Following Angel Investigations

Los Angeles
 

Partagez | 
 

 Une année de massacres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spike
Admin ~ Pacte des insurgé ~ Vampire

avatar
MessageSujet: Une année de massacres   Dim 8 Mai - 22:46

New York, USA
9 mars 1940


Terre promise et corne d'abondance : l'emblème du « rêve américain » New York s'impose comme la capitale du monde libre. La ville entière se transforme en vitrine où la société de consommation dévoile ses charmes. Pour les immigrants, pour ceux qui fuient une Europe ravagée par la guerre, c'est la Terre promise. C'est aussi le temps des bouleversements culturels. Les galeries de Madison Avenue et de Greenwich Village font la loi sur le marché de la peinture.
À Harlem, s'invente le be-bop, tandis que les couloirs de l'université de Columbia abritent déjà les poètes de la Beat Generation. Les langues qu'on entend à la radio et dans les rues, les enseignes qu'on découvre au cours des promenades, les costumes les plus bizarres qu'on aperçoit dans le Bronx, à Brooklyn ou dans Manhattan, tous font de New York une nouvelle tour de Babel. Ville laboratoire où se laisse déjà entrevoir la civilisation de demain.


Le Vampire se tenait entre la Sixième Avenue et le Trente-sixième rue, la nuit était tombée depuis longtemps. L'année 1940 était à peine débuté mais la grande Dépression était finie et la Prohibition aussi. En Europe, la France et l'Angleterre avait été forcé de déclarer la guerre à l'Allemagne suite à l'invasion de la Pologne par ces dernier. Les choses ne bougeaient guère mais le conflit finirait par éclaté, c'était inévitable. Cependant ici, aux États-Unis régnaient une assurance et une fierté que le vampire n'avait jamais rencontré, les américains étaient-ils ignorants à se points, où était-ils tous fou ?

Regardant passer les hommes en costumes et les femmes avec leurs robes coûteuse qui sortaient de la grande salle de spectacle, il se demanda si ils comprenaient à quel point l'équilibre mondial s'était modifié lors de la Grande Guerre qui avait fait rage en Europe vingts ans plus tôt.
Puis un souvenir lui revint en mémoire « Pourquoi veut-tu allez au États-Unis ? » Lui avait demandé sa compagne. Il l'avait conduite face à la fenêtre lui montrant les gens marchant dehors « Regarde amour. Ces idiots ont-ils l'air de s'amuser ? Ils sont tellement triste et coincés ces temps si ! J'aurais presque pitié d'eux avant de les tuer. J'ai envie de faire la fête »
Le sourire subjectif de sa bien aimer l’ayant excité, il s'était jeté sur elle et avaient fait l'amour avec un sauvagerie telle, que sa compagne lui avait déchiré la peau du dos avec ces griffes. A présent il frissonnait de plaisir au souvenir de cette douleurs enivrante.

Le blond platine remonta le col de son mentaux pour se protéger du froid et enfonça sur sa tête un chapeau qui appartenu jadis à un gentleman aux cheveux grisonnant qui refusait de s'en séparer. Il n'y avait que deux ou trois gouttes de sang sur la doublure de se dernier. A ce moment, la personne qu'il attendait apparut au coin de l'avenu. Adrienne était une vielle harpie qui avait le visage d'une gosse de 18 ans mais le cœur d'une meurtrière sadique. Le vampire l'admirait pour ça mais il ne lui portait aucune confiance pour autant.
Quelques minutes plus tard et après s'être assurer que la blonde habillé d'une magnifique cape rouge n'avait pas été suivie, il entra à son tour dans le restaurant appelé «Keen's Ghophouse ». Leur rencontre devait rester secrète pour les autres membres de leur race, pas d'autre témoins que les humains, qui n'avaient aucune idées de ce qu'il se passait.

Le maître d'hôtel avança vers lui alors qu'il enlevait son chapeau
« Puis-je vous aider, monsieur ? »
« J'ai rendez-vous avec mademoiselle Monteclaire pour dîner »
L'homme se releva sûrement à cause de la dignité que la plupart des humains associaient à son accent anglais. « Par ici, monsieur »
La table de la blonde était tout au fond face à l'entrer dans un box suffisamment privé pour que les autres clients ne jettent pas de regard indiscret au petit veinard qui dînait en compagnie d'une des  célibataire les plus riche du pays.
« Bonsoir, William » Dit-elle d'une voix aussi rauque de dans les souvenir du vampire quant se dernier approcha de sa table. Elle lui tendit la main, et il la pris pour la baiser pendant que le maître d'hôtel s'éloignait, puis il pris place face à elle.
« Adrienne, ravi de te revoir. Ça fait combien de temps déjà? »
« Trente-cinq ans William. Tu es toujours aussi séduisant. »
« Et toi, toujours aussi ravissante ma chérie. Mais assez de politesse, tu sais parfaitement que je n'utilise plus se nom depuis des années »
Les lèvres charnu et peinte en rouge de la belle dessinèrent un souri hypocrite.
« Je déteste ton surnom, Spike, non mais franchement... Où as-tu été pêché une sobriquet aussi ridicule ? » Elle ricana
« Disons que j'ai beaucoup côtoyé les chemin de fer. »
« Vas-tu me dire pourquoi tu voulais me voir ? Où suis-je censé deviné... » Demanda enfin Adrienne quelque peut sèchement.
Spike but une gorgé de bière que le barman lui avait déposer quelques minutes plus tôt, il étudia les autres clients et se demanda si quelqu'un comprenait de quoi ils parlaient.
« Je voudrais faire quelque chose pour Drusilla » Annonça-t-il
« Tu es toujours avec cette pimbêche ? » Demanda Adrienne taquine et cruelle pour ne pas changer des ces habitudes. Spike lui lança un regard lui signifiant qu'une autre remarque de se genre pourrais lui attirer de graves ennuis.
« En quoi puis-je t'être utile William ? »
« Drusilla fête son anniversaire, et pour cette occasion elle voudrait un cadeau très particulier. Et j'ai ouïe dire que tu savais où le trouver ? » Avant même de continuer il lut dans les yeux de la jeune femme qu'elle savait déjà de quoi il parlait.
« Le fil de Freya » Lui annonça-t-il à voix basse.
Adrienne tressaillit puis se rembrunit dans son siège. « Tu es fou ! »
« Allons ma chérie, à tu oublié à qui tu parles ? Ne me dis pas que tu ne sais pour où il est, je ne te croirait pas. Tu t'es toujours intéresser à ce genre d'objet, je veux offrir ce collier à Drusilla et je me le procurerais avec ou sans ton aide. »
« Et je gagne quoi en retour ? Comme tu dois le savoir, se renseignement pourrais me coûter la vie... »
Spike étudia la jeune femme durent quelques longue seconde
« Tu as toujours une dent contre le Maître non ? » Adrienne le dévisageait, l'air soupçonneux.
« Tu m'aideras à trouver celui que je cherche si je te dis où est le fil de Freya ? »
« Exactement, je te donnerais le lieu de résidence d'Heinrich Nest. »
Il la regarda peser mentalement son offre, quant elle ouvrit la bouche il sut qu'elle allait lui donner ce qu'il voulait avant même qu'elle ne prononce ces premier mots. Il la connaissait parfaitement, pour cause c'était lui qui l'avait créée.
« C'est le démon Skrymir qui l'a » Lui révéla-t-elle. « Et oui il est bien réelle et n'est pas une légende »coupa-t-elle avant même que le vampire ne lui fasse par de son doute. « Il vit en se monde depuis l'époque où le collier de Freya a été forgé par les dieux nordiques. »
« Je ne croit pas en ces maudits dieux » Coupa Spike « Donne moi le lieu où habite ce vieux croulant et je m'occupe du reste. »
Adrienne lui expliqua comment se rendre au repère du démon, malgré que le vampire n'est pas de carte ces instruction était très détaillé et précise, Spike les mémorisa sans problème.
« Bon, dit moi où se cache Nest ! » Lança Adrienne impatiente. Le vampire sourit
« Deux seconde j'ai la gorge desséché » il but la fin de sa bière et leva la main pour faire venir le serveur et lui en commander une seconde. Pourtant le signale ne lui était pas destinée, au même moment dans l'entrer du restaurant un femme cria et s'écroula au sol. Les jupes relevées, elle se convulsa en se griffant la poitrine. Des hommes courut vers elle, tout les clients et les employés étaient focaliser sur cet événement. Tous sauf Spike qui profita de cette diversion pour faire glisser de sa manche à sa main un pieu qu'il avait dissimulé quelques heures avant son rendez-vous. Adrienne avait détourné le regard que quelques seconde, mais des secondes qui lui fut fatale, d'un geste rapide et précis il planta le morceau de bois dans son cœur. Elle explosa en un nuage de poussière et de cendre qui sentait le bois humide et les épices. Spike se leva, paya leurs consommation et se dirigea vers la sortie. Le maître d'hôtel faillit tomber au sol quant il vit la jeune femme se redresser soudainement avec un magnifique sourie dément au lèvres.
« Des enfant dansait dans mon verre de rouge » Expliqua-telle « Ils m'étranglaient, mais je vais mieux à présent. »
Spike l'aidait à se relever et épousseta ces jupes avant de lui faire un baiser sur la bouche.
« Vient poussin, on s'en va » Ils sortirent, puis dehors ils éclatèrent tout deux de rire.
« Elle te l'a dit ? » Demande Drusilla impatiente.
« Oui poussin, nous partons pour la Norvège. »

Drusilla se rembruni et pris un air sérieux
« Es-ce bien sage Spike ? Il y aura la guerre, pour de vrais. Bientôt ils ne se tenterons plus de prendre de grand airs et se taper la poitrine. J'ai eue une vision ; des soldats de plomb en train de fondre et des bébés tombant du ciel. Je t'en ai parler, tu te souvient? »
« N'y pense plus, poussin » Lança joyeusement Spike. Il pris la belle brune par les hanches en se tenant face à elle puis enfoui sa tête dans son coup pour le mordiller
« Tu es de la crème dans mon thé, Dru. Pour toujours, tu auras ce que ton cœur désire, et tempi pour la guerre. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spike
Admin ~ Pacte des insurgé ~ Vampire

avatar
MessageSujet: Re: Une année de massacres   Sam 14 Mai - 0:00

Océan Atlantique
19 mars 1940


Il se tenait sur le pont de l'Aberdeen, une cigarette aux lèvres, il mourait d'ennui. Chaque soir, lui et Drusilla assistaient au dîner et consommaient une nourriture infâme. Non qu'ils avaient besoin de manger pour survivre, mais ils tenaient à préserver les apparences.
Mais il régnait sur le vaisseau une telle monotonie, ils croisaient les même têtes chaque jours, trois aviateurs anglais qui regagnaient leur pays pour se mettre au service de la reine, une jeune fille et sa gouvernante en route pour une pension parisienne, une grosse américaine au visage pincé accompagner de son petit binoclard de mari, qu'elle ne cessait de harceler Tous avaient été l'objet des fantasmes homicide du vampire durent la traversé, mais la majorité s'en était tiré à bon compte, le couple voulant préservé son anonymat.

Spike tira une longue bouffée de tabac, la braise de sa cigarette rougeoyant dans l'obscurité, puis se pencha au bastingage pour regarder le sillage écumeux du bateau
« Vous devriez faire attention. Les moteurs de ce rafiot son encore en bon état, mais la rambarde pourrait lâcher à tout moment. » C'était Jack Norton, un des mécaniciens, après son quart, il venait souvent sur le pont pour ce délier les jambes, et se n'était pas rare qu'il y croise Spike.
« Bah, ce serait amusant... Un plongeon, le chaos à bord, les cris, "Un homme à la mer !!" … ça nous distrairait au moins. Comment faites-vous pour ne pas devenir fou d'ennui ? »
« Qui vous dit que je ne le suis pas » Lui repiqua-t-il le plus sérieusement du monde. « Plus sérieusement, évitez la baignade, les gens sont déjà assez nerveux comme ça, il paraît qu'il y a des sous-marin dans les environs et en plus nous avons déjà perdu trois personnes » Spike haussa les sourcil et fixa le vieil homme
« Trois ? »
Le mécanicien jeta un regard autour de lui et baissa d'un ton
« Le capt'aine voudrais que l'on garde ça pour nous, pour ne pas affoler les passagers, mais oui... Nous en sommes à trois disparus. Des accidents... Peut-être. Mais nous nous tentons à pensé qu'il y a peut-être des espions Nazis parmi nous. Mais s'il vous plaies n'allez pas le hurler à tout le monde »
Spike pris un air choqué « Évidement, ça va de sois, faite attention à vous et prévenez moi s'il y a du nouveau !»
« Bien entendu... »

Puis ils se séparèrent, Spike mis les mains dans ces poches et regagna sa cabine où il retrouva Drusilla occuper à brosser ces long cheveux.
« Ces idiots pensent qu'ils ont des espions nazis à bord. » lui dit-il tout en lui caressant amoureusement le visage.
« Des espions ! Que c'est excitant ! » lui lança-t-elle toute excitée.
A la réaction de la brune, Spike se sentie envahi d'une chaleur immense, il lui en voulais presque de lu faire ressentir ça, mais ne pouvant se retenir il l'embrassa à pleine bouche tout en laissant courir ces mains le long de son corps. Drusilla lui mordit la langue d'une tel force qu'un filet de sang coula, il siffla de douleur mais ne se retira pas. Il fit remonter ces doigt, et détacha le nœud de la nuisette de la belle, qui finit au sol. Puis ils firent l'amour sur le tapis de la cabine, près du corps du steward. Plus tard ils burent à nouveau de son sang avant de le jeter dans l'océan juste avent l'aube.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une année de massacres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année
» Massacres au Rwanda
» Couple de l'année
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations :: Retour vers le passé :: Retour vers le passé-
Sauter vers: