Following Angel Investigations

Los Angeles
 

Partagez | 
 

 Ami - Amant - Mentor -Époux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Ami - Amant - Mentor -Époux    Lun 9 Mai - 20:52

1979
Le jeune garçon de 8ans était debout sur le perron de la maison bourgeoise battit lors du 19ème siècle par ces ancêtres. Cela faisait plus de deux heures qu'il était là, sans bougé dans le froid de l'hiver. Plusieurs foi, Matilada, leur gouvernante était venu afin de tenter de le faire rentrer, en vain, et finit par capitulé en lui apportant une couverture qu'elle déposa sur ces frêles épaules. Depuis quelques jours la maîtresse des lieux était malade, une maladie qui l'avait frappé dès les premiers vents de l'hiver, mais durent la matinée son état s'était agavé. Des douleurs lancinantes l'avais prise au niveau du ventre, elle avait expliquer avec complication que c'était comme si on lui arrachait les vicaires, puis quelques seconde plus tard, elle cracha du sang qui vint éclabousser les chaussures de son fils.
Julian fixait les tâches de sangs qu'il n'avait pas pris le temps de nettoyer tout en se demandant ce qu'il pouvait bien arriver à sa mère ? Pourquoi personne ne lui disait rien ? Tout le monde semblait vouloir lui cacher la vérité sur l'état alarment de sa génitrice, mais il voulait savoir. Pourtant il gardait une certaine prestance qu'aucun enfant de son âge n'aurait tenu aussi longtemps. Il avait promis à sa mère d'être là à son retour de l'hôpital et il désirait tenir sa promesse, c'était la raison de sa présence dehors, dans se froid mordant.

Quatre heures plu-tard il vit la voiture de son père arriver devant l'entrer de la demeure, ce dernier en descendit. Il était brun, très bel homme mais semblait froid, autoritaire, non il ne semblai pas, il l'était, il n'aimait pas son fils, et le faisait savoir à se dernier. Pourtant ce jour là Julian remarquât que son père avait les yeux rougit, comme s'il avait pleuré quelques heures plus tôt, mais comme à son habitude quant il passât à côté de lui, il ne déniât même pas lui lancer un seul regard. Au lieu de ça il s’arrêta à sa hauteur, puis lui asséna une coup psychologique qui le terrasse en quelques seconde.
« Elle est morte par ta faute bâtard ! »
Julian sentit tout son corps se raidir encore plus qu'il ne l'était. Il voulu répliquer quelques choses de mordant à son père mais aucun son ne sortie de sa bouche. Au lieu de ça il partie en courent, se répètent mentalement la phrase de son père. Bâtard ? Pourquoi ? Non se n'est pas ma faute ! Ce n'est pas moi qui l'ai tuée ! Ce n'est pas juste ! La vie est injuste ! C'est de SA faute, s'il ne l'avais pas mise enceinte, c'est le bébé qui l'a tuée ! Pas moi ! Les larmes lui montaient aux yeux puis après quelques minutes de course folle, il s’effondra, vomi tout son repas du midi et se mit à pleurer comme jamais. Il venait de perdre celle qui chérissait le plus au monde et devrait à présent apprendre à vivre dans une maison dirigée par un homme qui ne voulait pas de lui.
Seul point positif dans se cauchemar, la magie... Depuis sa naissance on lui avait appris que la magie n'était pas un mythe mais un secret bien garder par de grande famille comme la sienne. Son père refusait de lui apprendre quoi que se soit, mais pas sa mère. Elle lui appris à maîtriser le feu dès l'âge de 5ans, après l'avoir sortit des flammes de sa chambre suite à une crise de colère monter contre son père. C'est livre de compte était des grimoires de familles datant d'avant la chasse au sorcière de Salem. A 8 ans il en savait plus que tout ces cousins réunis qui avait presque le double de son âge, ils le détestaient pour ça, mais Julian s'en moquait royalement. Il n'avait jamais désiré être aimer par sa famille, mais uniquement voir un jour de la fierté dans les yeux de son paternel.

1985
5 ans que sa mère n'était plus de se monde, Julian était devenu un enfant de 13 ans encore plus assidu faisant passer ces études et l'art de la magie avant toute chose. Son but, devenir le plus grand sorcier existant, surpasser son père pour que ce dernier soit fière de lui.
Ce dernier l'avait placer en pensionnat de garçon tout juste 2 mois après la mort de sa mère afin de s'en débarrasser, il ne le voyait que pour les vacances et lors d’événement spécial tel que les anniversaires afin de faire croire à une bonne entente devant le reste de la famille. Il avait pris une novelle épouse à peine 1ans après la mort de sa première femme, ce qui mit le jeune garçon, encore sous le choque de la disparition de sa mère, dans une colère froide, mais son père ne s'en souciait gère, lui collant une correction dès qu'il osait spécifier à la nouvelle arrivante qu'elle n'était pas sa mère et qu'il n'avait donc pas d'ordre à recevoir d'elle. Il détestait retourner chez lui s'étant fait quelques amis noble dans sa nouvelle pension avec qui il pratiquait la magie en secret ce qui lui permettait d’augmenter ces pouvoirs par la même occasion.

Fière de ces avancés, le jour de l'anniversaire de son paternel, il pris l'initiative de lui montrer se qu'il avait appris. Il vint dans son bureau après avoir frapper plusieurs fois à la porte.
« Père, puis-je vous montrer quelques chose ? » L’interrompit-il trop impatient pour attendre plus longtemps.
Son père fou de rage se leva avec une telle force que son fauteuil de bureau en tombât au sol, puis se dirigea vers l'enfant d'un pas pressent afin de lui décoché un revers de la main qui fit saigner le jeune garçon à la lèvre. Julian s'en retrouva propulsé contre l'armoire bibliothèque qui se trouvait juste à côté de la porte du bureau, ce qui le fit perdre connaissance.
Il se réveilla quelques minutes plus tard dans sa chambre mais quant il tenta de sortir de cette dernière, la porte était fermer à clef. Son père l'avait enfermer après son éclat afin de lui enseigner les bonne manière, comme il le faisait à chaque foi.
Julian retourna s'allonger sur son lit portant une main à sa lèvre gonflé et malgré l'envie qu'il avait de pleuré aucune larme ne coulât, il en avait déjà trop versé par le passer, il ne devait plus en avoir songea-t-il Puis il ouvrit le tiroir de sa table de chevet et pris un gros ouvrage, c'était le grimoire de sa mère, il avait réussi à le subtiliser dans la bibliothèque familiale un week-end où son père était en déplacement à New-York, soit disant pour affaire. Mais le jeune homme n'était plus un gamin et il remarquait bien que les affaires qu'il m'était dans ces sacs n'était en aucun cas ces affaires de travail, mais bien des choses nécessaire pour la magie. Il se promis alors qu'un jour lui aussi irait la-bas, lui aussi rencontrerait d'autre pratiquants, et qu'il montrerait alors à tout le monde quel sorcier puissant il fait, et peut-être que ce jour là il bénéficiera enfin de la reconnaissance qu'il attendait depuis tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Lun 9 Mai - 22:32

1986

La petite brune de 6 ans s’arrêta brusquement de courir devant la lourde porte de la bibliothèque. Il ne serait pas content de la voir courir à l’intérieur du grand appartement au cœur de Manhattan. Doucement, elle chercha à pousser la porte déjà entrebâillée pour le rejoindre mais elle arrêta son mouvement lorsqu’elle comprit que son père n’était pas seul dans la pièce. Et elle ne devait pas le déranger lorsqu’il recevait quelqu’un. Mais la curiosité de la fillette fut plus forte, et elle ne fit pas demi-tour, restant caché derrière la porte. Elle pouvait observer la scène tranquillement d’où elle était…

Les deux hommes étaient en pleine discussion… Et Gabrielle ne comprenait pas tout, mais l’autre personne ne lui était pas inconnue. Elle l’avait vu plusieurs fois à la télévision lorsque son père regardait en silence les informations à la télévision, et il était déjà venu manger une ou deux fois à la maison. C’était quelqu’un d’important, ça se voyait à la façon dont il s’habillait, et à la façon dont sa mère l’appellait « Monsieur le Sénateur ». Elle ne savait pas ce que c’était un sénateur mais ça devait être sérieux…

« Je vous en prie Robert » A la grande surprise de la fillette, c’était cet homme qui semblait demander quelque chose à son père. Le visage de ce dernier semblait soudain plus dur, plus puissant, plus sûr de lui que jamais. Jamais elle n’avait été aussi fière qu’il soit son père.

« Ne m’obligez pas à vous supplier, j’ai besoin de cet argent et de votre appui » Malgré ses paroles même, le ton du sénateur était implorant. Mais cela n’attirait pourtant pas la sympathie de la petite fille. Ses parents lui répétaient suffisamment que se plaindre ne se servait à rien, qu’il fallait être fort. Elle continua d’observer son père qui restait silencieux. Ses yeux verts semblables à ceux de la petite brune brillaient doucement, savourant visiblement du moment.

« Je peux vous aider Mickaël mais vous savez que cela ne sera pas gratuit »

La tête basse, comme un enfant, l’homme confirma des bouts des lèvres.

« Gabrielle, qu’est-ce que tu fais là ? »

La petite fille sursauta, surprise par la voix sévère de sa mère. Cette dernière la prit doucement mais surement par la main avant de l’entraîner un peu plus loin.

« Maman, est-ce que papa va aider le monsieur ?
-Je ne sais pas Gabrielle, mais cela concerne les adultes, pas toi. »

La brunette bouda légèrement. Son air renfrogné amena un sourire discret sur les lèvres de sa mère. Sa petite dernière se montrait toujours si curieuse et vive d’esprit qu’il passait rarement une journée sans qu’elle ne soit étonnée de ses questions.

« Tu sais, ce qui est important, ce n’est pas de savoir si ton père va aider le Sénateur mais plutôt pourquoi le Sénateur a demandé de l’aide à ton père. Tu verras quand tu seras plus grande, tu comprendras pourquoi c’est aussi important de pouvoir être celle qui apporte quelque chose, plutôt que celui qui demande. »

La fillette ne comprit pas tout, mais essaya, le front légèrement plissé en se répétant ce que sa mère venait de lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 10 Mai - 22:29

1987
Les fourchette et les couteaux raclant les assiettes était les seuls bruit que l'on pouvait entendre durent la fête d'anniversaire de ces 16ans. Puis soudain le patriarche se leva pour prendre la parole, tout le monde fut surpris, le grand-père McKinley parlait rarement, voir jamais, il avait 89ans mais semblait encore en très grande forme pour son âge, même si ces cheveux jadis noir était devenu blanc sans avoir pris le temps de passer au gris.
« Mon petit Julian, aujourd'hui est un jour exceptionnel pour notre famille, et pour toi, tu as 16 ans, et chez les McKinley c'est un âge très important. » Il se racla la gorge et repris « Demain tu partira pour New-York avec ton père afin de faire ton initiation devant les autres famille de sorcier d'Amérique. » Il regarda Arthur McKinley avec instance comme s'il ne lui laissait pas le choix, le père du jeune adolescent semblait frustrer qu'on lui impose, à lui, un tel voyage avec son bâtard de fils. « Nous savons tous que tu as de très grand talents et nous espérons que tu en fera bon usage. Tu ne sera pas le seul jeune initié demain, j'espère donc que tu montreras à tout le monde de quoi est fait un McKinley, pas comme certain avant toi. » Il tourna de nouveau son regard vers le père de ce dernier et si ces yeux avait put tuer à cet instant le trentenaire serait mort. Julian sourit en voyant son père se décomposer, il avait toujours chercher la fierté de se dernier mais maintenant s'en était finit, il le respectait car c'était son père, celui grâce à qui il était de se monde, mais rien de plus.
Au fil des années il avait compris que jamais il ne serait aimer de cet être sans cœur, il se m'était même à se demander si ce n'était pas lui qui avait assassiné sa mère, surtout après la mort aussi soudaine de sa seconde femme. Du jour au lendemain elle fut prise de convulsion de plus en plus répété, de plus en plus violente ressemblant à des crise d'épilepsie jusqu'à ce qu'un jour son cœur lâche. Et comme pour sa mère il pris une troisième femme quelques années après, mais Julian savait que pour elle s'était différent, son père ne prenait même plus le temps de le réprimander ou de faire un minimum l'éducation de son fils, il l'ignorait encore plus qu'avant, passant tout son temps libre avec cette Violette de Calindar, une noble héritière d'une famille de sorcier Français. Elle lui ressemblait en tout point, arrogante, froide, violente autant dans les mots que dans les geste envers le jeune homme qu'elle détestait autant que son père, si ce n'était plus. Son père ne trouvait donc plus l’intérêt de le frapper étant de donné que sa marâtre le faisait à sa place. Après le soupé Julian allât se coucher très tôt afin d'être en plein forme pour le lendemain, mais il n'arrivait pas à trouver le sommeil trop excité pour dormir. Il en profita pour faire et refaire sa valise afin d'être sur de n'avoir rien oublier.
Le lendemain Matilada vint le réveiller mais ne le trouva pas dans sa chambre, l’adolescent était déjà debout sur le perron de la porte, près à partir.

Quelques heures plus tard
Quant ils arrivèrent devant les portes de la demeure de la famille new-yorkaise, Julian fut étonner par la monde qui était déjà arrivé et encore plus par le nombres de personne qui saluait son père chaleureusement comme si, ici, personne ne savait qu'elle ordure il était, à moins qu'ils n'en avait strictement rien à faire. Ils allèrent dans le jardin privé où était installé table, chaise, orchestre et hors d’œuvre pour les convives. Certain dansait comme si on était à un mariage, d'autre tournait autour des buffets et Julian vit du coin de l’œil certains jeune qui s'amusait à montrer à leurs amis les nouveaux pouvoirs qu'ils avaient appris à maîtriser depuis la dernière fois qu'ils s'était vu. Julian s'approcha du petit groupe totalement subjugué par la maîtrise de certain et l'incompétence d'autre. Son rêve se réalisait, il était là, dans se rassemblement de sorciers en tous genre, il ne pouvait s'empêcher de rêvasser et d'être fière de lui, mais une bousculade le fit sortir de sa rêverie. Une petite fille au cheveu corbeau et au regard vert le heurta de plein fouet. Elle semblait encore plus étonner que lui de voir tout ce monde, pourtant il se souvint d'avoir vu les photos de famille qui se trouvait dans l'entrer de la maison et elle habitait ici s'il ne se trompait pas. Elle ne devait pas avoir plus de 6 ans et semblât toute embêté de l'avoir bousculer. Elle n'osait pas lui dire mot, Julian pensât qu'il devait sûrement l'impressionner alors il se penchât vers elle, et lui tendit la main.
« Je me nomme Julian, et toi ? Quel est ton nom ? Je ne vais pas te mangé tu sais. » il lui sourit comme il n'avait jamais sourit à personne. Tout le monde le jugeait et l'insultait là où il vivait, mais ici personne ne le connaissait et personne ne le traiterait de monstre étant donner que tout le monde est comme lui. Mais avant de faire plus ample connaissance avec la jeune fille une femme vint la réprimander doucement, lui disant qu'elle était trop jeune pour être là et que ce n'était pas polis de dévisager les invités. Julian aurait bien aimer dire à la grande dame de laisser sa fille gambader mais il n'était pas chez lui et n'en avait donc pas le droit, il se contenta donc de lui dire
« Content de t'avoir rencontrer Gabrielle, à une prochaine foi » Puis il les regardât s'enfoncer dans la grande maison avant que son père ne vienne le chercher.
« Ramène toi ! On t'attend ! » Lui lança-t-il sèchement en lui tirant le bras douloureusement, puis il laissa son fils planté au milieu d'un groupe d'une trentaine de personnes d'âge avancé avec quatre autre adolescents de son âge. La matriarche commença à lire un discourt que Julian ne retint pas le moins du  monde trop occuper à regarder tout les visages autour de lui. Puis un autre ancien récita le règlement de la communauté expliquant qu'il faillait garder le secret quoi qu'il en coûte, que l'usage de la magie ne devait être utiliser en aucun cas pour des fins personnel, etc.... Le jeune homme écouta attentivement les règles à suivre même s'il les connaissait déjà par cœur, et comme toujours il les trouvaient désuète, dépasser par le temps. Puis vain l'heure des preuves, les jeunes adolescents devait prouver aux anciens qu'ils était capable de maîtriser leurs magie pour être accepté. Le premier, un roux rondouillard fit apparaître des colombes de ces mains et les fit exploser en milliers d'étoiles au-dessus des convives qui applaudirent l'exploit, le second fit virevolter des crayons de papier qu'il avait poser sur une table, mais au bout de quelques seconde ces derniers se mirent à tourbillonner dans tout les sens et un adulte dut intervenir pour stopper la catastrophe. Tous passèrent puis arriva le tour de Julian, pris de cour car il ne s'était pas préparer à une telle démonstration de ces talents, il dût réfléchir un court moment, puis il se décidât pour le feu, c'était la première capacité qu'il avait appris très jeune, il plaçât une dizaine de bougie éteinte devant lui et les alluma sans difficulté faisant grandir et baisser la flamme à son bon vouloir arrivant même à la faire changer de couleur. Tout le monde applaudit l'exploit du jeune homme qui fut admis dans la communauté. La fin de la journée s'était plutôt bien passé pour le jeune homme, il était très fière d'avoir été accepté parmi les familles et d'autant plus d'avoir mis son père sur les nerf pour la même raison.

Le lendemain une excursion afin de visité New York fut organisé pour les nouveau initiés qui n'étais jamais venu dans cette partie de l’Amérique, Julian faisait partie du voyage, malgré la richesse de ces parents c'était la première foi qu'il m'était les pieds hors de L.A., il était avide de connaissance et de découverte. L'excursion dura deux jours, ils partirent de la Grande gare Central à New York et se dirigèrent vers le sud à travers le New Jersey jusqu'à Philadelphie. Ils voyagèrent le long de Benjamin Franklin Parkway et d'Elfert Alley. Descendirent du bus privé dans le quartier historique de Philadelphie et admirèrent la Liberty Bell, le Constitution Hall, la place de la Constitution et d'autres sites importants sur le plan historique.

De Philadelphie, ils se dirigèrent vers le sud à travers le Delaware et le Maryland jusqu'à Capitol Hill, à Washington DC. Là, ils passèrent devant la Maison blanche, le Capitole et le Sénat. C'est ici que Julian eue un déclic, plu-tard, il serait président des Amériques. Il devra sûrement débuter au bas de l'échelle mais peut importe, il y arriverait, les lambda ne pouvait pas le respecter pour la magie étant donner qu'ils n'en connaissaient pas l'existence, du coup ils l'éliraient et lui ferait graver les marches de la politique. Puis il passèrent le reste de la journée à explorer le Musée de l'air et de l'espace et le Mémorial de Lincoln, le Washington Monument, le Korean War Veterans Memorial et le Vietnam War Veterans Memorial.
Ils passèrent la nuit dans un hôtel 3 étoiles, le Howard Johnson Cheverly, situé à la périphérie de Washington DC, dans le Maryland.

Le lendemain ils assistèrent à la célèbre Relève de la garde au cimetière Arlington, un cimetière militaire créé pendant la guerre civile en hommage à plus de 400 000 soldats américains perdus. Depuis le cimetière Arlington, ils suivirent ensuite la direction de la US Mint et découvrirent les secrets de fabrication de la monnaie. Mais en sortant de l'usine la visite tourna au cauchemar pour Julian, alors qu'il rejoignait le bus un chauffard sous alcool le percuta de plein fouet. Il fut projeter à plusieurs mettre et plongea dans un profond coma. Du coup pas de visite de la Pennsylvanie pour lui et il ne découvrirait pas le peuple Amish qu'il rêvait temps d'étudier de plus près, mais un arrêt immédiat à l'Hôpital le plus proche. Il resta 3 jours dans le coma et à son réveil il était sous respirateur artificiel, lors de la collision ces poumons avait été touché, l'un était mort et le second perforé, seul une greffe pourrait le sauver. Les médecins prévinrent son père qui passât les testes de comptabilité, mais à la stupeur du garçon il n'était pas compatible, ce qui ne sembla pas étonné Arthur qui aplat son frère dans la foulé.

« Ton fils est mourant, il nous faut un poumon ramène toi ! » Lui ordonna l'homme sans prendre de gant et sur un ton des plus autoritaire, sous les yeux choqué de Julian.
Tout sa vie tourna en boucle dans sa tête, son père, celui qui l'avait temps haie et dont il avait temps voulu de respect ne l'était pas? Il n'était nul autre que son oncle, un oncle alcoolique, violant et sans scrupule, mais pourtant qui continuerait à avoir sa garde malgré qui ne soit pas son paternel! Il comprenait désormais mieux pourquoi du jour au lendemain il n'entendit plus parler de John McKinley, celui qu'il avait toujours considéré comme le meilleur des oncles. Il comprit aussi pourquoi il avait tant de foi eue pour surnom celui de « Bâtard », tout simple car il en était un.

Le soir même John arriva à l'hôpital avec l'interdiction de voir l’adolescent, Arthur lui refusait tout contact avec Julian, et trois jours après le jeune homme était sortie de l'hôpital et de retour dans la demeure familial grâce au contacte de son beau-père, mais sa vie et son comportement envers ce dernier changèrent du tout au tout. Lui qui était si calme, si soumis à se dernier ne l'était plus, il le respectait car il croyait qu'il était son paternel, mais étant donner que se n'était pas le cas tout respect s’évanouit et il se promis que le jour où il aurait suffisamment de puissance, il fera regret à Arthur le comportement qu'il à eue envers lui durent toutes ces années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 11 Mai - 22:06

« Je peux essayer ? »

Cela faisait bien 20 minutes que la petite brune de 8 ans assise sagement sur le canapé écoutait avec attention sa mère expliquer à sa grande sœur et son frère comment faire apparaître une flamme sur les bougies posées sur la table basse du salon où ils étaient tous installés. Ses yeux vers émeraudes attentifs et intelligents brillaient d’envie.

« S’il te plait ? » demanda-t-elle à nouveau poliment avec un sourire hésitant, sachant que ce n’était pas l’habitude dans la maison d’insister pour obtenir quelque chose. Sa mère, d’un léger mouvement de la tête, l’invita à les rejoindre autour de la table.
« De toute façon, elle n’y arrivera pas ! » Helena, contrariée de devoir faire une place à sa petite sœur, pesta d’un ton dédaigneux. Comme souvent, les regards des deux fillettes s’affrontèrent.

« Tu regardes la bougie, et tu penses très fort à la flamme. Allez, essayez tous » Avec un sourire d’encouragement et le visage confiant, la mère des trois enfants lança ce qui apparaissaient encore pour ces derniers comme un jeu. Aussitôt, Gabrielle, très sérieuse, abandonna son petit conflit avec Hélèna pour suivre les instructions de sa mère. Depuis la première fois qu’elle avait découvert ce que cette dernière apprenait à son frère et sa sœur, elle voulait faire la même chose.

La fillette suivit les conseils de sa mère. Elle regarda une bougie et imagina la flamme. D’abord sa couleur, ce orange, ces nuances de jaune… et le mouvement léger, son frétillement impatient… Et puis il y avait aussi la chaleur, presque imperceptible à cette distance, mais réelle. Et cela ne serait rien sans l’odeur… Gabrielle sentit une sorte de chaleur, d’énergie indéfinissable la parcourir doucement. D’un coup, une étincelle surgit au bout de la bougie, et celle-ci s’alluma devant les yeux ébahis d’Helena et Baptiste. Le visage de Gabrielle ne montra aucune surprise, comme si cela était simplement normal. Puis un large sourire de satisfaction apparu sur ses lèvres avant de lever le regard vers sa mère pour chercher son approbation.

« Moi aussi je sais le faire ! » Quelques secondes plus tard Helena interrompit le silence quasi religieux, en faisant apparaître à son tour une flamme.

« C’est bien, très bien…. Allez ça suffit pour aujourd’hui, il est temps d’aller vous coucher » La mère tâcha de calmer la rivalité toujours présente entre ses deux filles, et mit fin à l’apprentissage pour la soirée. Baptiste ne se fit pas prier, jamais très enthousiaste pour la magie. Helena prit davantage son temps, se déplaçant d’un mouvement trop précieux comme toujours.

« Gabrielle » La petite fille s’arrêta et se retourna vers la femme d’une petite quarantaine d’année qui la retenait avec un sourire. « Tu sais ce que je t’ai déjà dit : tu ne dois en parler à personne en dehors de la maison. Et maintenant, tu ne dois jamais recommencer sans que je sois là. Est-ce que c’est bien clair ? »

Malgré le visage en apparence chaleureux de sa mère, la brune savait qu’elle ne plaisantait pas. Elle acquiesça d’un geste de la tête.

« C’est très bien ce que tu as fait, nous recommencerons… toutes les deux d’accord ? » La petite fille ravie et fière hocha la tête plusieurs fois avec enthousiasme avant d’aller rejoindre sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 11 Mai - 22:53

1989
18 ans, enfin, cela faisait déjà presque un mois que le jeune homme préparait son départ. Malgré les désaccords d'Arthur, Julian avait pris la décision d'entrer à l'université de Colombia, à New York et suivre des études de science politique. Grâce à sa bourse d'étude et de l'héritage de sa mère, il put se payer les frais d'inscription et pour tout le reste son grand père décédé avait stipuler dans son testament que tout les frais universitaire de Julian devraient être pris en charge par ces revenu plus que suffisent, et que tout ce qu'il en resterait irais sur un compte qui lui permettrait d'avoir une avenir plus que convenable. A cette nouvelle Arthur pesta contre son propre paternel, à cause de ça il s'était retrouver déshérité de l'héritage familiale et la maison de Beverly Hills se retrouvait entre les mains du bâtard. Pour Julian c'était une aubaine et surtout une preuve de confiance de la par de son défunt grand-père qu'il se promit de ne pas décevoir. Cela faisait déjà quelques mois qu'il avait débuté les cours à l'université mais étant mineur encore ça lui était interdit par son tuteur de vivre définitivement la-bas, maintenant qu'il était majeur il pouvait envoyer valser ces désirs et prendre ces propres décision, ce qu'il fit des le lendemain de son anniversaire.

A peine le soleil levé il sauta dans sa Chevrolet Impala de 1958 blanche et filât à toute allure vers sa destination, New York, mais plus qu'une simple ville elle signifiait la libéré pour lui, il pris la décision de revenir à Los Angeles, mais pas avant d'avoir eue son diplôme et une place dans la politique de cette ville.

Arrivé au Campus, il se sentait déjà comme chez lui, ces amis vinrent le salué et les filles le regardait déjà avec envie. Il était brun, grand, musclé, beau-gosse et surtout riche à millions, ce qui n'était pas pour déplaire au jeune fille de bonne situation qui côtoyaient le même campus que lui. Julian c'était déjà fait un nom et une renommé de charmeur dans ces lieux, apparaître à son bras lors des soirée des Sigma Nu, la fraternité la plus importante de Colombia dont Julian faisait partit était un rêve pour beaucoup de jeune fille tentant d'entrer dans une sororité ou essayant de monter en renommé. Il y fut admis quasiment dès le début de sa scolarisation, son nom ayant sûrement aidé à son intégration mais ces notes et son charisme aussi. Mais pour Julian les femmes n'était pas sa priorité, il aimait bien leur présence certes, aimait passer une peut de bon temps avec certaine d'entre elle, mais il refusait l'idée même de se mettre officiellement en couple, c'est étude et la magie passait et passerait toujours en premier. Depuis deux ans qu'il avait intégrer la communauté de sorcier américaine il n'avait pas arrêté de s’entraîner encore et encore, malgré les coup dur que le destin lui avait imposé, jamais il n'avais baisser les bras, au grand dam d'Arthur qui faisait tout pour le démoralisé. Mais il dût finir par admettre que la ténacité du jeune homme dépassait tout ce qu'il avait croiser jusqu'à présent et il finit par laisser tomber, au lieu de ça il tenta de l'empêcher d'entre à Colombia où dans n'importe qu'elle université, allant même jusqu'à envoyer des lettre aux divers doyen de sa connaissant afin qu'il refuse ça lettre de candidature, mais là aussi face à Julian, il ne pût rien faire, le jeune homme allait même jusqu'à se déplacer directement dans les université afin d'être sur que les haut garder lise bien sa lettre, et après de multiple refus tel-que ceux de Stanford, d'Harvard, du New York University, c'est Colombia qui reteint sa candidature, ce n'était pas la première université sur ça liste, mais ça ferais l'affaire. Et en effet c'était le cas, Julian était comme un coq en patte la-bas. Ces études se passait à merveille et surtout l'ambiance y était agréable.

En parallèle, il allait régulièrement chez les familles de sorcier de la ville afin d'en apprendre toujours plus sur la magie, il croisait assez souvent la petite Gabrielle dont le tempérament enflammer le faisait rire. Elle n'avait pas froid au yeux et il lui semblait que dès qu'il était présent, le regard de la petite brunette ne le lâchait pas, comme si elle tentait d'absorber tout ce qu'il savait faire pour les reproduire. Il en jouait, montrant ces nouveau « tours » au plus grand tout en faisant bien attention qu'elle le regarde pour voir ces petite bille verte briller. Cette gamine l'amusait et sa joie de vivre lui rendait un peut de la sienne. Toute la famille d'ailleurs lui plaisait, et Julian s’entendait tout particulièrement bien avec le père de la petite avec qui il parlait beaucoup magie. Il lui appris plus de chose que son propre « père » et ça mère réunit en moins de temps. Et l'ambiance là-bas était moins drastique qu'elle était chez lui, il aimait se lieu, ces enfants qui courait un peut partout, ces parents qui s'entendait relativement bien, il n'avait pas eue la chance de connaître ça durent son enfance, il en profitait donc ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Jeu 12 Mai - 2:49

1994
L'homme se tenait devant le miroir de sa chambre vide, il n'y reste plus rien qu'un ou deux cartons plein à craqué, il se regardât encore une dernière foi tentant de faire baisser le stress qui montait en lui depuis quelques heures. Il se trouvait tout particulièrement ridicule dans cette espèce de toge bleu avec ce chapeau carré sur la tête, et en plus se dire que toute l'université allait le voir habiller comme ça... Le stress le reprit de plus belle, non qu'il n'est été du genre à faire toujours attention à sa tenu, mais là c'était vraiment ridicule, heureusement tout le monde, ou presque porterait la même aujourd'hui. Mais tout le monde ne va pas parler devant toute une assemblé se mit-il à penser, et tout les étudiants ne finiront pas leur année avec un an d'avance.
Julian était rentrer à l'université de Colombia à l'âge de 17ans et il aurait dût la quitté à 24, mais sa ténacité et son intelligence réussirent à le faire finir plus tôt que les autres. Il avait obtenu son Master sans aucun problème et avait en plus reçu un prix pour son mémoire sur « Les experts académiques dans les commissions extraparlementaires helvétiques au XIXe siècle ». Il fut le premier de sa classe et surtout de sa promotion, et comme remercient, ou plutôt comme torture il devait parler de son parcourt et de ces années d'université à tout les autres élèves, les professeur et les adultes présent pour la remise de diplôme. La cloche ce mit à sonné, déclarant ainsi le coup d’envoi et donnant l'ordre du rassemblement. Julian sortit donc de sa chambre accompagner de Luc, son colocataire universitaire pour rejoindre la troupe de jeunes habiller tout en bleu qui s'était ameuté au milieu de la grande place de Colombia.
Quelques minutes plus tard les adultes étaient tous là, tous sauf la famille de Julian qui l'avait royalement oublier, ou plutôt qui ne voulait pas venir. Mais a la place il vie du coin de l’œil que la famille New-yorkaise à qui il s'était attaché était venu à sa grande surprise, deux ans qu'ils ne les avaient plus vu à cause de ces études et de ces déplacement en France et en Angleterre pour suivre ces stages. A par quelques coup de téléphone de temps en temps il n'avait plus tellement de nouvelles, et pourtant ils étaient tous là, Héléna, toujours aussi élégante, Baptiste qui semblait réellement s'ennuyer ici et la petite Gabrielle, enfin petite, la dernière foi qu'il l'avait vu elle n'avait que 11ans tout a plus, et maintenant 13, c'était une jeune fille, toujours aussi plein de vie, mais on lui voyait maintenant le début des traits d'uns femme. Elle portait une magnifique robe bleu qui aurait put faire croire au autre qu'elle aussi venait recevoir ce diplôme, où l'avait-elle mis pour soutenir Julian qui lui avait dit quelques jours plus tôt au téléphone avant qu'elle ne lui passe son père qu'il porterait cette toge affreuse. Cette idée fit rire le jeune homme, cette fille était belle et bien pleine de surprise.
Puis vient l'heure du discourt, 20 minutes de discourt étudier, réétudier intensément afin d'être sur de ne pas se tromper. Julian débuta en racontant son arrivé au Campus n'oubliant pas de faire quelques blague légère de temps qui avait le dont de faire rire la foule, puis il raconta avec humour les quelques déboire et peur qu'il avait put avoir durent sa scolarité et fini par remercier les professeurs, le doyens et sans oublier la famille de Gabrielle et même sa propre famille sur le ton de l'ironie mais en leurs reconnaissance une chose, que s'il n'avait pas eue cette famille, jamais il n'aurait été aussi tenace et jamais il n'aurait trouver la force de passer son diplôme et encore moins de l'avoir aussi tôt. Une foi le discourt fait le doyen distribua les feuilles mémorablement importante à toute les diplômes, puis ils purent tous partirent pour la petite fêtes qui était organiser pour cet événement.

Mais Julian, lui, n'y pris pas par, il partie avent tout le monde, après avoir salué c'est amis new-yorkais, il pensait déjà à son future métier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Jeu 12 Mai - 20:02

Elle réajusta sa robe légère blanche et s’arrêta plusieurs secondes devant le miroir en pied. Ses jambes étaient mises en valeur, comme sa poitrine d’adolescente déjà bien formée. Mais son visage ne trahissait aucune satisfaction. Trop grande, les épaules larges… Cela n’entama pas sa confiance en elle, elle savait qu’elle plaisait… Quelques flirts sans importance avec des garçons de son école suffisaient pour la rassurer. Mais ce soir, c’était bien autre chose qui se jouait…

Dans un mouvement soudainement décidé, Gabrielle prit dans ses doigts un crayon pour les yeux et commença à souligner avec attention son regard bleu/vert, puis passa un peu de rouge à lèvres. Rien de trop voyant, mais suffisamment pour lui faire gagner quelques années de plus… Si seulement elle était plus âgée, peut-être qu’il la regarderait différemment…

« Si tu crois que c’est avec ça que Julian va te remarquer, tu es vraiment plus stupide que je le pensais » Comme en écho à ses réflexions, Hélèna venait d’entrer dans la salle de bain après avoir espionner pendant quelques minutes sa petite sœur.

« Si il est gentil avec toi, c’est juste parce qu’il te considère comme une gamine » Elle insista. Le regard de Gabrielle se durcit, mais elle ne montra pas davantage son trouble. Elle ne ferait pas le plaisir à sa sœur de rougir comme une petite fille et avouer ainsi ses sentiments.

« Tu dis ça uniquement parce que tu es jalouse qu’il passe plus de temps avec moi… mais c’est simplement pour me montrer de nouvelles formules. Il doit s’ennuyer avec toi » répliqua posément Gabrielle sans se laisser démonter par sa sœur qui vexée quitta la pièce en soupirant. La brune eu un petit sourire de victoire.

Elle termina de se préparer en passant à nouveau la brosse dans ses cheveux. Son regard se perdit un peu et ses lèvres esquissèrent cette fois une très légère moue rêveuse. Julian ne venait plus très souvent à New York, mais Gabrielle attendait toujours avec impatience la venue du jeune homme. Malgré leur différence d’âge, il lui avait toujours su lui donner de l’importance à partir du moment où elle avait commencé à maîtriser la magie. Il l’encourageait, l’interrogeant à chaque fois sur ses progrès. Et c’était bien pour lui qu’elle passait autant de temps à s’entraîner, qu’elle se lançait de nouveaux défis, bien au-delà de ce que sa mère lui apprenait ou même imaginait.  

Mais ne la voyait-il pas toujours comme une enfant, une petite sœur ? Depuis la dernière visite, les sentiments de l’adolescente avaient bien changés pour Julian… Bien sûr, il était plus vieux, il avait même fini ses études depuis plus d’un an, mais cela ne le rendait que plus fascinant. Il était tellement plus intéressant que les garçons de son âge ! Et plus beau ! Alors que l’imagination de l’adolescente s’égarait, cette fois ci, ses joues rosirent doucement…

« Gabrielle, nous devons discuter quelques minutes toutes les deux »

L’adolescente leva un regard surpris vers sa mère qui entra dans la salle de bain. Il était plutôt exceptionnel que sa mère se permette cette familiarité et la rejoigne ainsi alors qu’elle terminait de se préparer. Gabrielle reposa le crayon de maquillage pour reporter son attention sur la femme, habillée d’une robe très chic. Elle était déjà prête pour la soirée.

« Je crois qu’il est temps que nous ayons une conversation sérieuse à propos de Julian. Tu sais qu’il a 10 ans de plus que toi et…
-Mais maman, je…
- Ne m’interromps pas s’il te plait. Julian a 25 ans, il travaille déjà… par ailleurs il fait partie de la famille des Mc Kinley en qui nous ne pouvons pas avoir confiance. Je t’interdis de rester seule comme tu le faisais auparavant avec lui après le repas, tu n’es plus une enfant, il est temps d’arrêter ça. Dès que le repas sera terminé, tu iras dans ta chambre comme ton frère et ta sœur »

Même si Gabrielle ne comprenait rien aux raisons avancées par sa mère pour l’obliger à prendre ses distance avec Julian, l’adolescente saisit que le sujet était sans discussion possible. Ce n’était pas dans ses habitudes, ni dans celles de la famille de lever le ton ou de s’énerver. Les yeux verts de l’adolescente se foncèrent, elle acquiesça du bout des lèvres. Mais elle n’acceptait pas pour autant cette décision… Elle utiliserait la magie pour pouvoir garder contact avec Julian pendant la soirée. Sa mère était bien loin d’imaginer tout ce qu’elle savait faire maintenant…

Le peu de temps qu’il restait avant que Julian n’arrive parut très long pour l’adolescente, mais elle savait le cacher. Sa curiosité d’avant, son enthousiasme étaient toujours en elle, mais elle dégageait déjà une certaine retenue, un calme peu courant chez les jeunes filles de son âge. Et cela lui fut très utile pendant tout le repas, où tout en se montrant chaleureuse avec le beau brun, elle parvenait à cacher son trouble aux yeux de sa famille. Mais les choses n’étaient déjà plus pareils… Ses parents certes polis se montrèrent beaucoup plus froids qu’habituellement avec leur invité.

Enfin le repas s’acheva et à regret, Gabrielle suivit sa sœur, prétendant avoir un devoir à terminer… Elle s’enferma dans sa chambre, disposa quelques bougies en cercle sur le sol de sa chambre avant de fermer les yeux pour se concentrer.

« J’aimerais te parler, ma mère ne veut pas que je sois seule avec toi. Je t’attendrais au bout du couloir »

Le pouvoir de télépathie demandait beaucoup de puissance et d’énergie, elle ne pouvait pas réussir à communiquer davantage avec Julian, déjà elle s’effondrait sur le sol, mais après quelques minutes elle se ressaisit. Elle avait repris suffisamment de force pour se relever et ranger les bougies au sol, il n’était pas question de prendre le risque d’être surprise par sa fouineuse de sœur.
Puis, les jambes encore tremblantes, elle rejoignit le coin du couloir où elle pouvait attendre l’arrivée de Julian, et un sourit arriva sur son visage à la vue de l’homme.

« Je suis contente que tu sois venu » Sa voix était à la fois hésitante, mais aussi décidée. Il n’était pas venu pour rien, il y avait quelque chose entre eux, c’était certain. Après une nouvelle hésitation, elle se lança. Doucement, elle se rapprocha du visage de Julian, et vola un baiser sur ses lèvres chaudes, savourant pendant quelques secondes son parfum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Ven 13 Mai - 4:00

Alors que le jeune homme était assis face au patriarche à siroté un verre de Cognac, la voix de Gabrielle se fit entendre dans sa tête. Il en fut tellement surpris qu'il faillit avaler de travers la gorgé qu'il était en train de prendre. Durent sa conversation avec l'homme il tentait temps bien que mal de lui expliquer qu'il n'avait plus de contacte avec les autres McKinley, il ne comprenait pas pourquoi, du jour au lendemain, toute la famille si chaleureuse habituellement était devenu si froide envers lui. Il posa divers questions mais aucune ne trouva de réponse, il se demanda alors si Arthur n'était pas dernière tout ça, et peut-être devrait-il rentrer à L.A plus tôt que prévu afin de prendre des nouvelles de cette famille si détestable. Il avait après quelques mois plus tôt que son père avait été viré de la communauté de sorciers, mais personne ne lui avais dit pourquoi, ce contentent de lui faire comprendre qu'il avait la chance de toujours en faire partie et qu'il ferait mieux de ne pas trop poser de question s'il voulait rester. Ce qu'il fit à regret. Au bout d'un petit moment il s'excusa au-près du maître de maison en lui expliquant avec courtoisie qu'il devait se rendre au toilette, lui qui n'avait jamais dût expliquer ces faits et geste ici, senti au regard de l'homme qu'il valait mieux trouver une excuse plausible.
Il traversa le bureau, puis le petit salon et pris la direction de l'escalier avent de traverser le couloir où l'attendait la petite Gabrielle. Elle était toute mignonne dans sa robe blanche et lui voir du maquillage sur elle, fit une nouvelle foi sourire Julian. Quant il l'avait rencontrer la première foi elle n'avait que 6ans, elle courait partout et aujourd'hui elle semblait toute timide, pareil à se premier jours.
"Gaby, quelques chose ne va pas?" lui demanda-t-il en s'approchant d'elle, mais ce que fit la jeune fille le laissa sans voix. Ces lèvres vinrent effleuré les siennes, dans un mouvement maladroits et pressent. Julian saisit la petite brune par les épaule et la repoussa gentiment l'écartant de lui.
"Mais qu'est ce que tu fais? Tu n'as que 15 ans Gabrielle, et j'en ai 25, tu es comme une petite soeur pour moi, rien de plus" Il était peiner pour elle, triste de voir ces yeux rougir à cette nouvelle, mais il ne pouvait pas la laisser espéré une chose impossible. "Écoute je dois partir de bonne heure ce soit, je ne reste pas dormir, et je ne sais pas si je reviendrais ici un jour, mais tu as mon numéro. Alors surtout si tu as besoin de parler, ou d'aide pour ton apprentissage surtout n’hésite pas d'accord? Je serais toujours là pour toi, même si ce n'est pas comme tu le souhaiterais." Il déposa un baiser tendre sur le front de la petite brune, comme il faisait toujours et se releva de toute sa hauteur pour retourner dire au-revoir au reste de la famille.

Quelques heures plus trad il était arrivé chez lui et s'affala sur le canapé luxueux qui ornait le grand salon style 18eme.La soirée avait été un cauchemar pour Julian, il ne comprenait toujours pas l'attitude de cette famille, il prix donc la décision de faire ces sac et de partir des le week-end pour L.A afin d'en comprend un peut plus sur les dernier évènement familiaux.

Le week-end était  arrivé à grand pas et même bien plus vite que le jeune homme l'aurait cru, il était dans sa voiture en route pour LA, mais sans grande envie d'y allez. J'arrive, je met les chose au claire et je repart pansa-t-il alors qu'il conduisait la voiture dans la grande allée qui menait à la demeure McKinley. En  7 ans elle n'avait pas changer le moins du monde, les rosier rouge délimitait toujours les côtés de l'allée et la fontaine avec Méduse à son centre trônait toujours devant le perron de la demeure. Julian gara la voiture et se dirigea vers l'entrer, il n'avait pas encore frappé que Mathilda, ayant surement entendu la voiture et vu qui s'était c'était ruer sur la porte d'entre.
"Monsieur c'est vous!"  Lui lança-t-elle avec enthousiasme "J'espère que vous avez fait bon voyage, votre chambre est prête, Pierre y montera vos valise tout de suite, comment allez vous? Vous devenez être fatiguer, entrer, entrer, je vous ai préparé un chocolat chaud. Vous buvez toujours du chocolat chaud j'espère?" La gouvernante avait bien vieillit depuis toute ces années mais n'avait rien perdu de sa joie de vivre, Julian ne répondit aucun mot savourant juste la présence de la vielle dame à ces côté, même s'il aurait préféré un verre de scotch bien fort à la place du chocolat, ce dernier ferait tout de même l'affaire. "Oui, oui Mathy, ne vous inquiétez pas pour moi, et calmer vous votre cœur va lâcher" lui répondit-il avec humour. Puis son regard se durcit et il congédia la gouvernante d'un signe de la tête quant il vit Arthur apparaitre dans l’ouverture de la porte de son bureau. Les années n'avait douces avec lui, son crane commençait déjà à ce dégarnir et des rides bien marquer avait fait leurs apparition sur son visage sévère. Il se décala de l'ouverture faisant ainsi signe à Julain d'entre dans le bureau temps redouté par le jeune homme durent son enfance.
"Alors qu'est que vous faites la monsieur le député" lui lança-t-il ironiquement comme s'il se moquait de lui.
Julian n'attendit pas que l'ancien lui propose de s'assoir, il se posa sur la chaise qui se trouvait face au bureau de son oncle. "J'aurais quelques points à éclaircir avec vous et je ne vais pas y allez par quatre chemin. Je n'aime pas être ici et vous n'appréciez pas plus ma compagnie, alors plus vite on en aura finit plus vite on retournera à nos vies." Arthur acquiesçât d'un signe de tête avant de s'assoir et de lui faire signe de commencè.
Julian prit une longue inspiration et rentrât tout de suite dans le vif du sujet "J'ai appris il y a peut que vous ne faisiez plus partit de notre communauté, pourquoi? Je n'oublies pas de vous signalez que de toute façon si vous ne désirez pas me répondre, je trouverais quelques personne disposé à le faire, je viens vers vous uniquement par respect. J'attends donc de vous la même obligeance en répondant à ma question." L'homme fut surprit de la question et surtout du ton pris par l'homme en face de lui, ce n'était plus un enfant et il n'avait plus le pouvoir sur lui, lui s'affaiblissait alors que Julian semblait au maximum de sa force autant physiquement que mentalement, le détruire ou ne serais-ce que le faire légèrement plier lui sembla soudain impossible. La discussion dura plus de deux heures, rempli de parole plus ou moins forte de la par d'Arthur qui fut toujours surprit par le calme de Julian, mais le jeune homme appris ce qu'il était venu savoir. Son Oncle avait été banni pour pratique de la magie noire et de la magie interdite, la famille fut donc cataloguer comme mage noir au yeux des autres pratiquant et renié par beaucoup, considéré comme dangereux pour les autres et pour eux même. Julian parti silencieusement fâcher par ces révélations et il décida de monter un "plan" pour réduire la puissance de son oncle à zéro et ainsi redoré de blason familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Ven 13 Mai - 19:55

16 ans… Le seul âge important dans son parcours initiatique de magie. Longtemps, elle avait attendu avec impatience cette cérémonie qui la ferait enfin rentrer officiellement dans le cercle des sorciers. Elle avait déjà participé à plusieurs de ces fêtes d’initiation, suivit celles de son frère, sa sœur, mais là c’était différent, cela la concernait directement.

Pourtant aujourd’hui la brune assistait à cette effervescence avec distance. Tout ça lui paraissait tellement inutile et sans sens… En quoi avait-elle besoin de cette cérémonie officielle alors qu’elle pratiquait la magie depuis des années ?

Gabrielle avait définitivement perdue cet enthousiasme de l’enfance. Depuis le rejet de Julian par sa famille, l’adolescente s’était éloignée de ses parents. En apparence tout était normal, elle suivait une scolarité brillante, et semblait s’orienter vers la médecine comme le souhaitait sa mère. Elle fréquentait le fils d’un ami sorcier de son père, qui venait manger tous les dimanches avec eux. En réalité, cela faisait longtemps que la jeune fille ne se confiait plus à sa mère, et qu’elle lui cachait sa progression dans la magie.

« Gabrielle, c’est à ton tour » Après que Nathan, son « petit ami » venait de terminer avec difficulté son tour de magie d’une simplicité décourageante, la brune fut interpellée. Alors qu’elle s’apprêtait à faire pousser une plante au pied des hommes composant le jury, son regard croisa au loin Julian. Son visage ni ses yeux ne trahirent son trouble alors que son cœur s’emballait rapidement. Elle changea subitement d’avis et finalement fit apparaître des flammes qu’elle fit danser en écho à la performance de son ami dont elle avait des souvenirs précis. Le tour était très simple pour elle, mais peu lui importait, elle n’était pas là pour impressionner les autres sorciers… et puis il était sans doute même préférable de cacher l’étendue de ses pouvoirs. Et Julian savait bien de quoi elle était capable.

La cérémonie était terminée. L’homme était encore à proximité. Elle aurait pu le rejoindre, mais elle l’ignora délibérément. Ce n’était pas la réaction d’une adolescente vexée d’avoir été repoussé… Elle voulait lui laisser le temps de revenir vers elle. Elle savait qu’il se trompait, qu’il n’avait pas encore pris conscience de ce qui les liait, mais elle n’abandonnerait pas.
En attendant, elle rejoignit Nathan, se colla un peu à lui-même si ce n’était pas quelque chose qu’elle appréciait particulièrement, espérant que cela pourrait faire réagir Julian.

***

Cela faisait près de 6 mois qu’elle était maintenant installée sur le campus d’Harvard et tout lui semblait plus simple ! La distance géographique avec New York lui permettait enfin de respirer, loin de sa famille. Malgré l’avis de ses parents, elle avait choisi de suivre des études de sciences politiques et plus particulièrement de lobbying et communication politique. Etudiante brillante, elle n’avait aucun mal à suivre, bien au contraire, surprenant ses professeurs et les autres étudiants par ses références… Pourtant cela ne l’empêchait pas de s’intégrer à la vie du campus… Sur les conseils de Julian avec qui elle avait repris contact progressivement puis régulièrement sous prétexte qu’il la conseille dans son orientation, elle avait intégré une sororité, et s’investissait dans de nombreuses activités de l’université. Mais elle refusait toujours les postes de présidente ou ceux qui nécessitaient une certaine visibilité, préférant rester dans l’ombre.

Comme souvent, entre un cours et une soirée, elle profita d’un peu de temps pour passer dans la bibliothèque et lire la presse à la recherche d’un article sur la carrière politique de Julian. Les médias le suivaient régulièrement, après tout il était un des plus jeunes députés du pays… Un léger sourire apparu sur ses lèvres lorsqu’elle tomba sur la photo du brun très sérieux accompagnant un article. Ce dernier annonçait le passage de Julian prochainement lors d’un débat télévisuel. Elle resta encore un moment à éplucher la presse nationale et locale, lisant tout ce qui tournait autour du jeune homme… Une chose était certaine : les journaux s’accordaient pour dire qu’il avait toutes les chances pour faire passer la loi qu’il défendait par référendum mais que les électeurs le trouvaient en majorité trop froid, trop hautain… ce qui pouvait nuire à sa popularité.

Le lendemain, elle envoyait un colis à l’attention de Julian composé d’une très belle chemise bleue parfaitement accordée à la couleur des yeux du brun… Cela changerait du gris qu’il avait l’habitude de porter. Elle y ajouta un petit mot « Bonne chance pour le débat… et laisse tomber la cravate »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Lun 16 Mai - 0:23

28 ans et déjà député depuis plusieurs années, un des plus jeunes à ce jour, mais Julian visait bien plus et bien plus haut. Il était en course pour le poste de maire dans une des plus grande ville de l'ouest de Los Angeles, Bel Air, ce qui lui évitait le centre et la ville de son enfance tout en se rapprochant tout de même un peut de ce lieu pour y avoir plus d’influence. Déjà plus de 6 mois qu'il défendait bec et ongle sa proposition de loi sur la garde partagé et pour que le droit de garde pour les père soit égale face au mère souvent favorisé et se soir était le grand soir. Il devait répondre dans un débat télévisé afin de défendre son point de vu, le jeune homme était stressé mais sur de lui. Avant de partir de chez lui il avait enfiler la chemise offerte par gaby au lieu de la grise préparé à cet effet. Plus pour lui faire plaisir que par choix.

Depuis la journée d'initiation de la jeune fille ils avaient repris contacte, mais les liens qu'ils avaient était toujours un peut distant, Julian se souvenait parfaitement de son baisé et malgré la relation qu'elle entretenait avec l'autre jeune homme, il ne croyait pas qu'elle l'ait oublier. Et recevoir cette chemise en était la preuve selon lui.
Il prit l'antenne mais tenu son rôle étrangement plus froidement et plus sèchement qu'à son habitude, la télévision n'était décidément pas pour lui. Après êtres sortie du studio il s'installa dans la voiture venu le cherché, déboutonnant  quelques boutons de sa chemise à la hâte, puis il pris son portable hésitant un instant sur le numéro de Gabrielle. Devait-il l'appeler ou se contenter de lui laisser un message? Le Sms serait plus de rigueur. Il pianota sur son téléphone.
"Salut Gaby, tu vas bien? Alors, tu en a penser quoi?" puis il posa le portable à coté de lui reposant sa tête légèrement en arrière et repassant tout son parcours en boucle. Dans deux semaine les élections pour les maires, dernière ligne droite de l'année, j'espère que ça se passera bien. se demanda-t-il anxieux de se future, malgré le fait qu'il soit pour le moment en tête des sondages.

Après plusieurs minute la voiture s’arrêta devant la demeure du jeune homme, un appartement de luxe dans un des plus belle tour hollywoodienne. Julian lança un au-revoir las au conducteur et fila chez lui sans attendre, fatiguer de sa journée, pourtant le plus dur l'attendait. Depuis plusieurs années il préparait quelques chose contre son père, et il touchait au but, pourtant il lui manquait un point à éclaircir, et il ne pourrait le faire que se soir, ou de nouveau attendre plus de 50 ans avant le bon alignement des planètes. Il enleva sa chemise, dévoilant son torse et enfila une robe de cérémonie blanche, il installa une dizaine de bougie en cercle autours de lui, prépara ces offrande puis débuta son incantation.

"Ho Hécate, déesse des déesse,
Ho toi grande prêtresse,
écoute ma prière, exauce mon veux.
Permet lui de toute ta puissance de revenir,
accepte que sa présence emplisse ce lieu.
Hô toi grande déesse,
je t'en conjure, fait en sorte que ma mère,
celle qui ma donner la vie en se monde puisse me parler."


Julian répéta cette prière plusieurs fois, quant tout d'un coup les flemmes des bougies montèrent jusqu'au plafond et qu'un vois se fasse entendre.
"Julian? C'est toi mon fils? Comme tu as grandit, tu es devenu un très bel homme" dit la voix douce et lointaine
"Oui mère" répondit-il, la voix tremblante et les larmes au yeux "Je n'étais pas sur d'avoir la puissance pour vous parlez, nous n'avons pas beaucoup de temps, puis-je vous poser une question?"
"Je comprend mon enfant, alors ne perdons pas de temps, qu'elle est ta question"
"Depuis un moment cette question me taraude, excuser donc mon franc parler, mais Arthur, mon beau-père, es-ce lui qui vous a tué?"

Le fantôme de la magnifique femme qui était sa mère sembla tétanisé par cette question, mais déjà sa silhouette s'estompait, elle disparaissait si vite. "Méfie-toi de lui mon fils, il n'est pas ce qu'il prêtent, il abrite le démon, utilise le dernier sort de mon livre, vol lui se qui fait de lui un mage, mais protège toi!" Ces dernier mots furent presque inaudible mais Julian les entendirent. Une fois les bougie éteintes par le souffle du vents dut à la disparition du fantôme de sa mère Julian n’eut à peine le temps de voir son portable s'allumer, lui signifiant qu'il avait un message qu'il tomba au sol et s'endormit, exténuer par se sort d'une puissance rare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 17 Mai - 19:23

Gabrielle ne manqua pas le passage TV de Julian, et avait même préparé son magnétoscope pour visionner à nouveau l’émission. Cela ne dura pas longtemps, et au premier plan sur le brun, elle ne put s’empêcher d’avoir un sourire. Il avait mis la chemise qu’elle lui avait envoyé et « oublié » sa cravate. Cela lui donnait un air moins sévère, et mettait évidemment son regard en valeur. Mais cette première impression s’effila à mesure qu’il présentait son projet de loi. Son discours était clair, cohérent, structuré… bien trop… Ses arguments étaient forts, mais aucune émotion ne semblait passer. Il aurait pu aussi bien parler de la météo du lendemain… pourtant le sujet se devait d’être évidemment passionné puisqu’il touchait aux droits des enfants.

Elle termina l’émission un peu déçue, puis repassa la cassette. Il lui semblait étrangement que Julian se montrait encore plus froid et dur qu’habituellement, sans qu’elle n’en comprenne la raison. Quelques minutes plus tard, déjà elle recevait un sms et voyant qu’il s’agissait du jeune homme, elle s’allongea sur le lit tranquillement pour le lire et entamer peut-être une conversation. Ce qu’elle en pensait ? La réponse méritait d’être réfléchie… Elle ne voulait pas risquer de le blesser. Il était brillant et n’avait pas l’habitude d’être contredit.

« Je vais très bien, merci ! La chemise t’allait très bien… » Elle pianota ces quelques mots sur un registre d’abord léger puis l’envoya avec un petit sourire rêveur. Elle aurait préféré le voir directement, leurs rencontres plusieurs fois dans l’année chez ses parents lui manquaient… Il lui manquait.

Mais ce n’était pas le moment de s’égarer… Pour qu’il réalise enfin ce qu’elle pouvait lui apporter, il fallait qu’elle lui montre qu’elle n’était plus une gamine. Il n’était pas le genre d’homme à s’attacher à quelqu’un qui ne chercherait pas à l’appuyer.

« Mais est-ce que tu vas bien ? Tes propositions pour la loi sont très bien, mais il manque de l’émotion. Tes électeurs ne votent pas pour ta loi, mais pour toi… Tu dois leur ressembler, montrer un côté humain dans les 15 prochains jours pour être élu maire, peu importe la façon… Des fiançailles, une naissance dans ta famille, un décès… »

Le message était très long, peut-être trop long… et Gabrielle hésita une fraction de seconde avant de l’envoyer. C’était la première fois qu’elle se permettait ainsi de le conseiller, mais elle était sûre d’elle. Il risquait de perdre les élections s’il ne retravaillait pas sur son image rapidement.

***

Lorsque les résultats annoncèrent la victoire de Julian avec une belle victoire, le visage légèrement tendue de la grande brune s’éclaira d’un large sourire. Décidément rien ne pouvait lui résister. Un peu à l’écart dans la pièce principale du parti de Julian, elle le regarda savourer son élection et remercier ses plus proches collaborateurs. Arrivée par surprise sans en dire un mot à Julian, elle ne chercha pas encore à sa faire voir, elle savait qu’il serait très occupé pendant la soirée, au moins jusqu’à ce qu’il fasse son discours officiel. Et puis elle devait rester discrète, et ne pas se montrer trop proche au risque d’attirer les regards des journalistes présents pour les résultats.

Elle se contenta donc de rester en retrait, habillée d’une jolie robe bleue, observant tout ce qui se passait : les réponses de Julian le manège des journalistes, le travail des autres membres du parti qui déjà organisaient l’emploi du temps du nouveau maire pour les prochains jours… Tout un emballement politique et médiatique qui était passionnant !

Enfin petit à petit la pièce se vida. La soirée s’achevait. Gabrielle récupéra deux flûtes de champagne alors que les serveurs commençaient à ranger le buffet, puis rejoignit enfin Julian qui venait de s’éclipser seul dans son bureau. Dos à l’entrée, il semblait observer l’extérieur par la porte. Elle referma la porte derrière elle, le claquement le fit retourner.

« Félicitation ! »

Tout en le félicitant pour les résultats, elle se rapprocha de lui avec un visage mi-impressionnée, mi-séductrice et lui tendit l’une des flûtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 17 Mai - 23:05

Julian se tenait debout au milieu d'une foules de personne connu et inconnu mais toutes présentes pour la même raison. L'attente du résultat pour le poste de maire de Bel Air. L'homme était tendu plus qu'à son habitude, il avait beaucoup de mal à tenir en place et cet effet s’accentua au fur et à mesure des avancés de la lecture des bulletins, pour le moment il était perdant ma ces vote remontait petit à petit jusqu'au dépouillement finale. Il avait pas gagner sa place mais avait littéralement écrasé son adversaire. 71 voix pour lui et 39 pour Marc Faliorth, Julian fut littéralement choquer du résultat, il se savait en tête des selon les prévisions faite quelques semaines plus tôt, mais à ce point, non. A croire que le fait que sa proposition de loi ne soit pas passer n'a freiner en aucun cas son évolution politique. A peine la nouvelle médiatisé, tout le monde applaudit autour de lui, les coupes s'entrechoquèrent et énormément de mains vinrent serrer les siennes. Plus le temps passait plus les personnes qui étaient présente venaient le félicité, lui proposer des idées de changement pour sa nouvelle ville, lui demander un poste à la mairie, ... Mais Julian désirait uniquement se retrouver au calme pour profité de sa soirée, sans groupie autour de lui, ça il en profitera le lendemain, quant il aperçut Garbielle du coin de l’œil il fut soulager, enfin une tête qu'il connaissait et appréciait, loin d'être comme tout ces gratte papier pressé de faire du chiffre et parler d'eux. Tous ce qui les intéressait ce n'était pas Julian en personne, mais les différente place qu'il pourrait leurs apporté, pas comme Gaby, c'était peut-être une des rares à être là réellement pour lui. En fin de soirée une foi que tout le monde eue quitter les lieux, il s’isolât dans son bureau regardant la ville qui avait fait de lui son nouveau roi. Un large sourire se dessinât sur son visage, député, maire, la prochaine étape sera le poste de gouverneur, ou peut être directement le sénat? La réponse n'était pas encore bien claire dans la tête de Julian, et pourquoi pas les deux après tout? Il fut sortit de sa rêverie par le bruit de la porte qui se refermait, il se retourna surprit par ce bruit, mais pas par la personne qu'il avait en face de lui dans sa magnifique robe bleu.

Il récupéra la flûte donner par Gaby, puis la posa sur son bureau
"Merci beaucoup. Et toi ou en son tes études?" Il allât au même moment récupérer sa veste qui était sur le porte manteau puis en posant une main dans le bas du dos de la belle il la dirigeât vers la sortit.

"On va en parler devant un bon repas si tu veux bien, toute cette agitation m'a donné faim, pas toi?" Il lui dit son plus beau sourire, il ne voyait plus en elle l'enfant qu'il avait connu, c'était maintenant un femme, et une très belle femme. Ils sortirent donc tout les deux du bâtiment, et entrèrent dans une voiture avec chauffeur mise à disposition pour le nouveau maire
"Sunset Boulevard s'il vous plaie Max. Là où vous savez." Julian avait déjà ces habitude dans cette ville et il était très connu dans un des restaurant gastronomique les plus réputé de Bel Air. Le chef le connaissait tellement bien qu'il y avait désormais sa propre table à l’abri des regard. Il ne vit pas la durée du trajet passer écoutant Gabrielle lui raconter ces avancer dans ces études, il était subjuguer par ces lèvres qui formait de magnifique images alors qu'elle parlait.
Arrivé au restaurant il fut accueillit par le maître d’hôtel et le chef en personne qui le félicitèrent tout deux pour on élection, entre le chemin de l'entrer et de sa table il fut salué et applaudit par la moitié du restaurant, des habitués pour la majorité.
"Je te présente mes excuse pour toute cette agitations." Dit-il à Gabrielle en lui tirant la chaise pour qu'elle puisse s’assoir, la galanterie ayant toujours été dans les habitudes de Julian, quant elle lui faisait défaut c'était souvent qu'il se tramait des choses qui le touchait tout particulièrement. Durent le diné il parlèrent des études de Gaby, mais aussi de ces avancés concernant la magie, des siennes également, mais aussi de tout et de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 18 Mai - 20:29

Le sourire resta sur les lèvres de Gabrielle lorsque que Julian, qui ne semblait nullement surpris de la voir à ses côtés, s’intéressa comme à son habitude à elle et ses études, puis lui proposa de sortir. Elle aimait sa façon de prendre les choses en main, son assurance, pas comme les hommes de son âge, qui étaient toujours hésitants, et ne mettaient toujours trop longtemps à se décider où sortir, dans quel restaurant se rendre…

« Avec plaisir » répondit la brune, qui n’avait pas particulièrement faim, mais ne raterait pas ce moment avec Julian. Elle était surprise de l’invitation ; elle pensait qu’il préfèrerait passer la soirée avec quelqu’un d’autre, ou du moins qu’il ne souhaiterait pas s’afficher avec elle. Mais apparemment elle s’était trompée sur les intentions de son ami.

Bien installée dans la voiture de fonction du nouveau maire de Bel Air, elle commença à répondre à ses questions, lui parlant de ses cours, des profs qu’elle trouvait intéressant, et de cette perspective de stage pendant l’été grâce à son père auprès d’un des conseillers personnels du ministère des affaires étrangères. Elle attendait la fin de l’année scolaire avec impatience pour découvrir en pratique le quotidien des politiciens. Mais grâce à Julian, elle en avait déjà un bel aperçu.

Alors que la voiture s’arrêtait, elle réalisa qu’elle avait monopolisé la conversation pendant presque tout le trajet et s’en voulu un peu, mais il n’y avait qu’avec le jeune homme qu’elle se sentait vraiment écouté et conseillée.

« Excuse-moi je n’arrête pas de parler de moi alors que l’évènement c’est ton élection ! »

Mais déjà ils entraient dans un restaurant huppé, mais rien qui ne puisse déstabiliser la jeune femme habituée de ces lieux privilégiés où elle accompagnait régulièrement ses parents. L’arrivée de Julian ne passa pas inaperçue et à nouveau il fut félicité pour son nouveau mandat. La jeune femme resta légèrement en retrait, non sans ressentir à nouveau une lueur d’admiration pour Julian et de fierté d’avoir cette relation privilégiée avec lui.

« Ne t’inquiète pas pour ça, c’est normal, ton élection se doit d’être fêté » le rassura-t-elle en notant sa galanterie. Là encore, les jeunes de son âge n’en faisaient pas autant… Certaines de ses amies trouvaient ces petits gestes comme dépassés, mais pas elle. C’était des marques d’attention et de respect qu’elle appréciait, sans doute parce qu’elle avait toujours vu son père traiter de cette manière sa mère.

Le repas fut des plus agréable, ils pouvaient enfin discuter de tout et de rien en face à face, bien loin de ces conversations téléphoniques qui semblaient souvient bien insuffisantes pour Gabrielle. Elle savourait le moment, la voix chaude de Julian, son regard attentif. Mais déjà ils terminèrent le dessert. Même si ils prolongèrent un long moment leur conversation alors que le restaurant se vidait, il était temps qu’ils partent à leur tour.

« Je… j’imagine que tu vas être très occupé les prochains jours, mais si tu as un peu de temps, je reste quelques jours à Bel Air »

Son sourire léger et son regard toujours aussi décidé ne laissaient aucun doute sur ce qu’elle souhaitait. Elle avait cru sentir un changement dans la façon dont l’homme la regardait et lui parlait. Mais elle ne voulait rien précipiter, se montrer trop insistante. En attendant elle avait prévu de passer quelques jours à Los Angeles, profiter de la plage et des alentour tandis qu’elle venait de terminer ses partiels du premier semestre. Cela ne la dérangeait pas de se retrouver seule loin de ses amis de l’université. Elle appréciait certes leur compagnie et se montrait des plus sociable, mais parfois elle se sentait en décalage, bien plus impliquée dans ses études et sa future carrière, sans doute plus mature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Ven 20 Mai - 1:12

"Pas temps que ça, le nouveaux maire a droit à une semaine de vacance après son élection, j'avais pansé allez sur L.A en fin de semaine, je te ramènerais en faisant un détour sur NY si tu veux, d'autant plus que j'ai quelques chose de très important à partager avec toi." Julian s'était levé de sa chaise et tirais celle de Gabrielle pour qu'elle fasse de même, il posa sa mains sur le bas de son dos en marchant vers l'extérieur du restaurant. Arrivè à la porte il récupéra les manteau laissé au maître d'hôtel, et les remercia en aidant la belle brune qui l'accompagnait à se rhabiller puis il sortirent du magnifique bâtiment.
"Accepterais-tu que je te raccompagne? ça t'éviteras un taxi." Dit-il sur le temps de l'humour avec un sourire ravageur au lèvres.
Le chauffeur ouvrit la portière à la jeune femme pendant que Julian attendait quelques instant dehors, puis lui donna le lieu de la destination avant d'entrer à son tour dans le véhicule de luxe noir.

Julian voyait au trait de sa voisine qu'elle était en train de cogité pleinement  dans sa petite tête brune et ça le fit rire, elle avait beau avoir changer sur beaucoup de point, elle semblait toujours aussi curieuse qu'avant, elle avait juste apprit avec l'âge à ne plus poser 36 milles questions jusqu'à obtenir la réponse, mais si ça lui brûlait visiblement les lèvres. "A quoi penses-tu? Tu joues avec tes doigts quant tu réfléchie de trop." Son ton étais moqueur mais pas méchamment, il aimait la taquiné comme il l'avait toujours fais à l'époque où ces parents l’acceptais encore chez eux. Il se doutait bien que de lui avoir dit qu'il devait partager quelques chose avec elle devait tourné et retourné dans sa tête, elle devait surement se poser toutes les questions du monde, mais avait-elle un semblant d'idée? Julian en doutait fortement, malgré qu'elle soit une des personnes qui le connaissait le plus, jamais au grand jamais cette idée n'irais même effleuré son esprit, et allait-elle bien prendre la nouvelle? Ou allait-elle le rejeter? Allait-elle le dénoncé ou non? Julian savait qu'il prenait un très gros risque en lui annonçant son plan au sujet de son beau-père, mais il avait besoin d'un binôme sur se coup, et Gaby était la seule et unique personne en qui il avait confiance et qui avait assez de puissance pour contenir, avec lui, le sort qu'il allait lancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Ven 20 Mai - 22:49

Les évènements ne pouvaient pas faire plus plaisir à Gabrielle. Julian lui expliqua qu’il avait plusieurs jours de libre et lui proposait même de les passer avec elle, avant qu’ils n’aillent à New York ensemble. Elle fut surtout intriguer par sa phrase « « j’ai quelque chose de très important à partager avec toi » De quoi parlait-il ? Mais son imagination débordante et sa curiosité furent vite stoppées par une nouvelle proposition de Julian qui souhait la raccompagner. Son attention se fixa surtout sur son sourire, ses lèvres qui l’attiraient particulièrement.

« Oui bien sûr, j’ai réservé un hôtel pas très loin » expliqua Gabrielle dont le cœur se mit à battre un peu plus vite. L’humeur moqueuse de Julian prolongea la soirée de manière agréable, et elle lui répondit avec un large sourire.

« A toi » répondit-elle simplement en ne quittant pas les yeux bleus de l’homme à ses côtés. La voiture arrivait à destination. Sentant que de toute façon Julian ne lui proposerait pas de monter, et sans doute qu’elle-même n’était pas prête à lui proposer, elle se contenta de déposer un baiser rapide sur sa joue, à quelques centimètres de ses lèvres avant de quitter la voiture « A demain »

Les jours suivants, elle retrouvait régulièrement Julian. Ils passèrent beaucoup de temps à simplement se promener et discuter. Elle ne s’ennuyait jamais en sa présence, il avait toujours quelque chose à lui apprendre. A l’abri des regards, elle lui fit la démonstration des derniers pouvoirs qu’elle avait appris à maîtriser, et enfin alors qu’elle l’interrogeait à nouveau sur ce qu’il avait à partager avec elle, Julian lui expliqua ses projets pour son père. Contrairement peut-être à ce qu’il s’imaginait, elle n’en était pas choquée… Cela faisait longtemps qu’elle était convaincue que la magie ne devait pas servir uniquement à faire le bien, mais que ce n’était qu’un outil pour défendre leurs intérêts. Elle l’écouta en silence avec intention, puis lui donna quelques conseils pour améliorer son plan, et elle accepta sans hésitation de l’aider.

Cette conversation sincère les rapprocha davantage, ils terminèrent la journée dans un restaurant au bord d’une plage. Mais alors que Julian s’était éloigné pour répondre à un appel important, un homme d’une vingtaine d’année se rapprocha de la jeune femme et commença à lui faire la conversation. Poliment, mais surement, elle tâcha de mettre fin à sa tentative médiocre de la draguer, mais sans succès. Alors que son impatience montait et que l’homme s’incrustait en s’installant à ses côtés, Julian revint et sous le regard surpris mais soulagée de Gabrielle, il remit à sa place l’inconnu et le fit partir rapidement. Sa façon de se faire respecter en quelques paroles força à nouveau l’admiration de la jeune brune.

Mais la semaine touchait à sa fin, et le couple devait quittait Los Angeles pour New York. Après plusieurs heures d’avion, ils arrivèrent enfin dans la capitale de l’est américain. Gabrielle n’était pas du genre à s’inquiéter pour rien, mais la perspective de retrouver sa famille la rendait nerveuse… et à juste titre. Alors que Julian lui tenait la porte pour qu’elle sorte du taxi qu’ils avaient réservés, déjà son père qui avait du remarqué leur arrivé, les accueillit dans le hall, le visage fermé.

« Gabrielle, ta mère t’attend »

Ses premiers mots furent accompagnés d’un regard dur qui lui indiquait l’ascenseur.

« Mais je…

-Maintenant, pas de discussion »

Malgré l’impatience de son père, Gabrielle prit le temps de se tourner vers Julian pour lui faire la bise, et en profita pour glisser quelques mots à son oreille « je suis désolée, je te rappellerai ». Elle profita une dernière fois de l’odeur de l’homme avant de le quitter à regret et rejoindre sa mère qui l’accueillit par un interrogatoire pour savoir ce qu’elle avait fait ces derniers jours.

***

Les mois étaient passés, et bientôt commençait une nouvelle année universitaire. Mais celle-ci s’annoncerait bien différente pour Gabrielle. Ses relations avec ses parents ne s’étaient pas arrangées, bien au contraire. Puisqu’elle était majeure, ils avaient choisi de jouer sur la seule chose qui leur donnait encore un peu de pouvoir pour qu’elle accepte de ne plus revoir Julian : ses études. Puisque la grande brune avait refusé de couper tout contact avec le nouveau maire de Bel Air, son père avait commencé par jouer de ses relations pour que le stage qu’elle attendait avec impatience soit annulé, puis voyant que c’était toujours sans effet, lui annonça qu’il ne lui financerait plus ses études si elle restait à Harvard. Il avait tout prévu, et lui avait déjà trouvé une place à l’université de New York pour la faire revenir chez eux.

Mais Gabrielle ne renonça pas, et utilisant la magie pour convaincre l’avocat principal, obtint un travail dans un cabinet sur Cambridge, non loin de l’université. Cela n’était pas aussi intéressant que le stage qu’elle aurait dû faire et lui donnait moins de temps pour pratiquer la magie, mais elle tâcha d’en tirer profit autant que possible… Elle préféra ne rien dire à Julian, elle ne voulait pas qu’il se sente responsable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Sam 21 Mai - 21:19

Son regard se durcit, et il foudroya son ancien ami et mentor du regard alors qu'il manquait cruellement de respect à Gabrielle alors qu'il la raccompagnait chez elle. Il ne remonta pas tout de suite en voiture mais attendit quelques minutes d'être sur que le jeune femme ne ressorte pas pour lui demander de la sortir de ce lieu. En levant les yeux il vit la mère de la belle brune regarder par la fenêtre et soutenir son regard, mais ce ne fut pas lui qui baissa les yeux le premier, tout dans les yeux du jeune homme montrait la haine qu'il portait en son cœur envers ces personnes qui l'avait rejeté aussi fortement. Puis il reprit place dans la voiture pour reprendre la route de l'aéroport et rentrer sur L.A. afin de finir les préparatifs de son plan.

***
Quelques mois plus tard Julian était dans sa voiture de fonction, comme trop souvent à son goût mais il ne se dirigeait à aucune convention que se soit, aucun rendez-vous politique avec X ou Y maire ou député, il se rendait en personne à l'université Harvard. Nous étions en 1999 et son nouveau garde du corps et confident  Brooklyn Brown, à qui il avait demander de garder un œil sur Gabrielle, lui avait informé que cette dernière était sur le point de se faire couper les vivres par sa famille et risquait par la même occasion de se voir renvoyé d'Harvard, et en plus de tout ça elle devrait suivre un stage qui ne lui convenait pas, ni par le cœur, ni pour son cursus. Le jeune homme de 21 ans avait l'âge parfait et le physique suffisamment avantageuse, ce qui l'avait aider à conquérir le cœur de quelques amies de fac de Gaby, il avait donc facilement obtenu toutes les informations qui lui manquait sur la belle. A ces nouvelles Julian pris sauta dans la voiture et pris donc la route pour l'université, son apparition sur le campus de Gabrielle ne se fit pas dans la discrétion, accompagné de Brooklyn, ils faisaient forte impression auprès des universitaire.
"Attend moi ici!" Fur les ordres de Julian envers son ami alors qui entrait dans la sororité où était Gaby. "Et retiens-toi de draguer tout ce qui bouge" Lui lança-t-il avec humour, ce qui fit décrocher un sourire au jeune homme à la peau basané.

Toc toc toc...
La porte s’ouvrit sur une jeune femme toute étonné et à première vu pas très réveillé, Julian baissa les yeux sur sa montre "Ho il n'est que 6 heures, je suis désoler je n'ai pas regarder ma montre, je te réveil surement" En regardant la tenu de la jeune femme il n'était pas bien compliquer d'en venir à cette conclusion, elle portait une chemise de nuit légère et contrairement à son habitude elle avait les cheveux attaché en une queue de cheval totalement indiscipliné. Ces yeuse semblait encore se demander s'il devait rester ouvert ou fermer, mais elle lui ouvrit la porte lui faisant signe d'entrer. "Je suis désoler de venir sans te prévenir mais j'ai appris pour ta famille, pourquoi tu ne m'en a pas parler?" Julian pris place sur une des chaises qui trônait dans la pièce. "Écoute Gabrielle" il prenait généralement ce ton avec elle quant il se voulait sérieux et entendu. "Je ne veux pas que tu te brouille avec tes parents pour moi, mais si tu désir réellement continuer sur cette vois je refuse de te laisser te débrouiller toute seule, d'autant plus si cela veux dire qu'il te faudra faire un stage qui ne te convient pas, vient à Bel Air pour le faire, nous avons une partie marketing et communication dans mon partie, ça te fera un meilleurs stage, pour le logement ma résidence contient plusieurs chambres et pour tes études je les prends en charge intégralement." Voyant que la belle était prête à s’opposer à sa décision il rappliquât dans la foulé. "Et ce n'est pas une proposition discutable, ma décision est déjà prise, habille toi, je t'attend dehors, nous avons rendez-vous avec le doyen." Il déposa un baiser sur sa joue et sortie de la pièce afin de lui laisser l'espace nécessaire pour se préparer et il rejoignit Brown a rez de chaussé, le trouvant déjà attablé avec plusieurs jeune femme parlant de ces exploits de garde du corps. Et il pris plaisir à lui casser toute possibilité de rapprochement "Ha au faite Brooklyn, ta femme, elle va comment?" à cette phrase les jeune demoiselle prient la fuite comme si le jeune homme avec la peste et il se retrouva seul à sa table foudroyant Julian du regard tout en rigolant à gorge déployer. Ils prirent le temps de boire un café en attendent Gaby, puis après son arrivé ils allèrent dans le bureau du doyen afin de mettre à jours les modification administrative nécessaire au règlement des études de la jeune femme.

Après tout ça Gabrielle retourna en cours avec une lettre de Julian en poche

"Ma chère Gabrielle,
tu as bien changer depuis toute ces années, tu es devenu une femme à présent et j'aimerais vraiment apprendre à mieux te connaitre comme telle, c'est pour ça que je te convie à une soirée caritative organisé par le gouverneur de Californie, tu trouvera si joint un carton d'invitation. Brooklyn viendra te chercher demain soir à 17 heure et une surprise de soie t'attend dans ta chambre. J'espère que tu aimes toujours autant le bleu.
Je t'embrasse, à demain.
Julian"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Dim 22 Mai - 21:39

Les bruits répétés sur sa porte finirent par réveiller Gabrielle qui peina à émerger de son sommeil, mais se força à se lever, inquiète d’être dérangée à cette heure si matinale. Heureusement lorsqu’elle reconnue Julian, son inquiétude disparue et elle laissa entrer l’homme dans sa chambre d’étudiante, passant rapidement une main dans ses cheveux pour se recoiffer rapidement. L’homme ne lui laissa pas le temps de lui demander la raison de sa visite, et déjà sous le visage coupable de Gabrielle, il lui demanda pourquoi elle ne lui avait rien dit au sujet de sa famille.

« Je… je ne voulais pas que tu te sentes responsable » expliqua-t-elle. Elle n’avait pas voulu lui mentir ou lui cacher quelque chose, seulement elle avait compris qu’il pouvait prendre les choses très à cœur et elle ne voulait pas qu’il se mette davantage ses parents à dos à cause d’elle.

Mais déjà il reprenait la parole et elle l’écouta sans chercher à lui couper la parole. Lorsqu’il lui parla de venir faire un stage dans son parti, et même de lui payer ses études, elle voulut l’arrêter, mais il ne lui en laissa pas la possibilité, anticipant ses protestations. Elle n’insista pas et ne se vexa pas lorsqu’il clôtura la conversation en annonça que sa décision était prise. Il ne lui laissait pas le choix, mais elle ne discuta pas. Elle lui faisait confiance, elle savait qu’il voulait juste le mieux pour elle, mais elle se fit la promesse de lui rendre lorsqu’elle en aurait la possibilité. Il l’aidait, et elle en ferait de même dès qu’elle en aurait l’occasion.

A partir de là, les choses allèrent très rapidement. Il lui demanda de se préparer, elle le rejoignit une vingtaine de minute plus tard, et fit alors la connaissance de Brown dont Julian lui avait souvent parlé. En moins d’une heure, sa situation administrative à l’Université était réglée, et déjà Julian la laissait avec un petit mot. Alors qu’elle regrettait déjà l’absence de l’homme, elle relu plusieurs fois le petit mot, essayant de deviner derrière les mots les pensées et les envies de Julian.

Le lendemain, elle était prête largement avant l’heure prévue. La robe bleue de haute couture apportée par Julian lui allait parfaitement malgré sa grande taille et ses épaules trop larges. Elle prit le temps de remonter ses cheveux dans une coiffure sophistiquée et ajouta un bijou pour mettre en valeur son décolleté. L’ensemble la rendait plus âgé, ce qui était l’effet recherché. Julian avait enfin comprit qu’elle n’était plus une enfant, mais elle savait que ce ne serait pas suffisant si elle commençait à sortir publiquement avec le nouveau maire de Bel Air…

Elle rejoignit Brown qui lui fit la conversation pendant le trajet. Il avait un sens de l’humour certain, et elle y prêta plus d’attention que la veille alors qu’ils discutaient facilement. Il ne faisait pas de doute que Julian savait bien s’entourer. Son garde du corps était intelligent et avait de la répartie, sans compter un physique avantageux… Gabrielle se surprit même à l’observer non sans un léger trouble, alors qu’elle était d’ordinaire très indifférente vis-à-vis des hommes, à l’exception évidente de Julian. Mais la brune repoussa bien vite ses quelques rêveries, son ami de toujours l’avait invité à cette soirée et elle avait hâte de l’y rejoindre.

Enfin ils arrivèrent à la réception, Brooklyn l’accompagna jusqu’à Julian, puis les rencontres s’enchaînèrent. Le brun la présentait à une multitude de personnes, la plupart du temps plutôt imbue d’elles-même et ayant surtout envie de parler de leur dernier projet, mais aussi certains personnes intéressantes. Rapidement parfaitement à l’aise au milieu de ces mondanités, Gabrielle savait répondre aux questions sur elle de manière très rapide avant de retourner la conversation vers son interlocuteur, jouant sur leur orgueil.

La brune ne vit pas le temps passer, mais déjà des invités partaient. Elle continua de discuter avec la femme du gouverneur, comprenant que Julian avait besoin de s’entretenir en particulier avec ce dernier. Enfin la soirée touchait à sa fin, et Julian vint lui annoncer qu’il était temps de partir. Ils rejoignirent la voiture, tandis que Brown prit le volant en l’absence du chauffeur de d’habitude.

« Merci pour cette soirée » Elle glissa sa main dans celle de Julian avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Dim 22 Mai - 23:06

Après avoir ramener Gabrielle chez elle et lui avoir volé un léger baiser un peut trop près des lèvre comme lors de leurs repas au restaurent quelques mois plus tôt, Julian rentrât chez lui, exténuer et la tête pleine de questionnement. Son entretient avec le gouverneur n'avait pas porté ces fruits et il refusait catégoriquement qu'il n'entre dans son partie politique, il devait surement craindre un coup de poignard de sa par. Pourtant le jeune homme avait trouver cette soirée parfaitement à son gout, et le fait de voir les invités dévisager sa charmante accompagnatrice le rendait d'autant plus fière, mais c'est vrai qu'elle était belle, il se pris même à avoir des pensé quelques peut moins catholique envers la belle. Enfin, il reprit ces esprit et se pencha plus attentivement sur les préparatifs de son plan qui consistait à éliminer son propre beau-père, ce qui ne serait pas tache facile même avec l'aide de Gabrielle, il devait réussir à l'approcher dans un lieu calme et surtout à le toucher, chose qu'il n'était jamais arrivé sauf lord des coups qu'il lui assenait durent son enfance. Il vérifia et revérifia la liste qu'il avait sous les yeux

"Deux bougies noires, j'ai" il mis les bougies dans un sac de sport noire et raillât la liste "Un poignard rituelle, c'est bon" Il fit de même avec l'arme au manche doré, puis il fit de même pour tout le reste de la liste, mais s’arrêtât sur la belladone. "Merde! j'en ai fais quoi?!" Il ce mit à fouiller partout dans la demeure avant de s’arrête net "Et merde, j'ai oublier d’aller la chercher quant je suis passer sur New York" Il pris son portable sans hésité une seule seconde puis entra frénétiquement les numéros que composait celui de Gabrielle puis attendit que la belle réponde.

"Bonsoir Gaby, c'est moi, comment vas-tu?" Après sa réponse il lui expliqua qu'il aurait besoin qu'il aille chercher de la Belladone pour lui chez un des ces amis de NY, il lui donna l'adresse et les heures d'ouverture du magasin clandestin qu'il tenait, il lui expliqua par la même occasion qu'il pourraient mettre leurs plan en place à partir du week-end prochain et qu'il viendrait la chercher le vendredi soir à l'université avec Brown afin de prendre dans la foulé le jet privé pour LA, ensuite la conversation tourna autour de la soirée qu'ils avaient passer ensemble quelques heures plus tôt puis sur tout le reste. Quant il raccrocha, il remarqua qu'ils avaient passer plus de 4 heures au téléphone, ça ne lui était jamais arrivé, mais il n'avait pas vu le temps passer et serait bien rester encore autant de temps si il n'avait pas du raccrocher à cause de la sonnerie de la porte.

Il se leva du canapé pour ouvrir, le facteur venait lui apporté un colis, quant il le vit il faillit presque le tuer de l'avoir fait couper avec Gabrielle pour ça, un simple colis de vêtements sur mesure qu'il avait commander, arriver en plus avec 1 semaine de retard. Il signa puis renvoya le facteur avec froideur, refusant de payer l'envoie à cause du retard, puis il s’installa sur le canapé devant les informations, où il s'endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 24 Mai - 20:29

Alors qu’à regret Gabrielle était rentrée dans sa chambre d’étudiante et repassait en mémoire la soirée, songeant surtout à Julian qui paraissait tracassé après son entretien avec le gouverneur de la Californie, elle ne tarda pas à être interrompue dans ses pensées par la sonnerie de son téléphone. Bien qu’un peu surprise de voir s’afficher le numéro de Julian, elle répondit et la conversation s’éternisa. Le séduisant brun lui réexpliqua son plan pour éliminer l’homme qui l’avait élevé, et lui demanda de s’occuper d’aller chercher de la belladone. Ce n’était pas un problème, elle pourrait s’en charger facilement. Puis la discussion passa sur tout autre chose et sans s’en rendre compte, les heures passèrent. Lorsque Julian s’excusa et mit fin à la conversation, déjà la journée commençait. Pourtant, la brune ne se sentait pas fatiguée. Elle eut du mal à s’endormir, impatiente de rejoindre son ami à la fin de la semaine, pouvoir s’installer pour plusieurs semaines non loin de lui.

Comme le lui avait demandé Julian, dans la semaine, elle se rendit dans le magasin indiqué. En apparence, il s’agissait d’une boutique de produits bio tout ce qu’il y avait de plus normal. Suivant les indications de son ami, elle posa au propriétaire une série de questions détournées pour qu’il comprenne la raison de sa visite. Il l’emmena alors dans l’arrière-boutique et lui donna le sachet de belladone. Elle découvrit par là même tout un attirail d’ingrédients et d’objets nécessaires pour la sorcellerie : grimoires, pattes de hiboux, herbes en tout genre… Elle ne résista pas à l’envie de se procurer une amulette qui lui serait très utile pour certains de ses rites.

La fin de la semaine arriva enfin, et lorsque Julian frappa pour annoncer son arrivée, elle était tout à fait prête. Brown se chargea aussitôt de sa valise, tandis que Gabrielle resta un peu en retrait avec le brun pour lui confirmer qu’elle avait bien la belladone. Le voyage jusqu’à l’aéroport, puis dans l’avion se passa rapidement. Très rapidement, le trio discuta ensemble, et la présence de Brown ne semblait nullement de trop. Il savait à la fois rester discret lorsque c’était nécessaire et qu’il sentait que Julian et Gabrielle avaient besoin davantage d’intimité, mais aussi participer avec intelligence et humour à leurs conversations.

Enfin ils atterrirent. Brown se chargea de toutes les formalités, puis ils prirent la direction de la résidence de Julian. Elle découvrait enfin l’univers de son ami, elle n’avait jamais eu l’occasion d’y mettre les pieds jusqu’à présent. Brown déposa les valises dans le hall puis un dernier sourire il prit congé. Un silence un peu embarrassant s’installa dans la pièce.

« Tu me fais visiter ? » demanda la brune avec un large sourire afin de briser le silence, anticipant sans doute la proposition de Julian. La demeure semblait grande, parfaitement organisée, sans doute un peu froide… à l’image de son propriétaire songea Gabrielle. La décoration était faire avec goût, mais restait très simple.

« merci encore pour ta proposition, pour le stage et ton aide »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 25 Mai - 21:54

Julian avait demandé à Julia, sa femme d'intérieur de préparer la chambre pour Gabrielle, ces directive avait été très précise, vider tout les placard pour lui faire de la place, préparer une corbeille de bienvenu avec confiserie et champagne sur le lit, et une autre de beauté de luxe dans sa salle de bain personnel. Il avait demandé à ce que toute la décoration soit refaite dans les gout de la jeune femme, draps en soie, rideau épais, espace chaleureux et dans les tons bleu, sa couleur préféré. Tous ces préparatifs prirent plus d'une semaine toute la chambre avait été refaite du sol au plafond par un architecte d'intérieur de renommé mondial. En parallèle il demanda aussi que le repas de soit pas préparé, uniquement les courses faite, il ferait la cuisine. Il avait déjà prévu cette soirée dans les moindres détailles, apéritif dinatoire dans le petit salon, avec une bonne musique d'ambiance, un champagne rosé français comme alcool, caviar et toute sorte d'accompagnement, un homard à l'armoricaine en entré suivie de chevreuil aux truffes et en dessert une pièce de choix faite par le meilleure pâtissier de Bel Air, à base de chocolat fondant. Le tout accompagné des plus grands vin français, son pays préféré.
Il ne restait plus qu'à Julian à se préparé, un tee-shirt qui m'était ces forme en valeur et un pantalon noirs le tout surmonté d'une veste également noir puis d'une écharpe blanche non attacher, la classe en simplicité. Il était près et partie avec Brown pour chercher la belle. Le trajet lui paru duré une éternité, et ce malgré les blagues douteuse de Brooklyn qui le faisait d'habitude toujours rire. Jamais il n'avait été aussi pressé de voir Gabrielle, et il n'arrivait toujours pas à comprendre pourquoi, ou tentait-il de le nier?

Ils arrivèrent pour 17 heures chez Gaby puis repartirent aussi tôt, le trajet semblant beaucoup moins long au retour, une fois arrivè il se retrouva alors seul avec elle, mais contrairement à son habitude il ne trouva mots à dire jusqu'à ce que Gaby casse la glace en lui demandant une petite visite qu'il s'empressa de faire prenant le soin d'évité le petit salon, la salle à manger et la cuisine, chose pas évidente quant on fait visité une demeure. Du coup il pris la décision de l’amené directement à sa chambre, là où elle séjournerais durent le week-end et son stage si elle veut bien rester chez lui? Il lui ouvrit la porte

"Voici ta chambre, j’espère qu'elle est à ton gout." Il rentra sa valise dedans et la déposa sur le lit "Tu as une salle de bain privé avec toilette séparé, ma chambre se trouve juste en face de la tienne, donc si tu as besoin de quoi que se soit durent la nuit, tu sais où le trouver. Mais il se fait tard, si nous nous mettions à table. Nous parlerons de notre projet demain si tu veux bien, ce soir nous allons tenter de nous détendre devant un bon repas." Il tendit son bras à la jeune femme et l’amena au petite salon, où tout était déjà près comme il l'avait demandé. Il avait préparé tout ce qu'il était possible de faire la veille, et Julia avait finit les préparatif de dernière minutes. Une musique douce se faisait entendre en arrière fond du tableau parfaitement dépeint par Julian. La soirée se passa parfaitement bien, le repas sembla plaire à Gabrielle et ils avaient même cuisiné tout les deux, même si la cuisine ne semblait pas faire partie des point fort de la belle, ce qui en fit une expérience très drôle. Ils avaient beaucoup rie et ils étaient exténué, ils allèrent donc se couché juste après le ventre plein, et Julian avait la tête dans les étoiles. Cette soirée avait été parfaite, il appréciait de plus en plus cette femme, jamais au paravent il n'aurais cru ressentir plus que de l’amitié pour elle, mais pourtant il devait l’admettre, ces sentiments changeait de plus en plus chaque jours. Et il avait hâte que le matin arrive pour lui parler à nouveau.

Le lendemain, après avoir avaler un copieux petit déjeuné, il expliqua une dernière foi son plan à Gabrielle. Durent le Week-end, Arthur se rendait à une soirée organisé par l'association de glof de LA, Julian avait réussi à s'y faire invité avec Gaby, lors de cette soirée il devait réussir à piquet la main de son beau-père avec une aiguille au préalablement trempé dans une mixture faite à base de son sang afin que les deux sangs se mêle et que le lien se face. Après cette phase Julian se retrouvera en transe et c'est là que Gaby devra intervenir, elle devra faire le rituel et récité la formule qui aura pour but final de maudire Arthur et de donner à Julian les pouvoirs de se dernier. Du moins si tout ce passait comme il faut. Après ces explications ils prirent la voitures et partirent pour LA et pour la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Sam 28 Mai - 13:51

Gabrielle ne pouvait pas espérer davantage. La soirée fut juste parfaite. Julian lui fit d’abord découvrir la chambre qu’il lui avait réservée et qui était tout simplement accordé à ses goûts, preuve qu’il la connaissait bien. Il lui présenta le reste de la maison puis ils passèrent un moment à préparer le repas, s’amusant en même temps, parlant de tout et de rien. Cette soirée ne fit que confirmer les sentiments qu’elle avait pour son ami de toujours. Elle voulait plus, et elle sentit que c’était en bonne voie. Malgré son assurance habituelle apparente, elle pouvait sentir un trouble chez Julian qui n’était pas présent auparavant.

Mais déjà la soirée était finie, et ils regagnèrent leurs chambres respectives. La proximité de l’homme, à la fois si proche, mais qui paraissait encore tellement inaccessible était… frustrante pour la grande brune qui malgré son âge et ses quelques relations avec des garçons de son âgé, n’était pas allée beaucoup plus loin que quelques caresses. Elle mit du temps à s’endormir.

Dès le lendemain, le petit déjeuner terminé, ils parlèrent à nouveau du plan de Julian pour se débarrasser de son beau-père. Cette fois-ci le séduisant brun se montra plus précis sur le déroulement, mais cela n’effraya pas Gabrielle, bien au contraire, elle appréciait la confiance que lui accordait Julian, en lui donnant une place importance dans ce projet.

Ils passèrent la journée à se balader dans LA, ville que Gabrielle connaissait très peu. Mais elle aima rapidement la capitale de l’ouest. La chaleur, la proximité des plages lui donnaient un air de vacances bien différent de la froideur de New-York et des vitres grises des hauts gratte-ciels. Ils passèrent une journée agréable, s’arrêtant pour prendre un verre sur une terrasse.

Mais déjà la soirée se rapprochait, ce serait le moment où jamais pour mettre le plan de Julian a exécution. Ils ne pouvaient pas perdre cette occasion, la soirée organisée par l’association de golf de LA. Après être passé chez Julian pour se changer et se préparer, ils repartirent dans la voiture privée du maire de Bel Air pour le club de golf et ne tardèrent pas à arriver.

L’ambiance se voulait plus détendue que celle de la soirée organisée par le gouverneur de Californie plusieurs jours auparavant, et Gabrielle ne regretta pas d’avoir passé une robe légère appropriée. Accompagnant Julian, elle se mêla aux autres invités que le trentenaire connaissait pour la plupart. Une bonne demi-heure plus tard, le beau-père de Julian arriva. Ils commencèrent par l’ignorer mais se placèrent de façon à ce que la rencontre soit inévitable. Les deux hommes se croisèrent alors, la tension était palpable malgré les politesses de circonstance. Jouant sur sa fausse innocence, Gabrielle engagea la conversation, prétextant ne pas comprendre pourquoi cela faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas croisé à New York.

Il y avait beaucoup de monde dans le club-house, il fallait trouver un endroit un peu plus isolé pour la suite. Gabrielle prétendit soudain ne pas se sentir bien, demanda à Julian un verre d’eau, puis à son beau-père de l’amener sur la terrasse extérieur pour prendre l’air. Malgré son regard dur et indifférent, l’homme pouvait difficilement refuser sans raison valable. Visiblement à contrecœur, il l’accompagna. L’endroit était parfait, à l’abri des regards. Quelques minutes plus tard, Julian la rejoignait pour lui tendre le verre. C’était maintenant à lui de jouer sa part, et cela ne tarda pas. Gabrielle comprit qu’il avait bien réussi à piquer son beau-père lorsque les yeux bleus du trentenaire s’éclaircirent au point de devenir presque transparents, regardant visiblement dans le vide. C’était le moment où jamais, et Gabrielle se concentra, ferma les yeux et ralentit sa respiration avant de commencer à prononcer la formule qui permettrait à Julian de s’approprier l’ensemble des pouvoirs de son beau-père.

Cela dura une bonne minute, où elle ne se laissa pas distraire par les hurlements de protestation du beau-père du brun. Ceux-ci s’interrompirent brutalement, elle ouvrit les yeux, il gisait sur le sol, les yeux révulsés. A côté, Julian sortait de sa torpeur, visiblement aussi sous le choc des pouvoirs qu’il venait d’acquérir. Elle se précipita à ses côtés, posant une main rassurante sur son épaule.

« Julian, il faut agir, Julian ! » Gentillement, mais fermement, elle tâcha de le ramener à la réalité. Le reste des invités n’avait rien entendu des cris du beau-père, c’était normal, la magie les avait isolée pendant plusieurs minutes, le temps du rite. Une fois certaine que Julian était prêt, elle rentra à nouveau dans la pièce principale où se passait la soirée pour donner l’alerte, expliquant l’air paniqué que le beau-père venait de faire un malaise, qu’il fallait prévenir les secours.

Le reste de la soirée se passa rapidement, les pompiers arrivèrent rapidement, et assez facilement confirmèrent le décès en diagnostiquant une attaque cardiaque. Enfin après un long moment à feindre la tristesse et le choc, ils purent enfin reprendre la direction de la résidence de Julian. Le trajet s’effectua en silence, dans une atmosphère qui aurait pu paraître lourde à un regard extérieur… mais en réalité, c’était une sorte d’apaisement que Gabrielle pouvait sentir chez Julian lorsqu’elle lui prit la main. Ce n’était que le début… Avec tous ces pouvoirs, une foule d’opportunité s’ouvrait à l’homme à ses côtés.

Une fois chez Julian, ils n’en parlèrent pas davantage. Ils partagèrent une flute de champagne, discutèrent un petit moment avant que comme la veille, ils regagnent leur chambre. Gabrielle comprit que Julian ne tenterait pas davantage à son égard, alors après un moment d’hésitation, elle vérifia sa tenue et ses longues boucles brunes puis se décida. Discrètement, elle quitta sa chambre, traversa le couloir pour ouvrir la porte de celle de Julian, et ne lui laissant pas le temps de réagir, elle vint le rejoindre dans son lit, pour l’embrasser avec une passion non dissimulée.

« J’ai envie de toi » lui murmura-t-elle en passant une main dans ses cheveux courts pour finir par caresser sa nuque. Ce qu’ils avaient partagés pendant la soirée les avait lié à jamais et cela rendait leur relation encore plus excitante. Elle admirait l’ambition de Julian, sa détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 1 Juin - 23:04

Après une soirée parfaite et une journée qui le fut toute autant l'heure d'aller à la soirée organisé par l'association de golf arriva, mais pour Julian tout ça était trop rapide. A peine le temps de se préparer, de se détendre, qu'il fallait déjà entrer dans le vif du sujet, ça faisait pourtant des années qu'il mettait se plan sur pied, mais étrangement, aujourd'hui il avait l'impression que ces premières idées dataient d'hier. Dans la voiture qui les conduisaient au lieu de la fête Julian ne dit mots, il était concentrer sur ce qu'il devrait faire, dire, comment il allez devoir agir, à quel vitesse, ... Il souffla une ou deux fois afin de reprendre le contrôle de lui même et éviter au stress de l’envahir. Lors de ces moments il regardait Gabrielle assise au côté de lui et le calme revenait. Sans rien lui dire, sans rien faire, elle arrivait à le calmer, le canalisé, il avait bien fait de lui demander de l'accompagner, sans elle, il n'en serait pas là aujourd'hui, près à tirer enfin un trait sur son passer.

Arrivé enfin sur place, il firent un peut le tour des personnes qui étaient présente, parlèrent de tout et de rien avec les autres nobles de la soirée, puis vient l'heure fatidique, à ce moment là tout se passa très vite, gaby, son faut malaise, la piqure et le noir totale, les bouffés de chaleurs, les tremblements, la peur, l'angoisse, les visions, puis la voie de Gabrielle, douce mais ferme qui le ramène enfin à lui. Après quelques minutes Julian reprit enfin ces esprits et continua de suivre leur plan, feindre le malaise d'Arthur... Mais ce qu'il avait vu durent sa transe le hantait.

A travers ces yeux, ce tenant face à lui, un vieil homme au visage connu, son grand-père. Dans la main du cinquantenaire une aiguille, identique à celle utiliser par Julian il y a quelques seconde de ça, elle à une goute de sang à son extrémité, Julian voudrais crier au patriarche de ne pas serrer la main qui lui est tendu mais il n'y parvient pas, c'est trop tard. Puis il entends une vois féminine, mais pas celle de Gabrielle, prononcer l'incantation que la belle aurait dût prononcer elle même, en tournant la tête il croise quelques seconde le regarde de sa belle-mère, le regard noir, froid et remplis de cruauté puis il voit son grand-père s'écrouler sous ces yeux, mort d'une crise cardiaque. Son regard se brouille mais il arrive à voire qu'il se trouve à Beverly hills, dans la maison du patriarche et plus à LA, là ou se trouve la fête.

Enfin il revient à lui, devant gaby et devant le corps sans vie d'Arthur, qui avait tuer quelques années plus tôt le patriarche de la famille de la même façon, Julian se sentit défaillir mais la nouvelle force qui était en lui le maintenait encré fermement sur terre, il la sentait circuler dans tout son être. Le trajet du retour ce fit lui aussi dans le silence, Julian était à la foi crever et à la foi en pleine forme, une chose très déstabilisante, il hésitait entre s’effondrer dans son grand lit ou allez courir le marathon et tester ces nouveaux pouvoirs. Mais arrivé à la résidence, c'est la première idée qu'il favorisa, il aurait tout le temps de voir de quoi il était maintenant capable le lendemain, mais également peaufiner la fin de son plan, faire porter le chapeau à la femme d’Arthur, ainsi l'héritage lui reviendra de droit.

Une foi coucher dans son lit, trop grand pour un être seul, le sommeil ne vint pas le prendre, il tournait, virait, repensant à la soirée, mais surtout à la présence de Gabrielle, si forte, si douce, juste parfaite. Au moment ou ces penser se mire à divaguer sur des idées moins catholique au sujet de Gaby se fut comme si la belle les avaient reçus, elle était là auprès de lui, dans le lit à lui dire qu'elle avait envie de lui. Une foi son étonnement passer, pas celui de la voir ici, mais que ça arrive comme de par hasard au moment ou lui même le désir, il pris le visage de la belle entre ces mains et l'attira à lui pour embrasser ces lèvres magnifiques? Puis il la retourna sur le dos et l'embrassa de plus belle faisant parcourir ces mains le long de son corps. Il pris possession d'elle avec douceurs, évitant de la bousculer, lui laissant la liberté de ces mouvements. Si en temps normal il était froid et autoritaire, là c'était différent, la douceur prenait le dessus sur tout ces gestes, une chose que de rare personne verrais de lui, et dorénavant seule Gaby en serais la gardienne. il passèrent la nuit ensemble l'un dans l'autre et l'un avec l'autre. Julian aurait aimer lui dire de reste ici tout la vie, de s’installer d’ors et déjà chez lui, mais il ne faillait pas précipité les choses, les études de la douce passait avant tout.

Le lendemain matin, il lui apporta le petit déjeuner au lit, le tout accompagner d'une magnifique rose rouge et d'une enveloppe. Lui était déjà partie, son travail n'attendait pas, mais grâce à la clef qui se trouvait dans l'enveloppe il savait que Gabrielle pourrait venir et partir comme elle le désirerait de la résidence, et sur un petit mot il nota "Reste aussi longtemps que tu veux. Tu trouvera le numéro de Brooklyn Brown si tu sa besoin d'un chauffeur, il te conduira où tu désir, c'est un homme de confiance comme tu le sais. Je t'embrasse, Julian."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 7 Juin - 18:27

Enfin Julian laissa tomber ses dernières hésitations. Il répondit à son baiser, elle pouvait sentir que son envie était pleinement partagée. Elle frissonna sous les caresses de son ami de toujours, puis se laissa guider par l’expérience du jeune homme, et simplement le plaisir qu’il lui donnait. Julian se montra encore plus doux et prévenant que ce qu’elle avait pu fantasmer depuis plusieurs années. La nuit se prolongea un long moment, avant qu’elle ne finisse par s’endormir, la tête callée contre le torse du brun, bercée par sa respiration régulière.

Elle ne l’entendit pas se lever au petit jour, ni même déposer son petit déjeuner avec son petit mot et la clef. Lorsqu’elle commença à émerger, elle chercha la présence de son amant mais sa place était déjà froide. La rose qu’il avait déposé à son attention ramena un sourire sur ses lèvres, ainsi que le petit mot, même si elle regrettait qu’il soit déjà parti travailler.

« Merci pour la rose… et pour cette nuit. Je t’attendrais ce soir avec impatience »

Elle termina de pianoter sur son portable à l’intention du beau brun avant de prendre son temps pour déjeuner et se préparer. N’ayant pas grand-chose en tête, et commençant à s’ennuyer dans la grande maison, elle finit par appeler Brown, se disant qu’il pourrait lui faire découvrir la ville.

***

Les mois passèrent, puis les années. Gabrielle suivait ses études avec succès, poussée et conseillée par Julian. Ce dernier continuait aussi de la soutenir financièrement, ce qui permettait à la grande brune de se concentrer uniquement sur ses études. Elle avait de moins en moins de contact avec sa famille, se contentant d’aller les voir lors d’occasions spécifiques, comme les anniversaires ou les fêtes de fin d’année. Elle ne s’y sentait plus vraiment à sa place, et ses parents savaient lui rappeler leur déception à propos de sa relation avec Julian qu’ils refusaient de recevoir.

La magie prenait une place de plus en plus importante dans la vie de Gabrielle, notamment sous l’impulsion encore une fois du beau brun qui avait maintenant atteint un niveau impressionnant, et acquis des pouvoirs très importants. A chaque fois qu’elle venait le rejoindre à Los Angeles, ce qui était assez régulier, elle apprenait de nouvelles choses grâce à lui, et à son tour, ses pouvoirs s’accrurent à une vitesse rapide. Lorsqu’ils étaient ensemble, ils alternaient magie et réceptions, Julian continuant de l’introduire auprès de toutes ses relations de travail.

Pourtant malgré ce contexte presque parfait, Gabrielle descendit avec un visage tendu à l’aéroport de Bel Air. Elle se demandait avec une certaine appréhension si Brown serait chargé de venir la chercher et l’emmener jusqu’à la résidence de Julian. Elle n’avait rien contre l’homme de Julian, c’était même plutôt le contraire. Lors de ses visites, le maire de Bel Air était toujours très occupé, elle le comprenait, il avait des responsabilités et des devoirs à respecter pour toujours grimper et aller plus loin. Mais la conséquence était qu’au final, elle passait beaucoup de temps avec Brown, et ils s’étaient rapprochés. Elle appréciait beaucoup sa compagnie, il lui apportait cet humour et cette légèreté qu’elle ne retrouvait pas chez Julian.

Mais elle n’était pas du genre à laisser s’installer une relation ambigüe. Et avant que les choses ne risquent d’aller plus loin, elle devait se décider. Elle refusait de mentir à Julian, mais s’interrogeait beaucoup sur leur couple. Il l’’encourageait à passer du temps avec Brown pour ne pas rester seule, mais ne se rendait-il pas compte qu’elle se sentait de plus en plus attirée par l’homme au charme indéniable ? Elle aimait Julian, mais était-ce vraiment suffisant ? Elle avait envie de quelque chose de plus, de différent, s’amuser, découvrir d’autres choses…

Comme souvent ce fut bien le métis qui l’attendait à la descente de l’avion. Une certaine familiarité s’était installée entre eux, et ils discutèrent de tout et de rien comme à chaque fois. Brown n’avait jamais eu un geste déplacé envers elle, trop respectueux de son patron pour ça, mais des échanges de regard avec Gabrielle dans ces moments d’intimité ne laissaient aucun doute sur leurs envies réciproques. Enfin ils arrivèrent devant la résidence, qui semblait vide. La grande brune reçu au même moment un sms de Julian qui lui annonçait qu’il était retenu et arriverait plus tard.

« Est-ce que tu veux prendre un verre ? » Gabrielle invita le jeune homme qui accepta sans se faire prier. Elle prépara deux coupes de champagne, après tout elle connaissait la maison comme si c’était chez elle, puis ils s’installèrent dans le salon. Brown se rapprocha doucement alors qu’ils discutaient, Gabrielle riait à sa dernière plaisanterie alors que Julian arriva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcier

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mar 7 Juin - 22:17

Plusieurs années se sont passer depuis ce soir ou Julian et Gabrielle se sont rapproché, depuis ce jour leur couple ne fait que de grandir. Pourtant Julian voit bien dans les yeux de sa compagne qu'il y a un manque en elle, à chaque foi qu'il ne peut être près d'elle il fait en sorte de lui envoyer Brown pour qu'elle ne se sente pas trop seule. Mais ça ne change rien au fait, il n'est pas souvent présent pour elle, en plus elle est jeune, a besoin de s'amuser et de chose qu'il ne peut pas lui apporter. C'est n'est pas vraiment un tare pour lui, il suffi juste de trouver ce qu'il lui manque, peut-être que Brook pourrait l'aider pour ça. Julian prend alors son portable, la journée a été longue mais rempli de bonne nouvelle.
"Salut Brook, après avoir déposé Gaby, attend moi, j'ai à te parler... Non rien de bien grave, juste un service à te demander... A tout à l'heure."
Julian retourna à son rendez-vous qui décidait de s'éterniser après avoir aussi contacter Gaby afin de lui signaler son retard. En plus de ça les réunion avec ces avocats étais les moins plaisantes qu'il connaissait et celle-ci traitait du procès McKinley, celui de sa belle mère. Au finale, et après un procès long et fatiguant pour les deux parties la femme fut condamné à plusieurs années de prison pour un meurtre qu'elle n'avait pas commis. Julian avait demander à Gabrielle de ne pas venir, ils s'étaient tout les deux mis d'accord sur une histoire crédible au cas où les juges demande la raison. Ils avaient raconter à tout le monde que de voir Arthur mourir dans ces bras l'avait ébranler plus que nécessaire, ainsi son rôle dans la mort de ce dernier fut très vite écarté. Après plus de trois longue années de procès, le jugement était enfin terminer et la coupable sous les verrou. Julian récupérait ainsi son héritage temps voulu et surtout la propriété de L.A, là où se trouvait tout le nécessaire magique de sa mère et ces recueils. Son trésor familiale.

Après quelques minutes de route il arriva enfin chez lui sourire au lèvre. Il passa le bonjour au divers hommes qu'il croisa dédier à sa garde rapprocher surtout après les divers menaces qu'il avait reçu à cause du procès. Lui n'avait pas peur de tout ces mots à faire froid dans le dos, il savait se défendre seul et protégé ceux qu'il aimait, mais pour faire bonne figure il avait dut acceptés que ces hommes armées tourne autour de chez lui. Arrivé à l'appartement il trouva Gabrielle et Brooklyn posé tranquillement sur le canapé en train de boire un verre, il salua les deux amis et se servit un verres également, le levant ensuite devant ces invités et il pris la parole.

"Les amis nous avons gagner! Le procès fut long et difficile, mais mes avocats ont fait un excellent travail et la veuve noire est derrière les barreaux!" Il pris une gorgé de champagne avant de s'assoir sur le fauteuil qu'il affectionnait temps. Avant de s'adresser de nouveau à ces amis
"Brown, Gaby, je sais que vous vous appréciez, je ne suis pas dupe et j'ai des yeux, de plus je vous connait tout deux depuis fort longtemps, mais sachez juste que si un jour l'idée venait de vous rapprochez, je ne m'y opposerait pas" il marqua une pose froide. "A une seule condition... Restez discret, et Gabrielle... Tu reste avec moi." Sa décision était irrévocable, il acceptait de donner plus de liberté à sa compagne à condition que ça ne se fasse pas savoir mais surtout qu'elle reste, c'était très important pour lui, déjà car sans elle il ne se voyait plus vivre la même vie, et aussi car elle était importante pour son future en politique. Depuis qu'ils étaient ensemble sa côte avait grimpé de plus de 30%, ce qui n'est pas négligeable en politique, ça lui donnait même la possibilité de viser la place de ce vieux croulant de gouverneur californien. Il n'en avait pas encore parler avec Gabrielle et attendait les résultat à venir pour enfin lui annoncer son projet future et surtout la place qu'elle y prendra. Mais pour le moment il n'avait qu'une idée en tête, la fin des cours et surtout la remise de diplôme et le cadeau qu'il lui avait prévu en secret avec l'aide de Brown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle McKinley
Dictature « Tolérance 0 » ~ Sorcière

avatar
MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    Mer 8 Juin - 21:04

Le sourire aux lèvres de Julian annonçait sa bonne humeur, et la jeune femme en comprit rapidement la raison lorsqu’il annonça que enfin le procès était arrivé à son terme, et que sa belle-mère avait été condamné pour le meurtre de son père. Elle trinqua avec son compagnon qui venait de se servir à son tour une flute de champagne.

Mais alors qu’elle prenait une nouvelle gorgée, elle faillit s’étouffer de surprise en entendant les paroles de Julian. Est-ce qu’elle connaissait aussi mal son ami de toujours pour ne pas l’avoir envisagé une seconde ? A l’inverse, Brown resta de marbre, ses yeux pétillèrent seulement un peu plus. Quelques secondes de silence passèrent avant que la grande brune ne se réagisse.
Tranquillement, et après un regard vers Julian, elle se rapprocha de Brooklyn et l’embrassa, laissant enfin parler cette envie qui durait depuis un petit moment. Le bras droit de Julian répondit sans hésitation à son baiser. Enfin, après plusieurs longues secondes, elle quitta ses lèvres chaudes pour retrouver Julian, observant son visage et son attitude. Elle ne jouait pas la provocation pour rien, elle voulait simplement être certaine qu’il ne se trompait pas, qu’il ne le regretterait pas et qu’il n’en souffrirait pas. Mais rien ne transparu. Julian ne paraissait ni jaloux, ni affecté.

« Je ne partirais pas » le rassura-t-elle avant de l’embrasser à son tour. Cela n’avait rien à voir, ces lèvres, ce goût si familier avait quelque chose de rassurant. Elle eut la confirmation qu’elle voulait continuer sa vie avec Julian… Comme lui venait de le faire, elle serait prête à beaucoup de chose pour le soutenir et rester à ses côtés.

Elle se rassit sur le canapé, mais garda une main sur l’avant-bras de Julian. Quoi qu’il puisse se passer avec Brooklyn, elle n’avait plus de doute sur sa place.

***

Quelques mois plus tard, le jour de sa remise de diplôme était enfin arrivé. Elle attendait ce jour avec impatience, elle serait enfin libre de quitter la ville de Boston pour rejoindre la côte ouest et surtout Julian. La carrière politique de ce dernier ne faisait que se développer et elle savait qu’elle pourrait l’y aider.

Après la cérémonie, sa famille qui avait tout de même fait le déplacement, vint la féliciter. Voulant éviter tout scandale, ses parents échangèrent tout de même quelques mots avec Julian au milieu de la foule. Mais déjà Gabrielle déclinait leur invitation à diner au restaurant, les remercia et entraîna le brun à la rencontre de plusieurs autres étudiants et surtout de leurs parents présents qui pour la plupart étaient de riches entrepreneurs du pays, ce qui serait toujours intéressant pour Julian.

« Enfin ! Je suis contente d’avoir terminé » admit avec un large sourire la brune alors que l’après-midi tirait à sa fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ami - Amant - Mentor -Époux    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ami - Amant - Mentor -Époux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un amant, un ami....
» les soldats de Napoléon défaits par les poux...
» LE POUX VOIR EST SI DOUX ..JE PREFERE D ETRE ALLENDE OU LIEU DE LE QUITTER...
» Un Mentor!! (PV Poil d'autrefois)
» Double mentor [pv Nuage de Douceur, Tourbillon de Flamme]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations :: Retour vers le passé :: Retour vers le passé-
Sauter vers: