle avait toujours aimé l’ambiance de la scène, et Asag était trop loin pour le lui interdire à présent.

Le dernier succès de Luke Bryan se fit entendre, et le propriétaire du bar invita toute la clientèle féminine à rejoindre la piste de danse. Blanche vida son verre d’un trait et se joignit à ses consœurs. Les hommes les encourageaient en tapant des mains au rythme de la musique et en sifflant. La jeune femme se laissa posséder entièrement, son corps devenant esclave de la mélodie. Elle souriait et ses yeux brillaient d’une lueur sauvage. Elle sentait son téléphone vibrer dans la poche arrière de son short jean, mais elle n’en avait cure. Ce soir, elle était libre. La chanson se termina sous les rires – certains gênés – des femmes et sous les applaudissements des hommes. Blanche s’écarta de la piste de danse et jeta un coup d’œil à son téléphone. Deux appels manqués. La démone soupira en reconnaissant le numéro de Kora. Elle sortit à l’extérieur du bar et s’éloigna vers une rue plus calme afin d’appeler sa patronne.

Kora? C’est Plume….

Plume! Il était temps! Par deux fois, j’ai essayé de te joindre. Je peux savoir ce que tu faisais de si important pour t’empêcher de répondre?

Vivre.

La réponse avait fusé sans qu’elle n’ait pu la retenir. Cependant, Blanche ne la regrettait pas. Kora marqua une pause. Lorsqu’elle reprit la parole, c’était d’une voix basse et menaçante.

Idiote. Je te conseille de faire attention au venin qui sort de ta bouche. Je t’ai brisé une aile, Plume. Je peux briser l’autre aussi facilement. D’ailleurs, arrives-tu à voler ou bien es-tu toujours clouée au sol?

Elle avait posé cette question avec une ironie mesquine. Blanche serra les dents. Elle aurait voulu lui érafler la figure contre un mur de briques. Elle ravala sa réplique avec difficulté. Asag lui avait fortement enjoint de se montrer plus respectueuse envers Kora.

Enfin, poursuivit la patronne avec satisfaction, j’ai décidé de te donner une chance. Aussi insupportable que puisse être ton attitude, je ne peux nier ta valeur au sein de l’organisation. Le travail que je te confie est d’une importance capitale. Satisfais-moi, et tu retrouveras ton statut de mercenaire. Échoue…. Échoue et je te promets que tu passeras le reste de ta pathétique existence à livrer du bétail. Suis-je claire?

Oui, répondit Blanche avec gravité.

Bien. Tu te rendras aux docks à minuit. Tu y rejoindras Meanor et son équipe, il te donnera tous les détails. La marchandise à récupérer se trouve dans un conteneur sur les quais. Vous devrez faire attention de ne pas l’abîmer. Elle risquerait de ne pas apprécier.

Quoi ce que vous voulez dire?

Simplement que c’est vivant et que ça a du caractère, répondit Kora avec un rire sombre. Je ne tolérerai aucun échec. Quoi qu’il arrive, vous devrez revenir avec la marchandise. Suis-je claire?

Oui, mais….

-C’est tout ce que j’avais besoin d’entendre. N’oublie pas, Plume, c’est la seule chance que je t’accorde. Ne me déçois pas.

Elle raccrocha. Blanche s’adossa contre un mur et alluma une cigarette, essayant d’assimiler les paroles de Kora. Elle ne croyait qu’à demi à cette histoire de deuxième chance. Ce n’était pas le genre de sa patronne de se montrer si magnanime. Cette affaire de marchandise vivante ne lui disait rien de bon, et elle se demandait ce que Kora pouvait convoiter qui requît une telle escorte. Ou bien la chose était dangereuse, ou bien elle nécessitait d’être défendue. Blanche composa le numéro d’Asag. Elle avait promis à son patron de lui rapporter les moindres faits et gestes de Kora. Le vieux démon décrocha rapidement. Il semblait soulagé d’entendre la voix de sa protégée. Toutefois, son attitude devint plus tendue à mesure que la jeune femme lui racontait sa conversation avec la patronne de L.A.

Tu devras te montrer prudente, conseilla Asag. Pour ce qu’on en sait, ce pourrait bien être un piège, sans compter que l’Initiative patrouillera sans doute. Connais-tu tes coéquipiers?

Blanche fit non de la tête, oubliant qu’elle discutait au téléphone.

Plume…?

Non, répondit-elle brusquement. J’sais juste que celui qui dirige la mission s’appelle Meanor.

Asag marqua une pause pour réfléchir avant de poursuivre.

Écoute….Quelle heure est-il à Los Angeles?

Pas loin de 21 h 30.

Parfait, cela nous laisse un peu de temps. Je veux que tu te rendes au coin de 7th Avenue et Broadway. Kora a établit ses quartiers temporaires dans un local au dernier étage d’un immeuble commercial. Vois si tu peux récupérer quelque information. Sois discrète surtout. Si elle devait te surprendre…. Enfin. Tu te présenteras aux docks à minuit comme prévu. Je ne te demanderai pas de saboter la mission. Le but est que tu te rapproches de Kora. Contacte-moi dès que tu le pourras. Je veux connaître la nature de la marchandise et la raison pour laquelle Kora la convoite. La connaissant, on peut s’attendre au pire. L’incendie de ses derniers quartiers et la perte de plusieurs de ses agents l’auront affaiblie. Elle risque fort de se montrer impulsive et dangereuse. Encore une fois, Plume, je te prie d’être prudente….

Asag s’interrompit. Sa voix s’était légèrement brisée, trahissant son angoisse. Blanche en fut touchée. Elle respecta quelques secondes de silence avant de s’exprimer.

Asag? Rappelle-moi pourquoi ce que j’fais ça? J’chus mercenaire, pas espionne.

Tu le fais parce que tu m’appartiens, Plume, et parce que je te le demande. Et entre nous, ça te donne une idée à quel point je suis mal pris.

Il avait prononcé ces derniers mots avec humour, sans malice. Ils rirent et la tension se dissipa quelque peu. Blanche, qui s’était assise sur un banc, rejeta la tête en arrière, savourant la caresse du vent sur son visage.

Cher?

Oui, bel oiseau.

J’sais que c’est pas dans mes habitudes, mais j’ai une faveur à te demander. Tu peux m’accorder une semaine une fois que cette histoire avec Kora sera terminée? Juste une semaine. J’sais que c’est tendu à L.A., mais j’ai besoin d’air. Et j’ai promis à une amie, l’année dernière, que j’reviendrais la voir, à Nashville….

Hmm…. Je vais voir ce que je peux faire. Ce serait après le bal toutefois. Je préférerais seulement que tu n’y ailles pas seule. Si ton vampire…. Quel est son nom déjà?

Spike.

J’apprécierais si Spike pouvait t’accompagner.

J’vas lui demander. Merci, cher.

Ça va. Maintenant, vole.

Il raccrocha. Blanche s’alluma une autre cigarette. L’idée de retourner à Nashville prochainement l’enchantait. D’y revoir Josie et de chanter avec elle à nouveau au bar, comme dans le temps. Elle espérait que Spike accepterait de l’y accompagner. Elle avait vécu certaines de ses plus belles années au Tennessee et elle désirait partager cette part d’elle-même avec son amant.

Blanche composa le numéro de la chambre qu’elle occupait avec Spike. Elle ne rentrerait pas tout de suite et elle ne souhaitait pas qu’il s’inquiète inutilement. Cependant, le vampire ne décrochait pas. La jeune femme se dit qu’il devait être sorti et composa le numéro de la réception de l’hôtel.

South Flower Hotel, comment puis-je vous aider?

Roberto? C’est Blanche.

Blanche…. Ça va? s’inquiéta le concierge.

Oui, merci. J’crois que Spike est sorti. Quand il va revenir, vous pourrez lui faire un message de ma part?

Je vous écoute.

Dites-lui que j’vas rentrer tard. J’ai un appel du travail. C’est assez urgent.

D’accord. Je lui dirai. Blanche…

Hmm?

Je n’aime pas vous savoir sortie après le couvre-feu. Soyez prudente, d’accord.

Promis. Merci, Roberto.

La jeune femme raccrocha. Une esquisse de sourire étirait ses lèvres carmin. Cet homme était si bon. Elle jeta son mégot de cigarette au sol et se lev à la recherche d’une ruelle déserte. Une fois certaine qu’elle était à l’abri des regards, elle s’envola vers 7th Avenue et Broadway.

L’aigle noir était posé sur la corniche d’un immeuble commercial. Il semblait décalé dans ce décor de milieu de centre-ville. Des voix lui parvenaient de la fenêtre ouverte. Celles de Kora et d’un homme qui lui était inconnu.

C’est insensé. Les risques auxquels j’expose mon équipe sont énormes. Il parlait fort et son débit tait rapide.

Seulement si la situation venait à dégénérer, répondit froidement Kora. Cet imbécile de vampire a failli causé notre perte. D’autres seront au courant de notre situation, sans parler des traîtres à l’interne. Si la nature de la marchandise était connue de nos ennemis…. C’est pourquoi j’ai besoin de ton équipe, Meanor.

Et la nouvelle recrue que vous m’imposez? J’ai cru comprendre que vous lui aviez mutilé une aile la semaine dernière. Je ne pourrai veiller à sa sécurité si je dois me concentrer sur le cargo.

C’est exactement ce sur quoi je compte. Cette fille est une nuisance et je n’attendrai pas qu’elle me trahisse ouvertement pour agir.

Pourquoi ne pas la tuer vous-même alors? Je n’ai pas de temps à perdre avec ces enfantillages.

Je décide de ton temps Meanor. N’oublie pas que sans moi, tu pourrirais toujours dans les égouts et te nourrirais du sang d’immondes sans-abris. La mort de la fille doit être un accident. Asag aurait ma tête s’il apprenait que j’étais responsable de la perte de sa chère semi-démone.

Kora avait prononcé cette dernière phrase avec un mépris marqué. Perché sur sa corniche, l’aigle s’ébroua les plumes. Meanor marqua une pause.

Et le cargo? Si la caisse venait à s’ouvrir….

Alors veille à ce qu’elle ne s’ouvre pas. Maintenant, rassemble ton équipe. La fille vous rejoindra au port. Une dernière chose, Meanor. Ce que contient cette caisse a plus de valeur que ta vie et celle de tous tes hommes. Assure-toi qu’elle me revienne. Autrement, tu regretteras d’avoir jamais quitté tes égouts. Suis-je claire?

L’aigle attendit que le vampire quittât la pièce avant de s’envoler. Il plana dans le ciel nocturne environ un quart d’heure avant de descendre se reposer sur le toit d’un immeuble. De son bec, l’oiseau lissa son aile endolorie. Kora doutait de son allégeance et cherchait à l’éliminer. Asag avait eu raison de croire à un piège. Ce qui retenait le plus l’esprit de la démone, c’était la peur qu’elle avait perçue dans la voix de Meanor lorsqu’il avait évoqué la possibilité que la caisse s’ouvrît. Il lui semblait craindre la chose qu’il était chargé de récupérer. Peu importe ce que Kora avait en tête, cela n’augurait rien de bon. Blanche resta un moment sous sa forme d’aigle à ressasser la conversation dont elle avait été témoin. Lorsque la douleur de son aile se fut quelque peu amenuisée, elle s’envola en direction du port.

Meanor donnait ses dernières instructions à son équipe lorsque Blanche se posa près de lui. Redevenue femme, elle s’enquit de sa tâche. Elle devait surveiller le périmètre par les airs et le prévenir au moindre signe d’activité suspecte. À tout moment, ils risquaient de se faire surprendre par l’Initiative ou par des membres de quelque organisation rivale. Ils devaient protéger le cargo coûte que coûte.

-La caisse se trouve dans ce conteneur, lui indiqua le vampire. Nous allons l’ouvrir sous peu. Nous chargerons la marchandise dans le fourgon pour ensuite la livrer dans un entrepôt aux limites de la ville. Savez-vous manier une arme à feu?

Blanche souleva son t-shirt et lui montra le pistolet accroché à sa ceinture. Meanor ne parut guère impressionné.

Je crois qu’il reste une AK-47 dans la camionnette. Enfilez cette veste, elle vous protégera contre l’impact des balles si on venait à nous attaquer. Tout le monde en position!

Blanche enfila la veste pare-balles et alla se poser sur un château d’eau à proximité, renonçant à a mitraillette que lui proposait Meanor. Même avec son bras endolori, elle parviendrait à faire plus de dégâts avec son petit Remington qu’avec un fusil d’assaut. La démone dégaina son pistolet et porta le canon à ses lèvres. Il lui restait une ou deux recharges dans la poche arrière de son short jean qu’elle n’avait pas utilisées au club de tir. Du haut de son perchoir, elle observa les alentours. Elle vit Meanor ouvrir le conteneur, puis quelques hommes en sortir une lourde caisse de métal. Même d’où elle était, elle pouvait deviner que la sueur perlait sur le front du vampire. Il semblait tendu et guettait le moindre bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creature War
Admin

avatar
MessageSujet: Re: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   Mer 14 Sep - 23:27

"Plusieurs heures, ou peut-être plusieurs jours s'était écoulé. Dans le noir constamment, on perd la notion du temps et de l'espace. Assis en tailleur depuis tout ce temps dans ce qu'il semblait être une boite, il méditait, constamment... La nourriture et les besoins avait atteins un stade secondaire pour lui. Depuis sa naissance le monde lui semble comme déconnecté de sa réalité, ce que voient les autres, lui voit au-delà. Il fut exilé au Tibet, les moines l'élevèrent dans leurs traditions, le protègent du monde extérieur. Puis un jours ils arrivèrent, ces hommes étrange, masqué, ils décimèrent la totalité des moines Tibétains et l'enlevèrent le séquestrant dans cette boite métallique, d'où aucune pensé n’arrivait jusqu'à lui, aucune vision ne venait l'éclairé de son future ou de celui de ce monde. Il entendit alors des voix, d'hommes et de femmes qui semblaient bouger la caisse, et un choque, violant, suffisamment fort pour fissurer cette dernière et lui permettre enfin de ressentir le monde autour de lui. La haine, la peur, la colère et ... l'amour? L'enfant se demanda ce que l'amour venait faire ici, tout ces gens semblaient emplie de haine, sauf elle... L'espoir, l'amour et la colère l'habitait, qu'est-ce qu'elle venait donc faire ici, parmi ces brute, avide de chaos et de morts? L'enfant fut intriguer par cette jeune femme, attiré par elle... Puis un flash je fit réagir, il vit le chaos, les morts revernis, l'apocalypse, ... le feu, du feu partout... Il paniqua, des visions de fin du monde il en eue beaucoup, mais elle était de retour, la bouche de l'enfer, ici à Los Angeles. Puis suite à la puissance de sa vision, la fatigue le prit et il s’endormit, espérant retrouver sa liberté."

- Putain! Mais faite attention bande d'empoté! Hurla Meanor sur ces hommes qui venaient de laisser tomber la caisse au sol. Elle se fissura sous le choque et le vampire devint livide. Ils chargèrent tout de même la caisse dans le camion prévu à cette effet et quittèrent les quais. Le camion fila dans les rues de L.A, jusqu-à un entrepôt toujours à l'extérieur de la ville, au grand désespoir de Meanor, aucun membres de l'initiative n'était intervenu, donc aucune personne pouvant éliminé la semi-démone, faisant passer ça pour une attaque extérieure. Il appela alors Blanche.
- Plume! Surveille l’entrepôt avec Marcus et Anton, le temps que je contacte Kora pour la suite. Puis il se dirigea vers la sortie, téléphone à la mains et le reste des ces hommes avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche Dubois
Mafia Démoniaque ~ Démone

avatar
MessageSujet: Re: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   Dim 9 Oct - 4:32

Blanche rengaina son pistolet et s’envola. Sous sa forme d’aigle, elle décrivit quelques cercles au-dessus des docks. Elle ne repéra cependant ni la présence d’une patrouille de l’Initiative ni celle de membres d’une organisation ennemie. La démone ignorait si elle devait s’en réjouir ou s’en inquiéter. Ou bien le pire était encore à venir, ou bien Kora se laissait gagner par la paranoïa. Lorsqu’elle revint se poser sur son château d’eau, les hommes de Meanor s’affairaient à embarquer la caisse dans la camionnette. Redevenue femme, Blanche arma son pistolet et demeura aux aguets. Les hommes semblaient crouler sous le poids de leur fardeau. N’y tenant plus, l’un d’eux laissa tomber la caisse. Le vacarme se répercuta dans le port en un écho métallique. La jeune femme sursauta, manquant de presser la détente de son Remington. Sa surprise ne fut cependant rien en comparaison de l’effroi qui se lisait sur le visage de Meanor. Sa figure avait pris la couleur de la cendre et il considérait ses employés avec un mélange de colère et d’effarement.

Putain! Mais faites attention, bande d’empotés! les rabroua-t-il. D’un geste de la tête, le vampire fit signe à Blanche de partir en éclaireur.

La démone s’envola afin de survoler le port. Toutefois, elle ne constata aucune activité suspecte. Elle rejoignit Meanor que l’annonce de ce calme semblait à la fois rassurer et contrarier. Blanche ne put s’empêcher de lui jeter un coup d’œil sarcastique.

— C’est bon, je ne veux pas traîner ici inutilement. Nous devons nous rendre à l’autre extrémité de la ville. Vous pouvez monter avec Marcus dans le pick-up noir.


Lorsqu’elle grimpa dans le massif F-250, le démon lui accorda à peine un regard. Il démarra sans prononcer un mot. La jeune femme ne s’en formalisa pas, préférant cogiter sur la nature de la créature enfermée dans la caisse. Elle se souvint de l’avertissement que lui avait formulé Kora concernant le caractère dangereusement imprévisible de la chose. Lorsque les hommes avaient échappé la caisse, la démone s’était attendue à ce que son contenu réagît à la chute. Pourtant, seul le silence angoissé des membres de l’équipe avait suivi le vacarme. D’un geste absent, Blanche chercha son paquet de cigarettes dans la poche arrière de son short. Elle vint pour s’en allumer une, mais Marcus s’en empara et la jeta par la fenêtre ouverte.

Je ne supporte pas qu’on fume dans mon camion, marmonna-t-il en guise d’explications.

Le démon n’avait pas quitté la route des yeux en s’adressant à elle. La jeune femme le considéra, déconcertée, mais il s’était renfermé dans son mutisme borné. Blanche ne fit aucun effort pour masquer un soupir irrité et rangea son briquet dans sa poche.

Le reste du trajet lui parut interminable et c’est avec soulagement que Blanche vit se dessiner dans la nuit les contours d’un vieux parc industriel. À l’instar de ses collègues, Marcus gara son véhicule devant un petit entrepôt désaffecté. Les hommes entreprirent de décharger la camionnette alors que Banche dut encore une fois surveiller les alentours par les airs. Elel ne releva rien d’inquiétant, aussi regagna-t-elle l’entrepôt.

Plume, l’apostropha Meanor. Surveille l’entrepôt avec Marcus et Anton le temps que je contacte Kora pour le reste.

Blanche regarda le vampire quitter la bâtisse avec le reste de ses hommes. Alors que les deux agents vérifiaient les lieux, la démone s’alluma nonchalamment une cigarette. Cette mission commençait à l’ennuyer. Elle aurait préféré rester au bar ou encore retrouver Spike. Voyant qu’elle fumait, Marcus lui lança un regard réprobateur.

C’est ton entrepôt aussi, asteure? lâcha la jeune femme, acerbe.

Le démon l’aurait sans doute frappée si son collègue ne l’avait pas résonné. Blanche souffla la fumée de sa cigarette dans sa direction et le gratifia d’un sourire ironique. Marcus serrait fortement sa mitraillette de ses mains, mais renonça à répliquer et se concentra sur la tâche que lui avait attribuée Meanor.

Blanche s’approcha de la caisse et remarqua qu’elle était fendue sur tout un côté. Elle laissa un doigt distrait courir sur la fente, puis jeta un regard en direction d’Anton et de Marcus. Les deux étaient occupés à surveiller l’entrée de l’entrepôt et ne lui portaient donc pas attention. La démone se pencha pour voir par l’interstice. Elle mit un temps à distinguer quoi que ce soit. Elle finit par discerner les contours d’une silhouette chétive blottie au fond de la caisse.

Quoi-ce que t’es? souffla Blanche, s’oubliant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creature War
Admin

avatar
MessageSujet: Re: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   Jeu 13 Oct - 17:59

Alors que Meanor en avait fini avec Kora, le silence c'était fait plus lourd et à son retour dans l'entrepôt la tension était palpable. Il se dirigea alors vers ces hommes.

- C'est bon, la patronne a trouvé une planque, on doit déplacer...

Il n'avait pas eue le temps de finir sa phrase qu'un de ces hommes, placé à l'extérieur, arrivât á grande vitesse.

- Lieutenant! Ils arrivent! On essuie une attaque, l'initiative, faut qu'on parte! Vite!

Avant d'avoir put répondre et donner ces ordres à ces subordonnée, les quelques fenêtres du bâtiment explosèrent en miles morceaux et une fumée blanche et épaisse emplit le lieu, brulant la gorge et piquant les yeux de ceux qui s'y trouvait.

- Protégez le colis! Ordonna-t-il a Anton et Marcus. Puis voyant enfin une opportunité il se tourna vers Blanche.
- Plume, dehors! Fait ton boulot!

__________

"Il se réveilla dans la fumée, dans me noir. Il ressentit alors la douleur des autres, puis le silence de certains. Il regarda par l'ouverture de sa prison de fer, mais ne vit que la fumée, puis en touchant la fissure de sa main chétive, il vu l'extérieur. Il voyait le tout du ciel, tel un oiseau, il fendait l'aire froid de la nuit. Au sol se trouvait plusieurs véhicules noirs, il voyait ce qu'elle voyait, ressentait ce qu'elle ressentait et entendait siffler les balles autour de lui, non d'elle. Il était dans sa tête... Ces pouvoirs revenaient progressivement, sa puissance avec, les drogues se dissipaient enfin.

- Fais attention, si tu reste sous les nuages ils t'auront.

Il venait de voir la fin de la jeune femme, il la savait différente des autres et voulais l'aider.

- Trouve comment me sauver... Je ne veux pas qu'ils l'utilisent... J'aiderai Asag... C'est bien ça? Asag... Ton patron. Alors aide moi.

Il en profitât pour plaider sa cause et chercher une échappatoire.
Puis la caisse se remit en mouvement, ouverture pour son évasion sera bientôt là, mais pourrat-elle l'aider? Ces présage n'allaient pas encore jusque là..."

. _________

(Extérieur de l'entrepôt)
Laura, jeune tueuse de a peine 17 ans avait reçu ces ordres de l'agent Finn en personne. Avec son équipe ils devaient se rendre sur les docks et suivre discrètement une cargaison en provenance du Tibet. Certains informateurs auraient découverts des transactions d'argent étrange et en auraient informé l'initiative.
Leur travail n'était pas la capture d'individus hostile comme la majeure partie du temps, mais de récupérer la cargaison et éliminer tous ceux qui s'opposerait á l'armée.
Laura informat alors Rupert Giles, avec qui elle jouait un double jeu en lui envoyant le plus de tueuse possible, qui cherchaient à échapper à l'initiative. Ils avaient donc suivies le colis jusqu'à un entrepôt mais contre toute attentes leur chef donna l'assaut, ne laissant pas de répit aux créatures ennemis.
Laura restât á l'extérieur avec deux autres tueuses, elles attendaient le signale pour allé récupérer la cargaison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations   

Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION SOLO BLANCHE DUBOIS] A la pêche aux informations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I believe I can Fly... [Mission Solo]
» Ton destin t'appartiens (Mission Solo Rang C)
» [Mission Solo] A, A, A, Anarchie !
» Mission Solo
» Forêt magique de mon c.... Ah bonjour gente dame [mission solo] o:)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations :: Los Angeles :: L'extérieur de la ville-
Sauter vers: